1874

1-8 : Le chanoine Frédéric Maton, ancien du collège (Rh. 1844 ?), lance une campagne pour la réouverture du collège fermé en 1852. Il écrit une série d'articles dans ce sens dans « La Semaine Religieuse » qu'il dirige, et convoque les prêtres issus de Soignies, les anciens professeurs et élèves du collège.

6-8 : L'initiative du chanoine Maton se concrétise par une pétition, signée par 38 prêtres sonégiens, 30 anciens professeurs et 150 anciens élèves. 

PRETRES SONEGIENS SIGNATAIRES DE L'APPEL

ANDRE Adolphe (1817-1886), curé à Jumet.
ANDRE Germain (1826-1904), curé à Anseroeul.
ANTHOINE Joseph (1841-1902), prêtre à Soignies.
BIDEZ Napoléon (1814-1896), curé à Brasménil.
BOETZ Victor (1811-1902), curé à Neufvilles.
BOUILLARD Louis (1823-1893), curé à Angre.
CHAPPUIS Léopold (1821-1886), curé à Montignies.
DARTOIS Vincent (1838-1889), vicaire à Frasnes.
DEBRICHY Eugène (1836-1912), curé à Molembaix.
DECASTIEAU Vincent (1840-1891), vicaire à Courcelles.
DELFERRIERE Jules (1842-1908), vicaire à Tournai.
DEMARBAIX Gustave (1845-1896), professeur à Leuze.
DEMARBAIX Henri (1834-1892), curé à Warquignies.
DERUE Hippolyte (1822-1892), curé à Lanquesaint.
DESCHAMPS Aloys (18   -    ), prémontré.
DUMONGH Emile (1845-1915), vicaire à Mons.
GAUTHIER Joseph (1832-1908), curé à Maurage.
GILMAND François (1804-1878), aumônier du prince de Ligne.
GOREZ Julien (1810-1895), curé à Ellignies.
HAURIS Léon (1847-1915), professeur à Enghien.
HUET Nestor (18   - ), vicaire à Ecaussinnes.
LEFEBVRE Maximilien (1798-1876), chanoine, ancien professeur au séminaire de Tournai.
LEURIAU Philippe (1842-1909), vicaire à Thuin.
LUCAS Noël (1810-1876), curé à Houtaing.
MARIN Nicolas (1828-    ), rédemptoriste.
MATON Frédéric (1826-1893), chanoine-chapelain à Tournai
MICHEL Victor (1841-1921), vicaire à Sivry.
PAULET Charles (1801-1875), doyen de Frasnes.
RAOULT Jean (1805-1875), chanoine-chantre à Tournai.
REMY Emile (1843-1921), professeur à Bonne-Espérance.
ROGER Isidore (1837-1901), curé à Spiennes.
ROLAND Nicolas (1829-1917), curé à La Bouverie.
SCRUEL Cyprien (1839-1915), vicaire à Carnières.
SCRUEL François (1802-1889), curé à Brye.

SIMON Nicolas (1835-1889), curé à Wangenies.

SOUPART Paul (1843-1908), vicaire à Beaumont.
VANBIENNE Séraphin (1790-1877), curé retraité à Harveng.
WATHIAU Augustin (1807-1882), curé à St Remy.

