L'importance de Nieuwpoort

Les origines de Nieuwpoort se situent à Sandeshoved, un endroit sableux qui, des siècles durant et avec l'aide du vent et de l'eau, s'était formé dans l'estuaire de l'IJzer pendant la formation perpetuellement renouvelée de la côte flamande. Cette dune, qui se situait plus haut, était déjà habitée dès le 9ième siècle.
Les moines de l'Abbaye des Dunes à Koksijde ont réussi, à moyen de digues élevées, à maîtriser le jeu inconstant de la mer.

Le comte de Flandres, Filips van den Elzas, a bientôt compris que le bourg de Nieuwpoort, vu sa position stratégique tant bien économique (comme port naval) que militaire (comme forteresse), serait d'une importance considérable. Ainsi, il accorda en 1163 une charte de fondation aux citoyens de Nieuwpoort. Les droits et devoirs qui furent stipulés dans celle-ci ont aménagé une société bien organisée. Au magistrat municipal furent aussi accordé des pouvoirs de jurisdiction.

A travers les siècles, la communauté de Nieuwpoort a toujours hardiment défendu ces droits et libertés. L'installation d'un système d'aménagement des eaux, par necessité très compliqué, a permis de déflecter le danger qui était toujours présent à cause de l'accès ouvert vers la mer. En même temps, la ville se trouvait défendue par des fortifications et des fossés.

Grâce aux interventions du comte Gwijde van Dampierre, de Philippe le Hardi duc de Bourgogne et de Sébastien le Prêtre Maréchal de Vauban, Nieuwpoort est devenu une ville quasi-imprenable - jusqu'à ce que les ramparts furent démolis à la fin du 18ième siècle.

Les voies d'eau vers Brugge, Ieper, Diksmuide, Veurne etc. ont occasionné un commerce très mouvementé. Ainsi, Nieuwpoort fut une ville de port florissante, un vrai carrefour entre l'hinterland et les pays d'outre-mer.

Quelques 15 sièges de longue durée - dont ceux de, par exemple, 1383 et 1914 ont abouti dans la destruction totale de la ville - n'ont jamais su briser la volonté de survivre, ni de recommencer chaque fois à tout nouveau.




Le premier carillon


Place du marché vers 1875, par François Musin (1820 - 1888), illustration de 'Volksliederen en Gedichten' par F. Morael, Inventaire du Patrimoine Artistique n° 01746 LDK/O

Il est donc bien évident que, dès le début, Nieuwpoort a participé à la création et au développement de l'art campanaire dans nos régions.

Un beffroi était pour la ville, comme pour tant de villes médievales, le symbole du droit de jurisdiction, de liberté et de prospérité.
La construction de la halle est à situer à la fin du 14ième siècle (la ville étant détruite par les Anglais en 1383).

La comptabilité municipale, recommencée à partir de 1388, est un récit de la renaissance de la ville. Elle prouve que le ritme normal de la communauté s'est restauré.

L'horloge officielle qui réglait en somme les activités, trouvait sa place dans la tour des Halles.
Depuis 1413 les comptes municipaux mentionnent la livraison ou le dépannage d'une '...machine avec cloches...' et '...d'un jacquemart qui sonne et indique les heures de la journée'.

Cettes cloches ont été apportées en barge de Brugge (en 1440 par Willem vande Wiele), mais aussi d'Amsterdam.

Adrien Jonas était le facteur d'un nouveau tambour pour la tour des Halles. Depuis 1582 jusqu'en 1608 - quand Jean dela Porte recevra paiement '...pour réparation et ajustement des cloches sur le beffroi du marché, afin qu'on puisse faire de la musique...' il n'y a aucune mention connue dans les comptes de la ville.

Ensuite vient une longue liste des carillonneurs avec entre autres Hendrik Grard, Jan Blampain et Joannes de Gruytters. Cette liste continue jusqu'en 1914, l'année ou commence la destruction totale de Nieuwpoort qui durera quatre ans.

Entre-temps le nombre des cloches du beffroi s'était accru d'une telle façon, qu'environ 1680 l'installation entière est transferée dans la tour de la ville, près de l'église. Le campanile plus spacieux est à l'avantage de la qualité musicale du carillon.



Le deuxième carillon

Tour de la ville construit en 1632

En 1735 on a remplacé ce carillon - qui n'a jamais été autre qu'un ramassis hétérogène et de suite n'a jamais été très mélodieux.

