Aperçu de la structure géologique
Description  -  Les grands types lithologiques  -  En images

1. Description

La coupe géologique que j'ai choisi de réaliser traverse l'entièreté de la commune depuis le Nord jusqu'au Sud.  

voir la coupe

Mon but est ici de comprendre le pourquoi des formes de relief décrites précédemment.

Marche-les-Dames appartient dans son ensemble au bassin de Namur, qui se présente comme un synclinal déversé vars le nord.

D'un point de vue stratigraphique, le socle calédonien (Cambrien et Silurien) n'est pas présent.  Seules les couches du socle hercynien sont présentes.  Ce sont les étages Frasnien et Famennien du Dévonien supérieur et les étages Tournaisien et Viséen su système Carboniférien.

Ce socle subira l'orogenèse hercynienne, à la fin du Carbonifère, pour donner naissance au socle Primaire ou Paléozoïque.  Ses structures sont plissées et d'orientation Ouest-Est.  Elles ont subi l'érosion et ont été recouvertes par une couverture post-hercynienne non plissée, formée de couches horizontales ou légèrement ondulée (Onx)

Ces poussées successives de l'Hercynien apparaissent à Marche-les-Dames dans les photos des affleurements de la vallée de la Gelbressée (cfr galerie géologique ci-dessous).

Le Nord de la coupe présente un synclinal où les dépôts d'Onx occupent presque la majorité du plateau de Wartet.  Ils ont recouvert le socle calcaire dont la dissolution n'est pas homogène partout, car il ne s'est pas formé au même moment.  Ainsi, les légères dépressions correspondent aux couches calcaires plus anciennes et les crêtes, aux couches calcaires plus récentes.

La rue aux Ruwales est située sur une faille se produisant peu après le sommet de l'anticlinal.  Sa conséquence est l'entaillement du plateau en une vallée en V très prononcée et à la pente élevée (environ 10%).

L'anticlinal se termine à hauteur de la rue Ardenne.

Le synclinal qui suit a un pendage impressionnant puisque la cote d'altitude se réduit de 100 mètres en 1 kilomètre.  Il se compose de deux terrasses, issues des dépôts mosans.  Ce synclinal a subi l'érosion verticale de la Meuse, créant des dépressions spectaculaires, facilitées par la nature calcaire du socle paléozoïque de la région.  Ce socle est immortalisé par la présence  des rochers sur la rive gauche et droite de la Meuse.

2. Les grands types lithologiques

a) Le calcaire

Le calcaire est une roche sédimentaire d'origine marine.  Il s'altère facilement par dissolution et est perméable lorsqu'il est fissuré.

b) La dolomie

La dolomie est une roche composée de calcite et de dolomite.  La dolomite est un minéral résultant de la transformation du calcaire en un carbonate double de calcium et de magnésium.  Ainsi, la partie calcite s'altère aussi facilement que le calcaire tandis que la dolomite résiste mieux.

Par leur dissolution en surface, les calcaires et les dolomies aménagent des dépressions.  Cette dissolution est responsable des différentes cotes d'altitude enregistrées sur le plateau de Wartet (à gauche de la coupe).

Ces dépressions sont comblées partiellement par des sédiments d'origines tertiaires : les dépôts d'Onx, issus de la Meuse.

Effectivement, au début du Quaternaire, la Meuse coulait au niveau du plateau de Wartet.

c)  Les schistes

Les schistes sont également des roches sédimentaires résultant de l'évolution des argiles d'origines marines.

Leur altération forme un matériau compact et imperméable.

Leur érosion conduit à des terrains en pentes plus douce que celles du calcaire.

A Marche-les-Dames, les schistes sont surtout présents dans la vallée de la Gelbressée, qui offre plusieurs affleurements.

3.  La géologie en quelques images

Voici en miniatures quelques affleurements ou autres observations qui donnent un aperçu de la géologie de la localité.  Cliquez sur celle-ci pour l'agrandir dans une autre fenêtre.

geo1.jpg (30639 octets)geo2.jpg (22517 octets)geo3.jpg (25529 octets)geo4.jpg (29006 octets)geo5.jpg (26124 octets)