ANCIENS PROFESSEURS SIGNATAIRES DE L'APPEL

AUBERT Hubert (1823-1896), curé à Elouges.
BAUDELET Louis (1820-1880), curé à Bonsecours.
BERTAU Emile (1821-1895), curé à Meslin.
BERTE Charles-Louis (1829-1897), doyen de Boussu.
BLERVACQ Jean (1800-1889), chanoine, professeur au séminaire de Tournai.
BOETZ Victor (1811-1902), curé à Neufvilles.
BOURDEAUDHUI Henri (1827-1898), curé à Moustier.
CUVELIER Auguste (1811-1889), curé à Thieu.
DAWANT Alexandre (1814-1894), curé à Rêves.
DENIS François-Julien (1790-1875), curé à Moulbaix.
DEVROEDE Louis (1819-1885), aumônier militaire à Tournai.
EGGERS Henri (1821-1887), curé à Gilly.
FOSTIER Jules (1818-1880), curé à Solre.
HERNOULD Honoré (1817-1886), curé à Roisin.
JOACHIM Valentin (1823-1893), curé à Ghoy.
LACROIX François (1820-1879), curé à Ville.
LECLERCQ Louis (1798-1882), chanoine, doyen d'Antoing.
LEFEBVRE, Maximilien (1798-1876), chanoine, ancien professeur au séminaire de Tournai.
LEJOUR Louis (1823-1896), curé à Arquennes.
LIBERT Laurent (1818-1879), curé à Fauroeulx.
LIZON Jean-François (1781-1876), curé à Bauffe.
MISONNE Adolphe (1823-1892), curé à Sivry.
MISONNE Félix (1795-1886), vicaire à Mons.
NIFFLE Isidore (1823-1901), curé à Havré.
PIERART Mathieu (1795-1876), curé à Ham.
SIMONET Denis (1821-1887), curé à Joncret.
STAMANE Luc (1813-1895), curé à Givry.
TOLLEN Euqène (1811-1893), aumônier à Enghien.
VANSNICK Théodore (1820-1891), curé à Jemappes.
WATTECAMPS Edouard (1824-1903), curé à Rongy.

30-8 : Madame Flore Joly (1801-1885), veuve de M. Denis du Bois, fait don d'une vaste prairie sise le long de la chaussée de Braine, et qui était destinée à la construction d'un château. Denis du Bois avait fait partie du bureau administratif de l'ancien collège, à partir de 1828.

13-9 : Mgr Dumont désigne comme principal l'abbé Désiré Vandemaele, de Flobecq, ancien du collège (Rh. 1838), et précepteur des princes de Croy au Rœulx.

6-10 : L'abbé Joseph Anthoine, fils de l'ancien bourgmestre, offre sa maison de la rue de Braine, pour y ouvrir une classe qui compte d'emblée 20 élèves. Le premier professeur est l'abbé Théophile Lissence, d'Ellezelles.

8-10 : Fanfare Gauthier en tète, la population sonégienne vient en cortège manifester sa sympathie à l'abbé Vandemaele.

11-10 : Une messe solennelle d'ouverture de l'année scolaire est chantée dans la collégiale.

1875

Le baron Jean Béthune d'Ydewalle, fondateur de l'école St Luc à Gand dessine les plans du collège, avec ses élèves les architectes Eugène Nève et A. Verhaegen. Le style en sera néo-ogival, avec ossature en petit granit et remplissage de briques.

-4 : La réalisation des travaux est adjugée à l’entrepreneur Meurice, de Neufvilles.

5-5 : Après les vêpres de l'Ascension, l’abbé Vandemaele pose la première pierre, dans l'angle sud-ouest.

7-10 : Le collège compte 12 internes, qui logent chez M. Dujacquier (chaussée de Braine). Les récréations se prennent au marais Tillériaux.

14-11 : La charpente à peine posée est arrachée par une tempête.

1876

Une épidémie de variole cause la mort d'une centaine de sonégiens.

12-3 : Un ouragan renverse complètement le collège déjà remis sous toit. La toiture est soulevée et écrase 100 mètres de voûtes du bâtiment principal. Les élèves l'apprennent le matin par des voisins qui leur crient « Vo gaoïlle esst'involée ! ».

3-4 : Une souscription est ouverte dans « La Semaine Religieuse », et déclenche un mouvement de générosité extraordinaire. La vicomtesse Villain XIIII signale le désastre au pape Pie IX, qui accorde une bénédiction spéciale aux donateurs.

