Metallica: ...And justice for all


Blackened

L'assombrissement marque la fin du monde
Il apportera l'hiver
Jetant tout ce que l'on voit dans l'obscurité

Mort de la terre nouricière
Jamais elle ne renaîtra
Fin de l'évolution
Jamais elle ne sera restaurée
Jamais

Le feu, pour commencer la dans sauvage des morts
L'assombrissement est la fin
Pour commencer la danse sauvage des morts
Noirci le monde dans lequel nous vivons

La terre gonfle
C'est la fin
La nicotine mortelle tue ce qui aurait pu exister

Froid glacial impitoyable
Il ne reste plus rien à tuer
C'est la première fois que l'on voit ça
Impossible de respirer désormais

Jamais

Le feu, pour commencer la dans sauvage des morts
L'assombrissement est la fin
Pour commencer la danse sauvage des morts
Noirci le monde dans lequel nous vivons

Assombrissement

Opposition...contradiction
Prémonition...compromis
Agitation...violation...mutilation
La planète meurt

Couleur la plus sombre
Terre boursouflée
Véritable mort de la vie

Conclusion...expiration...annulation...race humaine
Attentes...libération...population...inutile

Nous voyons notre mère mise à mort
Nous voyons mourir notre mère

La décrépitude brûlante emporte la respiration
Des millions de nos années disparaissent en quelques minutes

S'obscurcissant en vain
La décadence demeurre
Tout est fait et dit
Plus de soleil

Jamais

Le feu, pour commencer la dans sauvage des morts
L'assombrissement est la fin
Pour commencer la danse sauvage des morts
Noirci le monde dans lequel nous vivons

Le feu, pour commencer la dans sauvage des morts
L'assombrissement est la fin
Pour commencer la danse sauvage des morts
Noirci le monde dans lequel nous vivons

Assombrissement

...And Justice for All

Palais de justice peint de la couleur des dollars
L'argent ouvre bien des portes
Les loups du pouvoir font le siège devant ta porte
Ecoute-les rôder
Bientôt tu leur servira de repas
Ils te dévoreront
Le marteau de la justice t'écrase
Tu es terrassé

La vanité ultime
Ils exploitent leur suprématie
Je n'arrive pas à croire ce que tu racontes
Je n'arrive pas à croire
Je n'arrive pas à croire le prix que tu paies
Rien ne peut te sauver

La justice est perdue
La justice est violée
Il n'y a plus de justice
Ils tirent tes ficelles
Justice est faite
Ils se moquent de la vérité
L'important c'est de gagner
Je trouve ça tellement sinistre, tellement vrai, tellement réel

L'aphatie est leur marchepied
Ils sont si insensibles
Animosité profondément cachée
Tellement trompeuse
A travers tes yeux leur lumière brûle
Espérant trouver
L'inquisition t'engloutit avec des esptits passés à la chaise électrique

La vanité ultime
Ils exploitent leur suprématie
Je n'arrive pas à croire ce que tu racontes
Je n'arrive pas à croire
Je n'arrive pas à croire le prix que tu paies
Rien ne peut te sauver

La justice est perdue
La justice est violée
Il n'y a plus de justice
Ils tirent tes ficelles
Justice est faite
Ils se moquent de la vérité
L'important c'est de gagner
Je trouve ça tellement sinistre, tellement vrai, tellement réel

La justice a été violée
La vérité, assassinée
Du ruban adhésif rouge scelle tes lèvres
A présent tu es liquidé
A nouveau, ils ont posé un pourboire sur les plateaux de sa balance
Qu'est ce au juste que la vérité ? Je ne puis le dire
Je ne peux le ressentir

Eye of the Beholder

Vois-tu ce que je vois ?
La vérité est un délit
Tu te tais pour ta confiance

Entends-tu ce que j'entends ?
Les portes se referment en claquant
Elles limitent ton imagination, elles t'empêchent d'aller plus loin

Eprouves-tu ce que j'éprouve ?
Un amer désarroi
Qui décide de ce que tu exprimes ?

Supportes-tu ce que je supporte ?
L'endurance est le mot
Revenir en arrière plutôt qu'aller de l'avant me paraît absurde

Peu importe ce que tu vois
Ou ce dans quoi tu le lis
Tu peux agir à ta façon
Si tu agis comme je te le dis

Indépendance limitée
Liberté de choix
Le choix est fait pour toi, mon ami
Liberté de parole
La parole est faite des mots qu'ils déformeront
Liberté avec leur exception

As-tu peur de ce dont j'ai peur ?
Vivre correctement
Ce qui est vrai pour toi n'est pour moi que mensonge
Choisis-tu ce que je choisis ?
Davantage d'alternatives
L'énergie dérive à la fois du positif et du négatif

