De l'époque Romaine à la fondation de l'abbaye
Les découvertes  -  Une halte fluviale ? Une légende : les Nutons  -  Conclusion

1. Les découvertes

Cette période de 12 siècles (du premier siècle avant Jésus-Christ au XIème siècle après Jésus-Christ) reste très floue pour de nombreux historiens.  A vrai dire, nous ne savons que très peu de choses.  Néanmoins, la découverte récente des vestiges d'une villa romaine à Vezin en 1995 prouve que le site fut occupé pendant cette période.

D'autres découvertes, cependant, permettent d'avancer l'occupation du site.  Le commandant H. Harzée, en 1965, découvre une pièce de monnaie romaine que Thirion (du cabinet des médailles de Bruxelles) a pu dater. Il s'agit d'une sesterce (monnaie romaine) datant du règne de Commode où deux années sont mentionnées : 184 et 185 après J-C.

En 1849, entre Marche-les-Dames et Beez, un archéologue, dont le nom ne n'est indiqué que par ses initiales, A. B-F, découvre une cruche romaine à une seule anse et quelques pièces de monnaies à l'effigie d'Antonin (138 après J-C).  Il trouve également des objets divers, tels ciseaux, fragments de tuiles en terre rouge et des débris d'ustensiles en fer.  

2. Marche-les-Dames, une halte fluviale ?

Cette période étant plus obscure, nous sommes résolus à formuler des hypothèses quant à l'occupation du site.

Un fait semble certain : l'exploitation du fer est toujours présente à cette époque.  Aussi, l'hypothèse consiste à faire de Marche-les-Dames une halte fluviale où un petit port devait servir de moyen de communication dans l'échange du métal.  Ceci tendrait à expliquer la présence de la villa romaine qui alliait ainsi à la production du fer  pouvant servir à faire des armes (n'oublions pas que nous ne sommes pas loin de la frontière de la patrie de Clovis) celle d'une exploitation agricole.  Les fouilles dont les résultats commencent à nous parvenir devraient nous éclairer davantage sur le rôle de cette villa.  Une autre hypothèse consisterait à imaginer que, le niveau de Meuse étant plus élevé qu'aujourd'hui, un petit village sur pilotis aurait pu avoir existé sur l'emplacement approximatif de l'abbaye actuelle.  

Marche-les-Dames, une halte fluviale ?  Dessin imaginé par Charles FONTEYNE (1998)

3. Une légende : les Nutons  

C'est ici qu'il nous faut évoquer une légende bien ancrée dans les traditions locales.  Le travail du fer aurait été réalisé par de petits hommes intelligents, voire malins : les Nutons.

Ils habitaient dans les rochers, se cachaient pendant le jour et possédaient  quelques secrets liés à l'exploitation du fer.

Il n'était pas rare que les habitants des alentours viennent déposer des objets à réparer juste en face des rochers.  Les Nutons se chargeaient de la réparation en échange de quelques vivres.

Les "Nutons" vu par l'artiste Charles FONTEYNE (1998)

Cette légende peut porter à sourire mais comme chacune d'elle renferme une partie de la réalité, nous pouvons peut-être en conclure que l'homme était bien présent dans ce site et y avait une occupation.

Gageons que le surnom de "Nutons" est encore d'actualité aujourd'hui puisqu'il désigne le club de football de l' U.S. Gelbressée dont les installations se trouvent à l'entrée de la vallée.

4. Conclusion

Cette période semble marquer une sorte de parenthèse dans l'histoire de Marche-les-Dames.  Pourtant, l'homme était présent et y a vécu.  Aussi, deux questions n'ont pas encore trouvé de réponses définitives : Marche-les-Dames était-elle une halte fluviale ?  Une tribu y travaillait-il le fer ?  Quel rôle jouait la villa romaine de Vezin ? Actuellement, nous ne possédons pas tous les indices nécessaires pour donner réponses à celles-ci mais ceux-ci ne devraient pas tarder.