Les jardins suspendus 
de Sémiramis à Babylone

Les jardins suspendus de Sémiramis à Babylone est la deuxième merveille du monde. 
Les Jardins suspendus de Babylone étaient situés à Babylone en Irak. 
Construits vraisemblablement vers 600 av J.-C. sous le règne de Nabuchodonosor II (604-562 av. J.-C.). C'est le roi Nabuchodonsor qui aurait fait aménager ces jardins pour qu'ils rappellent 
à son épouse Amytis la végétation des montagnes de son pays d'origine. 
D'autres pensent qu'ils étaient en l'honneur de Sémiramis, une reine assyrienne. 
Hauts de 23 à 92 m., ils se présentent sous la forme de terrasses consécutives. 
Aucun historien grec n'a vu les jardins suspendus, il s'agit en fait de récits ou d'histoires racontées par les soldats.
La date de leur destruction est inconnue.

Caractéristiques et propriétés de l’œuvre

Pins et peupliers poussaient à l'ombre des palmiers, étagés sur des salles voûtées entre le palais et la porte d'Ishtar. Le terme suspendus vient en fait de la surélévation des jardins. Grâce a un ingénieux système d'irrigation la végétation y était luxuriante et
cela contrastait énormément avec les étendues sableuse du désert qui l'entouraient. L'eau qui permettait l'irrigation était prélevée directement dans le fleuve l'Euphrate. 
Cette merveille était proche de la Tour de Babel et des Palais des Rois où habitait Nabuchodonosor. 

Histoire de l'œuvre

Cette oeuvre a été construite en vue de satisfaire l'épouse de Nabuchodonosor II qui avait la nostalgie de sa région natale, la Médie contrée montagneuse et boisée. L'abandon progressif du système d'irrigation provoqua la disparition des jardins suspendus et la cité de Babylone déclina peu à peu jusqu'à s'éteindre à l'époque Romaine. 
Avant, la muraille et les jardins constituaient deux des sept merveilles du monde mais après la construction du Phare d'Alexandrie, la muraille perdit sa place.
A la fin du 19ème siècle et durant la 1ère guerre mondiale les archéologues allemands ont récupéré quelques briques de la muraille qui entouraient les jardins. Ils reconstruisirent ensuite une portion de la 
muraille à Berlin et aujourd'hui celle-ci se trouve dans un musée à ce même endroit. On peut voir notamment la porte d'Ishtar superbement décorée avec des dragons et des taureaux mythiques qui avaient pour rôle de protéger la ville. 
Aujourd'hui, il ne reste aucune trace de ces vestiges sur le site d'origine.
= = = = = = = =
vers Zeus
vers histoire