As-tu besoin de ce dont j'ai besoin ?
Limites vaincues
Regarde à l'intérieur, à chacun le siens

As-tu confiance en ce en quoi j'ai confiance ?
Moi, moi même et encore moi
Pénètre l'écran de fumée, je vois à travers le mensonge égoïste

Peu importe ce que tu vois
Ou ce dans quoi tu le lis
Tu peux agir à ta façon
Si tu agis comme je te le dis

Indépendance limitée
Liberté de choix
Le choix est fait pour toi, mon ami
Liberté de parole
La parole est faite des mots qu'ils déformeront
Liberté avec leur exception

Sais-tu la même chose que moi ?
Ton argent et ta richesse
Tu te tais juste pour t'endendre

Veux-tu la même chose que moi ?
Le désir n'est pas une chose
Je désire l'indépendance, davantage de liberté

Peu importe ce que tu vois
Ou ce dans quoi tu le lis
Tu peux agir à ta façon
Si tu agis comme je te le dis

Indépendance limitée
Liberté de choix
Le choix est fait pour toi, mon ami
Liberté de parole
La parole est faite des mots qu'ils déformeront
Liberté avec leur exception

One

Je ne me souviens plus de rien
J-ignore s'il s'agit d'un rêve ou de la réalité
Au plus profond de moi j'ai envie de hurler
Ce terrible silence m'arrête

Maintenant que la guerre en a terminé avec moi
Je me réveille, je ne vois pas qu'il ne reste plus grand chose de moi
Il ne reste plus que la douleur à présent

Je retiens ma respiration tout en souhaitant la mort
Seigneur, je t'en supplie, réveille moi

De retour dans le ventre de ma mère, tout est bien trop réel
La vie que je dois ressentir en pulsations
Mais je ne peux pas attendre impatiemment pour révéler
Je regarde le moment ou je vivrai

Nourri par la sonde qui s'enfonce en moi
Comme une nouveauté de temps de guerre
Relié à des machines qui m'aident à vivre
Coupez cette vie de mon corps

Je retiens ma respiration tout en souhaitant la mort
Seigneur, je t'en supplie, réveille moi

Maintenant le monde a disparu, je suis tout seul
Je t'en prie, seigneur, réveille-moi

Les ténèbres m'emprisonnent
Tout ce que je vois
Horreur absolue
Je ne peux pas vivre
Je ne peux pas mourir
Prisonnier de mon corps
Mon corps est ma cellule de détention

Une mine a emporté mes yeux
emporté ma parole
emporté mon ouïe
emporté mes bras
emporté mes jambes
emporté mon âme
m'a laissé pour vivre en enfer

The Shortest Straw

Soupçon est ton nom
Ton honnêteté est à condamner
Tu fais honte à la dignité
Déshonneur
Chasse aux sorcières, jour moderne
Déclin déterminant
Le désarroi flagrant
Défigure
La disgrâce du grand public
Défiant la banalité
Rallye papier sans fin
Sans fin

Assourdissant
Appliqué
Calculant
Il amène le vertige

La courte paille
Remets la liberté en question
Mis horsde combat par la loi
Vis dans l'infamie
Frotte-toi jusqu'à ce que tu sois à vif
Chasse aux sorcières
Courte paille
Cette courte paille a été tirée pour toi

Tirée pour toi
Courte paille
Tirée pour toi
Courte paille
Tirée pour toi
Courte paille
C'est pour toi qu'a été tirée cette courte paille

Les accusations tombent
Discrimination, pourquoi ?
Ton moi meurt
Intrusion
Le doute s'insinue en toi
C'est bec et ongles
Situation insurmontable
Illusion
Hystérie collective
Mégalomanie
Révèlent la démence
Démence

En secret
Silencieusement
Certainement
Tu sera pris dans le vertige
La courte paille

La courte paille
Remets la liberté en question
Mis horsde combat par la loi
Vis dans l'infamie
Frotte-toi jusqu'à ce que tu sois à vif
Chasse aux sorcières
Courte paille
Cette courte paille a été tirée pour toi

Tirée pour toi
Courte paille
Tirée pour toi
Courte paille
Tirée pour toi
Courte paille
C'est pour toi qu'a été tirée cette courte paille

Derrière toi, les mains sont liées
Ton être, victime de l'ostracisme
Ton enfer est multiplié
Interminable
Les retombées ont commencé
Dégâts accablants commis
Votre multitude réduite à néant, à rien du tout
Tu atteins ton nadir
Tu n'as plus de volonté
Le mensonge est clair comme de l'eau de roche
Protecteur
Canaux rouge
Un mot prononcé
Sur liste noire
Te tue avec le vertige