Le magistrat de la ville se rendait très bien compte de la situation et a commandé le 25 août 1735, pour remplacer l'ancien carillon qui '...sonnait de mal en pis...', un tout nouveau carillon à la fonderie de Pieter vanden Gheyn de Leuven.

L'autorité supérieure qu'on n'avait pas informé, voir consulté à ce sujet, n'était pas du tout charmée par l'impertinence de la ville de Nieuwpoort et en a fait part par un message bien salé à l'adresse des 'seigneurs de Nieuwpoort'.

Ceux-ci ayant déja réalisé ce deuxième carillon - ont promis de ne pas recidiver.

Quelques années plus tard (entre 1760 et 1777) une seconde série de cloches fût fournie par Georgius Dumery de Brugge.
Ce carillon s'est trouvé vraiment incorporé dans la vie publique de Nieuwpoort:

'Dimanche 6 juin 1860:
'Le matin à six heures la kermesse s'annoncera par la sonnerie des cloches, un concert du carillon, des salves de canon, la décoration des rues et bâtiments et par le pavoisement des bateaux dans le port.'


La première guerre mondiale mettra fin à tout ceci. Le génie de l'armée belge a fait sauter le 17 octobre 1914 la tour du carillon.

Le carillon de Nieuwpoort était composé à ce moment de 44 cloches, en total 8.793 kgs de bronze. La bourdon était une RE#1 de 150 cm de diamètre et avec un poids d'à peu près 1.890 kgs. La plus petite, une SI4 de 10 kgs et un diamètre de 20 cm.

De la série de cloches de 1735, il ne nous reste - pour autant qu'on sait - qu'une seule cloche tout à fait intacte, une Fa dièze2. Sur l' épaule elle porte le nom du fondeur et sa 'date de naissance' : 'VANDEN GHEYN ME FUDIT 1735', plus bas les armoiries de la ville de Nieuwpoort et le texte suivant: SPqN;
Son poids est de 23,5 kg et le diamètre à la base: 31,9 cm.
A part cela il nous reste du deuxième carillon que des fragments de bronze, deux cloches (de Georgius Dumery) abîmées et les gants du dernier carillonneur de l'avant-guerre, Louis Deschieter.


Le troisième carillon

Tour construite en 1952 ©

Ce n'est qu'après une interruption de plus de 35 ans, en 1952 notamment, que la tradition campanaire à Nieuwpoort se reprend. Il y a toutefois une différence importante: l'architecture du clocher aussi bien que la composition et l'accord du carillon diachromatique à quatre octaves, ont beaucoup changé.

Le clocher d'aujourd'hui est un édifice achevé, qui s'accorde avec le style de l'église (néo-gothique d'après-guerre). La suite de 67 cloches (la basse ES1, 1407 kgs) à été fondue par Marcel Michiels Jr., fondeur de cloches à Tournai et accordée selon la gamme de Pythagore.

Ce travail délicat a été accompli avec succès, grâce à la technique du fondeur et à la supervision de Victor Van Geyseghem, carillonneur et ancien prof. à l'école de carillon à Malines, et, avant tout, un expert de réputation internationale.

Le carillon se trouve maintenant dans la salle des cloches comme un vrai instrument de musique et non plus, comme était l'usage, - à Nieuwpoort aussi -, dans le campanile comme élément de décoration.

En 1992 la firme Clock-O-Matic de B 3220 Holsbeek a réalisé une révision totale de l'installation, à part les cloches utilisant les techniques les plus avancées.




Liste des cloches (diachromatiques) du troisième carillon

Liste des cloches.



Liste des carillonneurs de Nieuwpoort

En consultant les comptes de la ville et d'autres documents des Archives de Nieuwpoort, il en résulte une liste assez importante de carillonneurs attitrés qui ont été payés '...pour avoir fait belle besogne en carillonnant et en jouant sur les cloches des halles au marché ...' :
       

?

 

-

1608

Jan dela PORTE

1608

-

1619

?

1619

-

1628

Hendrik GRARD

1628

-

1629

?

1629

-

1643

Jan BLAMPAIN

1643

-

 

? ?

