vers histoire
Les chevaliers du temple

         Les Templiers et les Croisades   


Non pour nous, Seigneur, non pour nous,
  mais pour la gloire de ton nom 

Chronologie historique :

- 1073 
Election de Grégoire VII ; réforme de l'Eglise (restauration de l'esprit religieux et de la discipline dans l'Église romaine).
- 1088 
Election du pape Urbain II.
- 1095 
Appel d'Urbain II à Clermont : première croisade.
Les pèlerinages en Terre Sainte avaient été suspendus du fait de l'occupation de la Palestine par les Turcs Seldjoukides. La reconquista visant à reprendre aux Musulmans le sud de l'Espagne avait, elle aussi, préparé les esprits à l'idée de croisade. Mais c'est Urbain II qui concrétisa définitivement le concept de croisade, en particulier par son intervention lors du concile de Clermont.
- 1096 
Première croisade (1096-1099)
Echec des croisades populaires.
La prédication de la première Croisade souleva des foules. Une masse de pauvres gens, répondant à l'appel de Pierre l'Ermite et ses émules, s'ébranla vers l'Orient. Elle ne réussi qu'à inquiéter les Grecs avant de se faire décimer par les Turcs en Asie.
- 1097 
Offensive byzantine sur les côtes d'Asie mineure.
Conflit entre les croisés et Alexis Commène.
Quand les barons se présentèrent à leur tour devant Constantinople, la situation d'Alexis Commène (1081) ne l'obligeait plus à les accueillir en sauveurs. N'ayant pas toutefois les moyens de leur interdire le passage, il s'efforça de les utiliser à ses fins et en amena bon nombre à reconnaître sa suzeraineté sur leurs conquêtes : serments sans valeur, car le premier contact intime entre Orient et Occident conduisit à une hostilité réciproque qui alla en s'envenimant.
- 1098 
Prise de Jérusalem par les Fatimides
Les croisés prennent Antioche et Bohémond en devient le prince. Baudouin de Boulogne devient comte d'Edesse. Tripoli est aussi transformé en comté. Bataille d'Ascalon.
- 1099 
Conquête de Jérusalem par les Croisés.
Jérusalem est pris le 15 Juillet par les croisés, dont une grande majorité des habitants musulmans et juifs sont massacrés. Le royaume franc de Jérusalem est fondé et Godefroi de Bouillon est proclamé roi. Il choisira lui-même plutôt le titre d'avoué du Saint-Sépulcre (1100-1118).
- 1101 
Plusieurs expéditions de renfort échouent.
Hugues de Payns (Hugues de Payens, de la Maison des comtes de Champagne) et Geoffroy de Saint-Omer vivant sous la Règle des chanoines de saint-Augustin choisirent d'assurer la garde du défilé d'Athlit, le chemin d'accès le plus dangereux pour les pèlerins. Ce dernier deviendra plus tard le Château-Pèlerin.
- 1112 
Entrée de Saint Bernard à Cîteaux
Homme-clé du temps des croisades, Saint Bernard va aussi jouer un rôle important vis à vis des Templiers pour lesquel il contribuera à l'élaboration de la Règle de l'Ordre.
- 1118 
Fondation de l'Ordre des Pauvres Chevaliers du Christ.
- 1119 
Création à Jérusalem de l'Ordre du temple, ou Templiers, ordre de moines combattants.
L’ordre du Temple est créé par quelques chevaliers (dont Hugues de Payns) croisés en Terre sainte (Palestine). 
Revenant près des Lieux Saints, Baudoin II, roi de Jérusalem, leur octroie une partie de son palais, à l'emplacement du Temple de Salomon. Ils deviennent alors très rapidement les Chevaliers du Temple ou Templiers du fait de cet emplacement symbolique (bâti en 961 avant Jésus-Christ, le Temple de Salomon fut détruit par les Chaldéens en 587 avant Jésus-Christ, reconstruit et définitivement détruit en 135 par l'empereur Hadrien).
Ils se font alors assister par sept autres chevaliers français : André de Montbard (neveu de Saint-Bernard), Gondemare, Godefroy, Roral, Payen de Montdésir, Geoffroy Bisol et Archambaud de Saint-Agnan. L'ordre du Temple prend forme par ces neuf chevaliers désirant protéger les chrétiens en pélerinage à Jérusalem.
- 1128 
Concile de Troyes : règle du Temple.
Avec l’appui de saint Bernard de Clairvaux, la règle est bientôt approuvée et publiée par le concile de Troyes. Elle servira de "Code Civil" interne à l'Ordre, régissant le fonctionnement de cette organisation très rigoureuse.
Du fait de l’alliance prônée entre idéal chevaleresque et idéal monastique, le succès du Temple est rapide!; de nombreuses donations — dont le legs, volonté inappliquée, d’une partie du royaume d’Aragon par le roi Alphonse le Batailleur — viennent remplir ses caisses et lui permettent une politique systématique d’acquisition de terres et de défrichements.
- 1139 
Bulle Omne datum optimum : privilèges du Temple.
L'Ordre du Temple entre dans une phase politique importante. Ses privilèges accordés par le Saint Siège lui confèrent une position très particulière dans le jeu de pouvoir qui se met en place entre l'Europe et la Terre Sainte.
- 1141
C'est seulement en 1141 que le pape octroya la croix pattée rouge aux Templiers. Auparavant, les chevaliers étaient seulement vêtus d'un manteau blanc et les sergents d'un manteau brun.
- 1146 
Saint Bernard prêche la croisade.
- 1147 
La croix rouge pattée de gueule devient l'emblème des Templiers, cette croix était cousue sur l'épaule gauche de leur vêtement.