La courte paille
Remets la liberté en question
Mis horsde combat par la loi
Vis dans l'infamie
Frotte-toi jusqu'à ce que tu sois à vif
Chasse aux sorcières
Courte paille
Cette courte paille a été tirée pour toi

Harvester of Sorrow

Ma vie suffoque
En plantant les graines de la haine
Mon amour s'est transformé en haine
Prisonnier bien au delà de mon destin

Je donne
Tu prends
Cette vie à laquelle je renonce
On m'a volé ma jeunesse
Tu as fait de ce mensonge la vérité

Colère
Misère
C'est moi qui te ferai souffrir

Moissonneur de chagrin
Langage des fous
Moissonneur de chagrin

Le noir le plus pur paraît clair
J'ai bientôt fini mon travail ici
Essaie de revenir à moi
Comme les choses étaient autrefois

Tu bois
Tu tires dans le tas
Les coups commencent
Distribution de la douleur
Je gagne ce que je perds

Colère
Misère
Je te ferai souffrir

Moissonneur de chagrin
Langage des fous
Moissonneur de chagrin

Tous ont récité leur prière
Tu envahis leurs cauchemars
Pour voir dans mes yeux
Tu verras où se cache le meurtre

Infanticide

Moissonneur de chagrin
Langage des fous
Moissonneur de chagrin

The Frayed Ends of Sanity

Tu n'a jamais rien désiré
Tu n'a jamais rien réussi
Je suis en proie à l'échec
Combat intérieur redéclenché
Maintenant la chandelle brûle par les deux bouts

Tu te tords sous l'effet de la schizophrénie
Tu tombes au plus profond de la démence

De vieilles habitudes réapparaissent
Tu combats la peur d'avoir peur
Conspiration grandissante
Tout le monde me poursuit
Les bord effilochés de la santé mentale
Entends leur appel
Entends-les m'appeler

Naissance de la terreur
D'autres meurent encore

Je suis l'esclave de la douleur, mon ravisseur
Jamais d'avertissement
Déployant ses ailes
En attendant l'horreur qu'elle apporte
Perte d'intérêt, question, interrogation
Je suis submergé par des vagues de peur

De vieilles habitudes réapparaissent
Tu combats la peur d'avoir peur
Conspiration grandissante
Tout le monde me poursuit
Les bord effilochés de la santé mentale
Entends leur appel
Entends-les m'appeler

Je tombe en ruine
Otage de ce sentiment sans nom
L'enfer est libéré
Je serai submergé
Je sens en moi le ressac

Hauteur, enfer, temps, hâte, terreur, tension
Vie, mort, manque, gaspillage, dépression de masse

To Live is to Die

(Cliff Burton)

Quand un homme ment il assassine une partie du monde
Ce sont les pâles morts que les hommes appellent à tort la vie
Je ne peux pas supporter de voir ça plus longtemps
Le royaume du salut ne peut me ramener chez moi

Dyers Eve

Chère père
Chère mère
Quel est cet enfer que vous me faîtes vivre ?
Croyants
Imposteurs
Du début à la fin de la journée, je vis ma vie à travers vous
Vous m'imposez ce qui est bien ou mal
Mis à l'abri de cette chose que l'on appelle la vie

Chère père
Chère mère
Chaque pensée que je croyais que vous désapprouveriez
Conservateurs
Dictateurs
Toujours en train de censurer le moindre de mes gestes
Les enfants, on les voit mais on ne les entend pas
N'entendez rien
Ne dites rien
Vous trouvez insupportable le fait que je pense par moi même
Pas de garantie, la vie est comme ça
Vous déchirez tout ce qui est inspiré

Innocence
Arrachée à moi sans votre abri
Réalité toute nue
Je vis sans rien voir

Chère mère
Chère père
Le temps a figé ce qui reste
N'entendez rien
Ne dites rien
Vous ne pouvez pas supporter que je pense par moi même
Aucune garantie, c'est la vie telle qu'elle est
Mais soyez maudits pour ne pas m'avoir donné ma chance

Chère mère
Chère père
Vous m'avez coupé les ailes avant que j'ai appris à voler
Intact
Jamais prononcé
Je suis devenu trop grand pour cette putain de berceuse
La même chose que j'ai toujours entendu de vous
Faites ce que je dis pas ce que je fais

Innocence
Arrachée à moi sans votre protection
Réalité toute nue
Je vis sans rien voir

Sans vous, ma vie est un enfer
Je ne peux m'en sortir sans vous
Choqué par le monde que je vois
Victime innocente, s'il vous plaît, sauvez-moi

Chère mère
Cher père
Caché dans le monde que vous avez créé pour moi
Furieux
Je saigne
Vous ouvrez en moi les blessures qui ne guérissent pas
J'éprouve un mépris éternel à votre égard
En vivant dans cet enfer que vous avez toujours connu