Description

 

La marmotte des Alpes est de la classe des mammifères,

comme l’homme ou le lion, cela signifie

qu’elle nourrit ses petits avec ses mamelles

 

Elle est de l’ordre des rongeurs

comme le castor ou le lapin elle a donc de grandes incisives

pour ronger les arbres et les fruits.

 

Elle est de la famille des sciuridés comme l’écureuil

mais elle ne grimpe pas sur les arbres.

 

Les scientifiques distinguent neuf variétés de marmottes,

en se basant sur de légères différences de couleur et de forme

Elles se rencontrent surtout en Amérique du Nord et en Europe.

La plus grosse, la marmotte des Rocheuses peut peser jusqu’à 13kg

 

 

Marmotte de Vancouver                                    Marmotte des Alpes

 

 

Elle est massive (comme une grosse boule de poils),

elle pèse de 3 à 5 kg et mesure de 45 à 60 cm de long.

 

Son pelage est brun-jaune,

le sommet de sa tête est plus foncé, parfois presque noir,

son ventre plus clair (de brun clair à beige)

et sa longue queue touffue (de 15 à 25 cm de long)

est brune à la base et noire au bout.

En hiver, sa fourrure isolante double de volume.

 

Elle a de petites oreilles et des courtes pattes

terminées par de petites mains composées

de cinq griffes aux pâtes postérieures

et de quatre griffes aux membres antérieurs.

 

 

Très habile, la marmotte peut écarter les doigts

pour manipuler sa nourriture.

 

Elle n’a pas une bonne vue (moins bonne que celle de l’homme).

Mais elle a une excellente ouïe et un grand champs de vision de 300°

alors que celui de l’homme n’est que de 160°.

De plus, ses yeux orientés vers le haut

l’aident à se protéger de ses prédateurs aériens comme l’aigle royal.

 

 

Champs visuel

de l’homme  &  de la marmotte

 

 

Habitat

 

La marmotte des Alpes vit dans les prairies alpines

parsemées d’éboulis (les alpages), de préférence

sur les versants sud qui sont exposés au soleil.

 

 

On la retrouve à travers toute l’Europe,

des Pyrénées aux Carpates.  Et bien sur dans les Alpes…

 

Elle aime vivre à une altitude comprise entre 1000 et 3000m

mais préfère vivre entre 1800 et 2700m,

là où pousse à profusion une herbe grasse et tendre

dont les racines font ses délices.

 

 

Terrier

 

La marmotte des Alpes passe 80 % de sa vie

dans son terrier qu'elle aménage avec soin.

C’est un véritable architecte pour ce qui est de creuser des galeries.

Elle s'enfonce profondément dans le sol

et elle creuse plusieurs couloirs souterrains qui mènent

tous vers une grande salle où toute sa famille tient à l'aise.

 

 

Elle creuse ses terriers avec ses mains,

enlevant pierres et terre en les faisant glisser sous son ventre.

Elle mélange de la terre et des herbes séchées

pour faire un mortier dont elle recouvre les parois

de ses galeries, rendues ainsi lisses et résistantes

 

Elle s'oriente dans l'obscurité de son terrier

grâce à ses vibrisses.

Ce sont les longs poils tactiles de sa moustache,

de ses sourcils, de ses joues et de son menton.

 

Elle a deux terriers, un terrier d’été et un d’hiver.

Les terriers d'hiver sont situés à une altitude plus basse.

Les terriers d'été ont plus d’entrées qui mènent

à des couloirs ramifiés et ils ont plus de chambres.

 

Si pendant l'été chaque famille occupe un terrier,

le terrier d'hiver héberge souvent la population

de plusieurs terriers d'été, soit dix à quinze individus.

 

Ce rassemblement de marmottes assure

une thermorégulation propice aux jeunes,

qui disposent de beaucoup moins de réserves graisseuses que les adultes.

 

 

Vie Sociale

 

La marmotte des Alpes est un mammifère diurne.

Elle vit le jour et ne sort pas la nuit car elle est dépourvue de vision crépusculaire.

 

 

Elle vit sur un territoire bien défini de 3.000 à 15.000 m².

En petites colonies composées de plusieurs familles.

Chaque famille se compose d'un couple d'adultes dominants

et de leurs jeunes des deux ou trois années précédentes.

Soit, des groupes d’une dizaine d’individus, quinze au maximum.

Les relations sociales entre les membres de la famille sont très développées.

