La mort du Roi Albert Ier 

 

Voici comment le comte Xavier de Grunne raconte l'accident : « La chute a dû se produire après l'achèvement d'une escalade, au moment où le Roi voulait compléter sa journée en gravissant une dernière tour qui surmonte la crête principale. En abordant la plate-forme sommitale de cette tour, le Souverain s'est accroché à un large bloc descellé et en équilibre instable. Ce bloc, très lourd, en basculant a rejeté le corps vers le vide. Il aurait certainement pu se reprendre à la plate-forme, deux mètres plus bas, si, par malheur, rencontrant une longue branche, son corps ne s'était renversé en arrière.  Dès lors, la chute s'est poursuivie, la tête vers le bas, sans possibilité de rétablissement.  A une douzaine de mètres en-dessous, une aspérité rocheuse défonçait le crâne et achevait l’œuvre cruelle du destin »

 

Xavier de GRUNNE, « La dernière journée du Roi Albert » in « Le Flambeau », 17ème année, revue belge des questions politiques et littéraires, Bruxelles.  Cité par E. TONET, « La Vérité sur la mort du Roi Albert », in « Le Guetteur Wallon » n°3, 1977

En 1977, l'historien local Ernest TONET publiait dans la revue "Le Guetteur Wallon" le récit complet de cette journée du 17 février 1934.  Son travail d'investigation (il a consulté les témoins de manière directe et indirecte) nous donne un texte plein d'émotions mais aussi d'une grande impartialité.  Pour le découvrir, cliquez sur le logo "voir document"