Description de l'abbaye : le vivier

En avant-plan, le vivier.  Au fond, à gauche, l'actuel presbytère, ancien quartier des hôtes.  A droite, l'ancienne église abbatiale, aujourd'hui paroissiale

 

A quoi pouvait bien servir un vivier ?  Nous vous laissons deviner la réponse en lisant ces quelques lignes extraites d'une lettre de Marie de Bervier au seigneur de Walhain.

« En Notre Seigneur Jésus-Christ (...),

Très honoré et redouté seigneur, nous portons à votre connaissance que nous escomptons envers votre grâce et aimable charité, comme autrefois nous l'avions fait en vous suppliant pour l'amour de Dieu et l'honneur de la très sainte et douloureuse Passion, qu'il vous plaise à regarder avec pitié vos très petites filles et servantes de Jésus-Christ, en nous faisant aumône d'une tonne de harengs pour que notre couvent puisse passer le carême. »