Le 27 Avril, dans les nouveaux locaux du Temple, le pape Eugène III octroie la croix rouge. Les frères étaient alors rassemblés pour étudier la demande du roi de France : mettre en oeuvre une nouvelle croisade, ce qui demanderait une participation importante des commanderies de France et d'Espagne.

Deuxième croisade et échec (1147-1149)
- 1149
Consécration de la nouvelle basilique du Saint-Sépulcre à Jérusalem.

Organisation de l’ordre 
La règle cistercienne des Templiers est très stricte. Les punitions imposent des jeûnes sévères pour des délits concernant toute entorse aux trois règles fondamentales de l’ordre. Le trousseau, réduit, marque la hiérarchie de l’ordre : si tous les manteaux sont frappés de la croix rouge — symbole de l’ordre depuis 1149 —, les manteaux des chevaliers sont blancs, tandis que ceux des sergents, des chapelains et des écuyers sont bruns ou noirs.
Au sommet de l’ordre se trouve le maître, dont l’autorité est limitée par un chapitre composé des dignitaires de l’ordre : le sénéchal, le maréchal, le commandeur de la terre et du royaume de Jérusalem, le drapier, les commandeurs des autres provinces (dont la cité de Jérusalem, Antioche et Tripoli sont les trois principales). Les commandeurs des maisons, les chevaliers, les sergents, le commandeur du port d’Acre viennent ensuite dans l’ordre hiérarchique, puis les casaliers chargés des fermes, les turcoples (troupes auxiliaires), les chapelains et les frères de métiers.

Un rayonnement sur toute la Méditerranée 
Cette hiérarchie suggère une réelle étendue des possessions de l’ordre : en 1257, elles s’élèvent à 3 468 châteaux, forteresses et maisons dépendantes, réparties dans dix-neuf provinces et sous-provinces. La maison de Jérusalem comprend deux couvents avec 350 chevaliers et 1 200 sergents. Les pays de combat sont ceux de la Reconquête : Palestine, péninsule Ibérique, Hongrie!; les activités militaires sont bien réelles : sur quatorze maîtres, cinq périssent au combat. Ces activités militaires sont largement financées par les revenus des pays de rapport : ces provinces, divisées et subdivisées en régions, bailliages et maisons, se trouvent dans toute l’Europe catholique. Le bailliage d’Arles comprend ainsi les commanderies avec juridiction d’Aix, Col de Cabres, Richerenches, Arles!; huit commanderies sans juridiction (dont Nice ou Avignon)!; vingt-trois commanderies dépendantes!; une vingtaine de maisons du Temple et une centaine de biens fonciers divers. Cette richesse, inégalée dans tout l’Occident chrétien, permet au Temple de subventionner largement les papes et les rois pour les entreprises de la croisade.