 

-

1700

Joris RANTS

1700

-

1707

Andries BOUDEN

1708

-

1721

Cornelis BEGEREM

1721

-

1737

Joannes de GRUYTTERS

1737

-

1742

Joannes GEERT

1742

-

1753

Pauwel CARLIER

1753

-

1781

Hendrik MAEGERMAN

1781

-

1815

Napoleon ROUCHE

1815

-

1840

Michel DESMEDT

1841

-

1863

Clement CELESTIN

1863

-

1879

Louis VLIEGHE

1879

-

1887

Louis DESECK

1887

-

1894

Karel DEDEYSTER

1895

-

1907

Louis DESCHIETER

1895

-

1914

Cyriel MICHIELS

1907

-

1914

et après une interruption de 35 ans

suite à la guerre mondiale 1914 - 1918:

Paul BOURGOIS

1954

-

2004

Els DEBEVERE

2003

-

 



Le carillonneur

Le clavier ©

Le carillonneur, Paul BOURGOIS(°1933) a fait connaissance avec le piano dès sa première enfance. Il s'est fait instruire dans la technique du piano et de l'orgue par Joris Porteman, un musicien sensitif.
Après ses études secondaires il s'est inscrit au 'Lemmensinstituut' à Mechelen. Ceci occasionnait naturellement la confrontation avec le carillon.

Ses professeurs à la 'Koninklijke Beiaardschool 'Jef Denyn', Staf Nees et Jef Van Hoof, l'ont introduit dans tous les aspects subtils de l'art campanaire.

Depuis 1953 Paul Bourgois traduit cette connaissance en musique épatante, non seulement à Nieuwpoort, où il a été nommé en 1954, mais aussi dans d'autres villes, en Belgique et à l'étranger. D'année en année son interpretation a acquis une maturité profonde et une expression de sentiment plus éprouvé. L'instrument est devenu une partie de son être.

La meilleure façon pour en faire l'expérience est de passer une soirée dans les environs de la tour pendant un récital estival.

La notation musicale n'est qu'un point de départ pour vous entrainer dans une ambiance musicale.

Après 50 ans d'activité dans les tours, Paul BOURGOIS peut laisser le soin des récitals de carillon à Nieuwpoort dans les mains de Els DEBEVERE, carillonneur.

Le Conseil Communal de Nieuwpoort, en réunion le 30 décembre 2004, lui a accordé le titre de carillonneur municipal honoraire.

Depuis 2000 il participe avec la harpiste Anne-Sophie BERTRAND, dans le duo 'TOCANDO'.

A.S. BERTRAND, harpiste©




Récitals et visite guidée

Des récitals de carillon par le carillonneur attitré Els DEBEVERE,(dipl.2004) sont organisés, pendant la période estivale entre le 16 juin et le 15 septembre, chaque mercredi à 20.30h.

Els DEBEVERE carillonneur attitré au clavier ©



Le programme est à la disposition des interessés pendant le récital, sur les terrasses de la Place, au pied de la tour et dans le "jardin-auditoire" accessible, par la Sint-Sebastiaanstraat, chaque mercredi pendant le récital.
Il est composé aussi bien d'oeuvres originales pour carillon que d'arrangements de musique classique et contemporaine et de chansons folkloriques.

Une visite gratuite guidée au carillon est possible, pendant juillet et août à 10h., suivie d'une audition à 11.15h. à condition de prendre contact d'avance avec le

Service de Tourisme; Grote Markt, 7; 8620 Nieuwpoort Tel: 058/22.44.22

où vous aurez à votre disposition, le calendrier et les programmes des récitals, et d'autres informations(E-mail: info@nieuwpoort.be).

Toute l'année une visite guidée peut être organisée pour des groupes d'au moins 10 personnes - sans dépasser la vingtaine - à condition de prendre contact avec le Service de Tourisme.


Calendrier des récitals en 2005 :


15/06/2005

20.30 h.

Els Debevere

19/06/2005

14.00 h.

Els Debevere

22/06/2005

20.30 h.

Els Debevere

29/06/2005

20.30 h.

Els Debevere

06/07/2005

20.30 h.

Els Debevere

13/07/2005

20.30 h.

Els Debevere

20/07/2005

20.30 h.

Els Debevere

27/07/2005

20.30 h.

Aimé Lombaert

03/08/2005

20.30 h.

Ludo Geloen

10/08/2005

20.30 h.

Els Debevere

13/08/2005

11.00 h.

Els Debevere

14.00 h.

visite guidée

17/08/2005

20.30 h.

Els Debevere

24/08/2005

20.30 h.

Els Debevere

31/08/2005

20.30 h.

Elena Sadina & Sergej Gratchev

07/09/2005

20.30 h.

