La statue de Zeus olympien

La statue de Zeus olympien est la troisième merveille du monde. 
Datant du Vème s. av. J.C. (entre 456 et 447 av. J.C.), la statue réalisée par Phidias, sculpteur grec 
chargé par l'homme d'Etat Periclès de la décoration du temple Parthénon à Athènes, ornait le site des premiers jeux olympiques. 

Caractéristiques et propriétés de l’œuvre


Haute de 18 m. (dont 6 m. de socle) et composée d'or et d'ivoire, sur une charpente de bois, elle représentait Zeus (de l'Olympe, montagne où résidaient les divinités) sur son trône décoré d'un foisonnement de statuettes et de reliefs : victoires, sphinx, 
grâces, saisons. Le dieu lui-même, en ivoire colorié, était revêtu d'un somptueux himation ciselé dans l'or ; il tenait de la main droite une victoire, elle même chryséléphantine, et de la gauche son spectre en or. Au-dessus, un aigle. 
Tous les thèmes du décor et l'attitude de la figure mettent en valeur l'idée de la puissance souveraine de Zeus. 

Histoire de l'œuvre

Cette statue est adressée à Zeus, dieu suprême des Grecs, honoré par l'ensemble des peuples helléniques. Zeus est essentiellement le dieu de la lumière ; il est aussi le dieu de la nature physique et des grands phénomènes célestes où se manifeste la vie cosmique : personnification du ciel et de son éclat, symbole de la pluie, du vent, des orages, du cycle des saisons, de la succession du jour et de la nuit..., dieu de la foudre, honoré sur des sommets élevés.
Elle fut détruite en 475 ap. J.C., à Constantinople, dans un incendie.
Aujourd'hui, il n’en reste sur place que le soubassement et les tambours des colonnes écroulées . Mais malgré tout, on peut voir, au musée construit auprès des ruines, d’importants fragments des sculptures, malheureusement anonymes, qui en proviennent.
= = = = = = = =
vers le temple
vers histoire