Et, dans la prison des quais de pierre, l'eau stagnante des canaux où ne passent plus de navires, ni de barques, où rien ne se reflète que l'immobilité des pignons dont les arches décalquées ont l'air d'escaliers de crêpe qui conduisent jusqu'au fond. Et sur les eaux inanimées, des balcons en surplomb, des rampes de bois, des grilles de jardins incultes, des portes mystérieuses, toute une enfilade de choses confuses et déjetées qui sont accroupies au bord de l'eau, avec des airs de mendier, sous des haillons de feuillage et de lierre qui s'effilochent...

Et, comme pour laver ce cadavre de l'eau immobile, sans cesse dégoulinent et ruissellent en pleurant le gargouillis des gouttières, des rigoles, des sources intermittentes, le trop-plein des toits, le suintement des ponts en tunnel, et c'est comme un accord de sanglots et de larmes intarissables.

Oh ! les invisibles pleureuses, les larmes des choses dont on entend véritablement ici la tristesse presque humaine !
Seuls, de grands cygnes, les cygnes légendaires de ces canaux, animent ce deuil depuis des siècles, divins oiseaux de neige et de féerie, venus là on ne sait d'où, descendus d'un blason s'il faut en croire la légende d'après laquelle la ville ancienne, pour expier l'injuste condamnation d'un gentilhommme qui portait des cygnes dans ses armoiries, aurait été condamnée à entretenir à perpétuité les cygnes dans ses canaux.

Mais le souvenir de sang ne hante plus les beaux oiseaux expiateurs, car ils naviguent, calmes et blancs. Et le poète, comme Lohengrin, se sent traîné par eux vers les agonisantes banlieues et les sites choisis du Minnewater, un nom aux résonances exquises,"le lac d'amour", a-t-on traduit, mais mieux que cela : l'eau où l'on aime ! Et ici, devant ce doux lac semé de nénuphars, où la nuit déroule son chapelet d'étoiles, le rêve décidément s'émotionne, les silences épars entrelacent leurs mailles en un filet de mélancolie dans lequel peu à peu toutes les paroles reploient leurs ailes. Au loin, un carquois gigantesque de tours, de tourelles, de flèches qui hérissent l'horizon, et les tours, Dieu sait quelles ombres, elles allongent en ce moment sur le coeur !

Parmi les remparts, quelques moulins mélancoliques qui tournent d'une aile lassée. Ils ont l'air, dans la reculée, très lentement de moudre un coin de ciel pâle.

Et devant soi, frileusement blotti sous des manteaux de feuillage, avec un long mur d'enceinte comme un cimetière d'âmes, s'allonge l'amas gris et confus des maisons du Béguinage.

Les Béguinages ! Oh ! ces curieux et uniques couvents s'éternisant en Flandre, dans la tristesse des villes mortes, non seulement à Bruges et à Gand, mais en de plus infirmes et déchues : à Courtrai, Termonde, Malines, ces pauvres petites villes dont les cloches sont comme les voix obstinées et chevrotantes.



5 / 7


page précédente début de page le sommaire accueil page suivante