Els Debevere

14/09//2005

20.30 h.

Els Debevere


~~~~~~~~~~~~

A l'occasion de la présentation de la nouvelle CD "Nieuwpoort et son carillon", en juin 1996, une primeur fut réalisée avec la performance musicale en combinaison pour harpe et carillon. Celle-ci a été possible avec la collaboration de Chantal BURIE (1941 - 2004), première soliste harpe à l'Orchestre Philharmonique Royal de Flandre et professeur d'harpe au Conservatoire Royal de Musique à Anvers.

Cette combinaison musicale pour harpe (Anne-Sophie BERTRAND) et carillon (Paul BOURGOIS) était programmée le samedi 7 avril 2001, à 20.00 h, dans la salle K.R. Berquin aux halles restorées de Nieuwpoort et le lundi 1 avril 2002 dans l'Eglise Notre-Dame de Nieuwpoort

Lundi le 28 mars 2005 à 20.00 h. le duo TOCANDO : Anne-Sophie BERTRAND (Paris) soliste harpe à l'Orchestre Symphonique de la Hessische Rundfunk (Frankfurt) dans l'église Notre-Dame, et le carilloneur municipal honoraire de Nieuwpoort, Paul BOURGOIS, au carillon dans la tour de l'église, ont donné un concert simultan en direct

Le Duo TOCANDO ©


Le Duo TOCANDO ©

A.S. BERTRAND ©

A.S. BERTRAND en concert ©

A.S. BERTRAND en concert ©



Le Duo TOCANDO en concert©



Transmission de son et d'image entre le carillon et l'église par les soins de la firme 'The 8ighth Day' de B 8432 Leffinge; les services techniques de la ville de Nieuwpoort ont assuré la logistique générale.


Enregistrements




Musique de carillon



Intro et thème de 'Vertellingen van Jan de mulder' par P.Bourgois ©
Clicquez la cloche et vous entendrez le carillon.



Bibliographie

  • Rijksarchief Brugge, Fonds Nieuwpoort (Van Werveke).

  • Beschryvinge der stad ende haven van Nieuport. J.B.Rybens 1876.

  • Die Lehre von den Tonempfindungen. H. Helmholtz 1877.

  • Modern Archief van de stad Nieuwpoort

  • Documents Historiques. R. de Beaucourt de Noortvelde. 1904

  • Nieuport ancien et moderne. C Wybo. 1904

  • De Beiaard van Nieupoort. J. Filliaert. 1936

  • Archief klokkengieterij M.Michiels Sr. en Jr. Doornik.

  • Beffrois, Halles Hôtels de Ville. J.Lestocquoy 1948.

  • Iconografie van het arrondissement Veurne. A. Verbouwe 1950.

  • Beiaarden in België. J. Rottiers. 1952

  • Heemkundig Tijdschrift 'Bachten de Kupe' 5e Jrg nr.4. Nieuwpoort 800 P.Bourgois 1963.

  • Van paardebel tot speelklok. A. Lehr. 1971

  • Beiaardkunst in de Lage Landen. A. Lehr. 1991

  • De vroegste geschiedenis van Nieuwpoort. R.Degryse. 1994

  • Wandelen in versterkte steden. Provincie West-Vlaanderen 1999.



    Adresses utiles.

    Provincie W.-Vl., Dienst Cultuur,
    (Service Provincial de la culture)
    Leopold III laan,41
    B 8200 SINT-ANDRIES
    tel.: 050.40.34.34;
    fax: 050.40.31.00;
    E-mail: muziek@west-vlaanderen.be

    -----

    Koninklijke Beiaardschool Jef Denyn,
    (Ecole royale de Carillon Jef Denyn)
    F. de Merodestraat,63
    B 2800 MECHELEN
    tel.: 015/20.47.92;
    fax: 015/20.31.76
    E-mail: beiaardschool@yucom.be
    Web-site: http://www.beiaard.org


    -----

    Dienst Toerisme & Cultuur, stadhuis,
    (Service communal du tourisme)
    Marktplein,7
    B 8620 NIEUWPOORT
    tel.: 058/22.44.44;
    fax: 058/22.44.28
    E-mail:info@nieuwpoort.be
    Web-site: http://www.nieuwpoort.be


    Connexions.

    les carillons dans le monde:

    techniques de carillon:


    © Paul BOURGOIS, R.Woutersweg,4 B 8620 Nieuwpoort.
    E-mail: paul-bourgois@tijd.com