Du repli à la dissolution 
Les statuts de l’ordre du Temple sont réformés à cinq reprises!; Boniface VIII souhaite, au début du XIVe siècle, unir le Temple et les Hospitaliers (autre ordre combattant), mais Jacques de Molay, alors maître, refuse cette proposition. Or, à cette période, les données de la croisade ont profondément changé : l’Empire latin d’Orient, avec la chute de Saint-Jean-d’Acre en 1291, a cessé d’exister et les Templiers survivants se replient en France — d’où le roi, Philippe IV le Bel, s’est vu refoulé à l’entrée de l’ordre.
Philippe le Bel, envieux vis à vis des Templiers, du fait de leurs richesses et de leur puissance a cherché par plusieurs moyens à les utiliser à ses fins. Cherchant au départ à en devenir le grand maître tout en restant roi de France, il joua un jeu de trahison qui fini par l'arrestation, le Vendredi 13 Octobre 1307 au matin, de tous les Templiers du royaume. Les Templiers étaient devenus trop puissants et ils menaçaient de dépasser les rois en fonction. Banquiers (Henri III d'Angleterre, Saint-Louis, Philippe Auguste, ... y firent appel) , milices protectrices, ils avaient pourtant bien aidé Philippe le Bel en le protégeant par exemple des émeutes à Paris qui faillirent lui coûter la vie !
Un procès inique suivra cette arrestation bien orchestrée. Pendant sept années, les Templiers en liberté chercheront à se justifier auprès du pape, le seul à qui ils devaient théoriquement des comptes. Menacé par Philippe le Bel et ses sbires, ce dernier ne les écoutera souvent même pas !  

- 1312                                                                                                                        
Le 22 Mars, le pape Clément V abolit l'Ordre duTemple.
Malgré le passé glorieux de l’ordre (Damiette, Alep, Las Navas de Tolosa), Philippe le Bel, en manque de numéraire, fait emprisonner les Templiers, les fait torturer par l’Inquisition après avoir fait main basse sur leurs richesses et leurs livres de comptes!; les aveux de 137 templiers — qui reconnaissent tout ce que l’on veut pourvu que l’on cesse de les torturer — justifient la suppression de l’ordre au concile de Vienne en 1312 devant le pape Clément V, alors que les rois et princes d’Angleterre, d’Espagne, d’Écosse, d’Allemagne, entre autres, ont reconnu l’innocence du Temple.
- 1314                                                                                                                        
Le 18 Mars, Jacques de Molay et Geoffroy de Charnay furent livrés aux flammes d'un bûcher dressé dans l'île de la cité de Paris. Jacques de Molay, dernier grand maître du Temple (et vingt-troisième) lança alors l'anathème «Clément, juge inique et cruel bourreau, je t'ajourne à comparaître, dans quarante jours, devant le tribunal de Dieu ! Et toi aussi, roi Philippe !». De fait, Clément V et Philippe le Bel moururent respectivement le 20 Avril et le 29 Novembre de la même année ...

Suivant Philippe le Bel, les rois de France furent baptisés les Rois Maudits, ... et il est vrai que la lignée de ce dernier s'est éteinte à son 22ème successeur Louis XVI : ironie de l'histoire ou symbolisme ? il sera enfermé à Paris, dans la Tour Carrée aux tourelles rondes qui servi de maison-mère au Temple.
Les biens du Temple reviennent aux Hospitaliers ou aux ordres successeurs qui sont créés en Espagne : l’ordre de Notre-Dame-de-Montesa dans la région de Valence et l’ordre du Christ au Portugal.

- 1318
Plus de 3 000 chevaliers du Temple (malgré son abolition par le pape) se réunirent à Spoleto (Ombrie, en Italie). Deux factions se dessinèrent : ceux qui voulaient venger le Temple et ceux qui voulaient perpétuer les secrets de la chevalerie. Ce fut la deuxième qui décida de l'avenir ...

Entré dans l’imaginaire collectif à cause de l’extraordinaire opération de propagande menée par Philippe le Bel et inlassablement reprise ensuite sous forme de légendes, l’ordre du Temple est, sans doute, l’une des créations les plus représentatives de l’époque des croisades (1).
(Extraits: (1) "Temple, ordre du", Encyclopédie Microsoft® Encarta® 99. © 1993-1998 Microsoft Corporation. Tous droits réservés). 

Pour conclure :
Nombreux sont les mouvements sérieux ou non qui se sont attribué l'héritage des Templiers et ce thème figure parmi ceux qui ont suscité le plus de thèses et antithèses : le trésor des Templiers, l'ésotérisme des Templiers, la puissance des Templiers, ... tous les ingrédients semblent rassemblés pour déchaîner les passions et les extrapolations parfois osées !


* * * * * * * *