21-6 : Première cérémonie de communion solennelle, chez l'abbé Anthoine.

11-8 : A la distribution des prix, l'abbé Vandemaele remercie les donateurs de l'avoir aidé à construire... la grande cour, car c'est là qu'aboutissent les décombres.

3-10 : La rentrée se fait dans un collège inachevé, ce qui vaut à un professeur un jeu de mot devenu historique : «Le collège? Un établissement sans portes, sans fenêtres et... cent élèves ! ». Les élèves l'appellent « Hôtel des Courants d'Air ».

15-11 : Pour démentir de faux bruits, une commission d'experts vient contrôler la résistance des voûtes, en leur imposant pendant une journée une surcharge de 200 kg/m2. Un rapport favorable est signé par :  

L. COUSIN, ingénieur, professeur à Louvain.
A. VERHAEGEN, ingénieur à Gand.
F. BACKELMANS, ingénieur à Anvers.
L. CLOQUET, ingénieur à Tournai.
J. HELLEPUTTE, ingénieur, professeur à Louvain.

1877

14-7 : Soignies célèbre le douzième centenaire de la mort de St Vincent.

15-7 : Mgr Dumont vient inaugurer les bâtiments du collège et bénir la chapelle (installée provisoirement dans un dortoir), ainsi que la bannière dessinée par M. Louis Cloquet, professeur d'architecture à Gand.

3-10 : Le collège ouvre une section professionnelle.

1878

30-5 : L'abbé Vandemaele fonde la Congrégation de la Ste Vierge, qui subsistera jusqu'en 1958.

29-9 : Les Sœurs Rédemptoristines de Malines fondent un couvent dans la maison que leur donne Mlle Eugénie Libert (rue du Cul-de-Sac).

3-10 : M. Joseph Anthoine crée une fanfare au collège.

On construit à la chaussée de Braine un nouvel hospice, qui portera le nom de son fondateur Félix Eloy-du-Bois.

1879

10-7 : Le ministre Van Humbeeck fait voter la « loi de Malheur » contre l’enseignement libre.

28-7 : Première fête officielle du principal : l'événement est marqué par une excursion, fanfare en tête, au château du Rœulx, et par le lancement d'une montgolfière à air chaud.

Le doyen Jules François fonde le Cercle Catholique, rue de Braine.

1880

3-7 : Pour désobéissance à la loi de malheur, la commission des Hospices Civils chasse les Sœurs Franciscaines de leur couvent.

11-8 : La première rhétorique quitte le collège et fonde l'Association des Anciens, présidée par Firmin Ferbus, de Soignies.

Le premier banquet des Anciens a lieu au Cercle Catholique, et il est arrosé par une seule bouteille de vin : le bordeaux offert par M. Edgard Michel, professeur de mathématiques.

1881

On construit la chapelle : la décoration en est assurée par Léopold Blanchaert, et les vitraux dessinés par A. Verhaeghen. La croix et le coq du clocher seront ceux de l'ancien collège des Oratoriens, conservés dans les bureaux du journal « L'Impartial » (actuel Hôtel des Touristes).

21-6 : L'abbé Charles Isaac fonde la « petite » congrégation de St Louis, qui subsistera jusqu'en 1941.

1882

Albert Derneville, d'Houdeng, est élu vice-président de l'Association des Anciens.

9-7 : Les reliques de St Vincent sont portées en procession à Strépy, son lieu de naissance.

Les massifs de maçonnerie soutenant les 20 arcades du cloître sont remplacés par de gracieuses colonnettes, afin de faciliter la surveillance.

1883

Le chanoine Frédéric Maton est délégué par Mgr Dumont pour reconnaître officiellement les reliques de St Vincent.

L'abbé Vandemaele est nommé chanoine titulaire à Tournai. Il est remplacé par l'abbé Adolphe Mercier qui dirigeait simultanément l'Ecole Normale de Bonne-Espérance et le collège de Binche.