 

Après avoir mangé quelques racines, elle passe ses journées

à creuser des galeries pour son terrier ou bien  à faire la sieste,

installée sur une pierre plate exposée aux chauds rayons du soleil

pendant qu’une sentinelle monte la garde

dressée immobile sur son postérieur en "chandelier"

 

 

Même l'aigle a très peu de chances de déjouer la vigilance de la sentinelle.

A la moindre alerte, elle pousse un cri strident

et se précipite dans son terrier, dont elle ne s'éloigne jamais

et dont l'ouverture est parfaitement camouflée derrière quelques rochers.

 

 

Reproduction

 

La marmotte des Alpes est un mammifère monogame.

Chaque mâle reproducteur s'accouple avec sa compagne.

Les marmottes peuvent se reproduire à l’âge de deux ans

mais souvent elles ne se reproduisent pas avant d’avoir trois ou quatre ans

(les marmottes ont une durée de vie de 14 à 16 ans).

 

Les accouplements ont lieu au printemps, fin avril,

une quinzaine de jours après la sortie de l'hibernation.

La gestation dure cinq semaines.  Et donc à la fin du printemps,

début juin, naissent trois ou quatre marmottons qui pèsent à peine 30g.

Les marmottons restent encore un mois et demi dans le terrier

avant d'être sevrés et de pointer leur nez dehors à la mi-juillet.

Les marmottons passent alors leur temps à jouer autour du terrier,

s'y réfugiant à la moindre alerte, pour bien vite remettre

le nez dehors, poussé par leur curiosité.

 

 

Une femelle ne porte bas que tous les deux ans

afin d'élever et nourrir ses marmottons tout en accumulant

des réserves de graisses suffisantes pour endurer l'hiver.

 

 

Alimentation

 

La marmotte des Alpes est une gourmande mais c’est parce qu’elle

doit faire des réserves de graisse pour sa longue hibernation.

Son poids va doubler du printemps à l'automne.

 

 

Elle peut manger 500g par jour,

pour un homme cela reviendrait à manger 6 kg de nourriture par jour.

 

Essentiellement herbivore, elle mange surtout des crocus,

des trèfles, des bourgeons, des racines, des bulbes, des graines,

des fruits ou des écorces.  Mais ce qu’elle préfère ce sont les fleurs

plutôt que les tiges, les racines ou les graines.

 

 

Il lui arrive parfois de devenir carnivore, lorsque les larves,

les vers, les criquets et les sauterelles sont abondants.

 

Ne buvant pas, elle n'a pas besoin de torrent.

Elle préfère se nourrir le matin et le soir lorsque les plantes sont couvertes de rosée.

 

 

 

Prédateurs

 

La marmotte des Alpes doit faire face à deux types de prédateurs.

 

Un prédateur aérien, l'aigle royal, qui l'enlève dans ses serres

sans même ralentir son vol.  Dès qu’une marmotte l’aperçoit

elle le signale par un seul cri strident et immédiatement

la montagne se vide de ses habitants.

 

 

Des prédateurs terrestres comme le lynx ou le loup

(qui sont devenus très rares aujourd’hui) et comme le renard.

 

 

 

   Le renard est accueilli par un concert de sifflements perçants

qui sont repris inlassablement à en perdre haleine,

chaque marmotte de la colonie surveillant les moindres mouvements du renard.

 

Ses principaux ennemis restent donc le renard et l’aigle royal.

  Il est assez curieux de noter que la marmotte devient

un combattant féroce et acharné si sa vie est en jeu,

et elle est capable d'affronter n'importe quel renard,

à condition de ne pas être attaquée par surprise.

On a souvent vu des marmottes tenir tête à des chiens et les repousser.

 

 

Hibernation

 

Dès que la température extérieure s'abaisse sous les 12°c

la marmotte des Alpes se réfugie au plus profond de son terrier.

Après un dernier repas, la marmotte boit beaucoup.

Puis, elle bouche soigneusement les accès à son terrier

et alors elle s’endort d'un profond sommeil jusqu'à ce que le délicat parfum

 de l'herbe tendre du printemps la réveille de nouveau.

Elle passe les 6 mois d’hiver, de la fin du mois de septembre

jusqu'à la fin du mois de mars, roulée en boule.

 

La réserve de graisse qu’elle s’est constituée durant l’été

lui sert de réserve et de protection contre le froid.

Durant l’hibernation son cœur ralentit de 220 à 30 coups par minute.

  Elle ne respire plus que 2 ou 3 fois par minute

et son corps refroidit de 38°c à 8°c et peut même s'abaisser jusqu’à 3 ou 4°c.

 

 

 

 

 

7PAGE D’ACCUEIL                    3Page Précédente                    PAGE SUIVANTE4

 

 

 

© Julien Willems 2001