Tout cela chavire dans l'immense impression mortuaire que la ville nous a donnée peu à peu et qui se continue ici même dans la sombre cathédrale où sont les émouvants sarcophages de Charles-le-Téméraire, couché sur le dos, les mains jointes, les pieds sur un lion - la force- et de Marie de Bourgogne, en robe de marbre, les pieds sur un héraldique lévrier - la fidélité. Et combien d'autres tombeaux : toutes les dalles sont des pierres tumulaires, avec des têtes de mort, des noms ébréchés, des inscriptions rongées déjà comme des lèvres de pierre... La mort elle-même ici est effacée par la mort !

Mais, à de certains jours, tout s'anime d'une vie soudaine et inusitée. Comme aux appels d'un invisible clairon que les Anges auraient embouché, toutes les Vierges et les Sacré-Coeur vont descendre de leurs piédestaux; les bannières vont frissonner comme des robes revêtues. Et voici le portail qui s'ouvre : c'est la fête du Saint-Sang; et dans les premières chaleurs de mai sort et s'avance, par la ville ressuscitée, la Procession : des enfants de choeur en robes rouges : de petites filles en blanc, par centaines, en des mousselines de neige, effeuillant des corbeilles, menant l'agneau pascal pavoisé de rubans; puis les chevaliers de Terre-Sainte, les Croisés en drap d'or et en armure; les princesses de l'histoire brugeline, sur des chevaux caparaçonnés, en de somptueux et authentiques costumes. Car dans ces processions ou ces cortèges historiques, ce sont les jeunes gens et les jeunes filles des plus nobiliaires familles de Flandre qui tiennent les grands rôles, avec des étoffes anciennes, des dentelles de naguère et des bijoux familiaux. Et voici les moines de tous les ordres, psalmodiant sur l'accompagnement des cuivres : dominicains, franciscains, oratoriens, carmes; puis les lévites du séminaire, puis les prêtres, les vicaires, les chanoines en dalmatiques, en chasubles brodées d'or et d'argent et rayonnantes comme des jardins d'orfèvreries. Enfin dans l'encens, les clochettes, les cloches, les psaumes, voilà l'Evêque, mitre en tête, sous un dais, portant le précieux cristal où saigne éternellement l'unique rubis possédé du Saint-Sang.

Et l'on croirait que c'est un rêve, ce fastueux déroulement dans les rues mornes et que, pour un jour, ont pris chair et se sont animés par on ne sait quel miracle les personnages des divins tableaux de Van Eyck et de Memling qui dorment là-bas dans les musées.

C'est un moment d'illusion dans son séculaire abandon :"On fait du bruit dans l'herbe, et les morts sont contents", à dit Hugo. Mais le bruit passe vite et aujourd'hui que je vous y mène, une paix de cimetière règne dans les quatiers déserts, au long des quais taciturnes.

Ces quais de Bruges, combien, dans ma pensive jeunesse, je les ai suivis, confessés, aimés, - avec des coins que j'étais seul à connaître, à consoler, avec des maisons dont les vitres mortes me regardaient !



4 / 7


page précédente début de page le sommaire accueil page suivante