vers romantiques
Alfred de Vigny

(Loches, 1797 - Paris, 17.09.1863)
Poète, romancier et dramaturge romantique français.

Alfred de Vigny naquit le 27 mars 1797 à Loches, en Touraine, dans une famille d'ancienne noblesse ; son éducation fut fortement marquée par le culte des valeurs aristocratiques. Après la tourmente révolutionnaire, qui les laissa ruinés, les Vigny s'installèrent à Paris.
À la chute de l'Empire en 1814, Alfred de Vigny, conformément à sa naissance, entra avec le grade de sous-lieutenant dans les compagnies rouges ou Gendarmes du roi. 
Il tira profit du temps libre que lui laissait la vie militaire pour lire — notamment Byron — et faire ses débuts dans la carrière des lettres. En 1820, il fut introduit au sein du Cénacle, groupe littéraire qui s'attachait à définir les idées du romantisme naissant. Il se lia d'amitié avec Victor Hugo, qui fit paraître ses premiers poèmes dans sa revue, le Conservateur littéraire, dès 1822. C'est par un poème philosophique, Eloa ou la Sœur des anges (1824), qu'Alfred de Vigny fut révélé au grand public.

Chronologie :

- 1822 En mars, Vigny publie coup sur coup Poèmes antiques et modernes. Ce recueil réunit ses poèmes publiés en revue. 
- 1824 Publication d'Éloa. 
- 1825 Vigny épouse Lydia, une Anglaise.
- 1826 Mise en vente de Cinq-mars. Roman qui devint très populaire. Hugo lui-même écrivit dans la Quotidienne du 30 juillet 1826 un article élogieux sur ce roman « admirable » : « La foule le lira comme un roman, le poète comme un drame, l'homme d'État comme une histoire. »  
- 1831 Vigny entretient une relation avec Marie Dorval pour qui il avait notamment composé la Maréchale
- 1832 Publication de Stello dans la Revue des Deux Mondes (George Sand). Vigny fera d'ailleurs paraître plusieurs de ses meilleures œuvres dans cette revue. 
- 1833 La croix de la Légion d'honneur est remise à Vigny. 
- 1835 Représentation de Chatterton (qui exalta la figure d'un poète paria, incarnation de toutes les vertus), pièce dans laquelle joue Marie Dorval. La même année Servitude et grandeur militaires commence à paraître. 
- 1845 Après plusieurs échecs il est admis à l'Académie française.
- 1862 Mort de Lydia, l'épouse de Vigny. 
- 1863 Le 17 septembre, Vigny meurt de ce qui a probablement été un cancer à l'estomac. 
- 1864 Publication des Destinées
- 1867 Publication du Journal d'un poète

Admirateur de Shakespeare, Vigny contribua à faire connaître en France le grand dramaturge en traduisant en vers quelques-unes de ses pièces, notamment Othello, le More de Venise, qui fut représenté à la Comédie-Française le 24 octobre 1829.

----------

La Mort du Loup
(extraits)

[...]Le Loup vient et s’assied, les deux jambes dressées,  
Par leurs ongles crochus dans le sable enfoncées.  
Il s’est jugé perdu, puisqu’il était surpris,  
Sa retraite coupée et tous ses chemins pris,  
Alors il a saisi, dans sa gueule brûlante,  
Du chien le plus hardi la gorge pantelante,  
Et n’a pas desserré ses mâchoires de fer,  
Malgré nos coups de feu, qui traversaient sa chair,  
Et nos couteaux aigus qui, comme des tenailles,  
Se croisaient en plongeant dans ses larges entrailles,  
Jusqu’au dernier moment où le chien étranglé,  
Mort longtemps avant lui, sous ses pieds a roulé.  
Le Loup le quitte alors et puis il nous regarde.  
Les couteaux lui restaient au flanc jusqu’à la garde,  
Le clouaient au gazon tout baigné dans son sang ;  
Nos fusils l’entouraient en sinistre croissant.  
Il nous regarde encore, ensuite il se recouche,  
Tout en léchant le sang répandu sur sa bouche,  
Et, sans daigner savoir comment il a péri,  
Refermant ses grands yeux, meurt sans jeter un cri. 

* * * * * * * *