Enzymes.gif (4 Ko)

207 rue Lambert Dewonck - 4432 Ans (Alleur) - Tél: 04/263.18.60




Influence de l'alcool

Le plus courant des toxiques est l'alcool.
Il peut donner une macrocytose avec possibilité d'anémie.
Il perturbe TGO, TGP, GGT, OCT, LAP.
Il peut donner une hypokaliémie.
Il peut entraîner l'élévation des triglycérides, de l'acide urique, de l'amylase, de la lipase, de la vitesse de sédimentation, du fibrinogène, des alpha-2 .

Début de la page


Amylase, Lipase

Lors d'une pancréatite aigue ou d'une poussée aigue lors d'une pancréatite chronique: La lipase augmente entre 3 et 6 heures après le début de la crise et se normalise dans les 18 jours. L'amylase sérique augmente dans les 3 à 12 heures avec un maximum après 20 à 30 heures, la normalisation se fait entre le 1er et le 4ème jour. L'amylasurie atteint son maximum 6 à 10 heures plus tard que l'amylasémie, elle, revient à la normale après 3 jours.

Causes pancréatiques:

  • alcoolisme chronique.
  • ischémie pancréatique.
  • hypertriglycéridémie.
  • traumatisme abdominal.
  • certaines viroses dont l'hépatite virale et la mononucléose infectieuse
  • toxiques: certains médicaments.

Causes pancréatiques:

  • Hausse de la lipase, de l'amylase sérique et de l'amylase urinaire:
    • perforation d'ulcère, ileus (avec ou sans pérétonite)
    • infarctus mésentérique,
    • cholecystites aigues.
  • Hausse de l'amylasémie, de l'amylasurie, mais pas de la lipase:
    • parotidite (oreillons, ...)
    • grossesse extra-utérine
    • syndrome paranéoplasique
    • acidose diabétique
    • opiacés
    • tétracyclines
    • salazopyrine.
  • Hausse uniquement de l'amylase sérique:
    • insuffisance rénale
    • macroamylasémie.

Début de la page


Chronologie D'un Infarctus du Myocarde

Les CPK augmentent dans les 6 heures avec un pic vers la 18eme heure, ils reviennent à la normale en 3 à 4 jours.
Les CK-MB augmentent aussi le premier jour, mais sont revenus à un taux normal à la 48eme heure. Dans le cas d'un infarctus du myocarde, le pourcentage des CK-MB par rapport aux CPK est supérieur à 6 % Si le pourcentage est inférieur, il s'agit soit d'un infarctus datant de plus de 48 à 60 heures, soit d'une lésion d'un muscle strié (injection intra-musculaire, déchirure musculaire)

Les TGO augmentent vers la 6eme-10eme heure avec un pic maximal entre la 24eme et la 48eme heure, ils reviennent à la normale en 4 à 5 jours.
Les TGP sont moins elevés que les TGO (rapport TGO/TGP 1).
Les LDH augmentent vers la 24eme heure pendant 8 à 10 jours.
Les iso-LDH: la fraction I augmente dans les 4 heures, elle dépasse la fraction II à la 24eme heure. Le rapport LDH1/LDH2 reste élevé 3 à 4 jours plus longtemps que le taux des LDH totales. L'augmentation des premières fractions des LDH se prolonge donc même si les LDH sont revenues à la normale.
Bien sur tout infarctus du myocarde peut avoir une répercussion sur le système pulmonaire ou le système hépatique, ce qui influencera les différents enzymes.
Une hémolyse donne des TGO, des TGP et des CPK faussement élevés, dans ce cas il faut recontrôler sur un nouveau prélèvement.
Certains exercices musculaires violents peuvent fausser les tests, dans ce cas il faut effectuer un E.C.G. de contrôle.

C.P.K. (Créatine Phospho Kinase ou S-créatine-kinase ou CK):

Causes de leur élévation:

  • infarctus (6eme heure, maximum à la 36eme heure, N entre 3 et 4 jours.
  • traumatismes musculaires y compris les injections intra-musculaires.
  • dermatomyosites.
  • myopathies.
  • sérum hémolyse.
  • éthylisme chronique.
  • hypothyroïdie.
  • infections (Ornithose, Psittacose, Tétanos).
  • infection à l'oxyde de carbone (CO).

L.D.H.

Causes de leur élévation:

  • infarctus du myocarde.
  • embolie pulmonaire.
  • anémie hémolytique.
  • mononucléose infectieuse.
  • cytolyse hépatique.
  • foie cardiaque.
  • métastases hépatiques.
  • pancréatite aigue.
  • acidose lactique.
  • dermatomyosites.
  • myopathies.

Début de la page


Cholinestérases:

Leur taux permet d'étudier le métabolisme hépatique: si leur taux chute dans une affection hépatique au long cours, il faut soupçonner une évolution éventuelle vers la cirrhose. Si le taux est bas, il faut contrôler le taux de prothrombine, sa surveillance permettra d'éviter des hémorragies éventuelles.
Le taux des cholinestérases est très utile à connaître avant une opération:: il mesure la tolérance aux myotonolytiques (curare): il existe certaines déficiences congénitales. Leur taux peut encore chuter dans les intoxications par organophosphores.

Début de la page






Graphisme et Mise-en-page © Isabelle Delarge 2002 - Contenu © Laboratoire A. Moreaux et J. Van Meeuwen