Monté à Paris, Georges Rodenbach (et Bruges, serait-on tenté de dire) devient célèbre du jour au lendemain grâce à Bruges-la-Morte (1892), chef-d'oeuvre du symbolisme. Stéphane Mallarmé, Alphonse Daudet, Auguste Rodin et le jeune Marcel Proust comptent parmi les inconditionnels du poète de Bruges. Malade depuis de longues années, celui-ci trouvera encore la force d'écrire Le Carillonneur que le succès de Bruges-la-Morte continue injustement d'occulter.

Le soir de Noël 1898, Georges Rodenbach meurt à 43 ans d'une banale appendicite. Au détour d'une allée du Père-Lachaise, un étonnant monument le montre surgissant de la tombe, la rose au poing ! L'auteur de Bruges-la-Morte a influencé des écrivains aussi divers que Thomas Mann (Mort à Venise), Rilke ou Ghelderode, sans oublier Mishima qui, dans une de ses dernières lettres, cite le nom de l'écrivain belge !



Paris, cimetière du Père-Lachaise: Monument de Georges Rodenbach


Quelques mois après la mort de Rodenbach, à l'initiative d'EmileVerhaeren, un comité est mis sur pied pour lui rendre hommage. Rodin lui-même se propose de sculpter un monument à l'entrée du Béguinage de Bruges. En 1900, aucune décision n'est encore tombée... Les amis de Rodenbach commencent à s'inquiéter. Ils supposent que le titre Bruges-la-Morte ou l'article contre Zeebrugge paru dans le Figaro expliquent l'indifférence polie des pouvoirs publics. En réalité, les milieux catholiques brugeois mènent une campagne sournoise et farouche. Les opposants vont jusqu'à distribuer une pétition ! Celle-ci prétend que Georges Rodenbach, s'il est bien né de parents flamands (ndlr : sa mère était picarde et la famille paternelle d'origine allemande) et qu'il a vécu à Gand, n'est en rien flamand par la langue et les moeurs. Le fransquillon Georges Rodenbach, poète"décadent", décrirait la ville et ses habitants"sous un jour faux et maladif"dans l'unique but de mieux séduire son public parisien. De guerre lasse, le Comité Rodenbach annulera sa demande et se tournera vers Gand, ville d'enfance du poète. Le monument de Georges Minne sera solennnellement inauguré en 1903 dans le jardin de l'ancien Grand Béguinage.



2 / 3


page précédente début de page le sommaire accueil page suivante