L’histoire réelle de MURASHIGE ARITOMO SENSEI HANSHI 9 éme DAN AIKIDO

Arrivée en Belgique, en 1960
Témoignage de Michel Cogneau
Sa vie au Japon
Ses origines


Dés son arrivée en 1960 ici en Belgique.
En 1960, arrive à Gand, le Maître MURASHIGE.
C’est yoshimi sensei( Klin YOSHIMI) éminent pharmacien et responsable de l’école de macro biotique de Maître OSHAWA en Belgique qui l’accueille.
MURASHIGE SENSEI est membre de la religion OMOTO comme le Maître UESHIBA MORIHEI créateur de l’aïkido.
Il est ici en Belgique pour faire progresser l’enseignement de l’AIKIDO du Maître Fondateur, son but est d’unifier la pratique de l’AIKIDO en Europe, car à cette époque différents groupes existent tant en France qu’en Belgique (STAS et NAESSENS, NORO, et NAKAZONO en Belgique. NOCQUET, Noro, TAMURA, MOCHIZUKI fils en France). C’était la mission que lui avait confié O SENSEI UESHIBA MORIHEI.

Monsieur ANDRE JEAN, qui a déjà le 1 er DAN AIKIDO de ABE TADASHI, apprend qu’un 9 éme DAN se trouve à Gand, il s’y rend pour le rencontrer et lui demander s’il veut bien se déplacer à Bruxelles et donner cours dans différents  DOJO intéressés.
Suite à cette entrevue les premiers cours sont organisés au  DOJO  de T. Thielemans, avec les élèves de A. Jean et de J. Lindebrings.
Beaucoup de professeurs vinrent suivre les cours du Maître. Bien vite l’AIKIDO prend de l’extension et les cours commencent à se donner dans différents   DOJO.
Après Gand, MURASHIGE SENSEI s’installe au « Riz Doré » à Bruxelles chez Mademoiselle Cuylits et son groupe macro, celle-ci installe MURASHIGE SENSEI chaussée de Vleurgat à Ixelles dans l’arrière cour d’un bâtiment, où son groupe lui installe un petit DOJO avec ses appartements en mezzanine.

Dans ce DOJO seront donnés des cours pour ceintures noires tous les mercredis. Du côté de la pratique BUDO, à une première venue à Bruxelles, MURASHIGE SENSEI veut se faire une idée précise de l’avancement des élèves sur le plan de la pratique de l’AIKIDO, cela se révèle une catastrophe pour certains puisque le MAITRE demande un travail à genoux et la démonstration du premier principe positif et négatif tout simplement.
Le premier principe ou ikiyo ou encore ikajo en ura et omote. MURASHIGE SENSEI sépare rapidement le bon grain de l’ivraie, cela lui permet de connaître les lacunes, et, elles étaient nombreuses, et de savoir comment orienter son enseignement, et vers qui.

Tous les grades de ceintures noires attibués par MURASHIGE SENSEI, ont été sanctionnés par un diplôme signé de sa main et homologué par l’AIKIKAI de TOKYO au JAPON. Les ceintures noires reconnues par le MAITRE sont :


(Leçon privée de URASHIGE ARITOMO SENSEI à ANDRE JEAN)
SUR recommandation de MURASHIGE ARITOMO SENSEI auprès de O SENSEI UESHIBA de l’AIKIDO à TOKYO, Monsieur ANDRE JEAN fut nommé par celui- ci représentant officiel de l’AIKIKAI pour la BELGIQUE. (diplôme ci-joint)


témoignage de Michel Cogneau, disciple de maître MURASHIGE ARITOMO et d' ANDRE JEAN

Pour ma part, j’ai pratiqué au JAPON depuis 1975 jusqu'en 1981 afin de parfaire mes techniques dans différents BUDO.. Mon AIKIDO est celui que ma enseigné le MAITRE MURASHIGE ARITOMO et son disciple ANDRE JEAN.

La preuve fut faite lors du 30 éme anniversaire de mon organisation ,où YOSHOMI SENSEI (KLIN YOSHIMI)qui avait été l’UKE de MURASHIGE ARITOMO SHIHAN dés son arrivée en Belgique, est venu dans notre DOJO et il a confirmé devant toutes les personnalités présentes et les élèves que pendant 30années je n’avais pas trahi la mémoire de MURASHIGE ARITOMO SHIHAN et que mon BUDO d’AIKI était celui du MAITRE( voir la note du dessous)
Ceci était le plus beau cadeau posthume que je pouvais faire à MURASHIGE ARITOMO SHIHAN ainsi qu’à MONSIEUR ANDRE JEAN sans qui, l'AIKIDO n’aurait pas été pratiqué en Belgique.

Peu de gens peuvent dire encore aujourd’hui pratiquer le vrai AIKIDO DU MAITRE MURASHIGE et notre organisation ici à MONS est la garante du devoir de mémoire envers MAITRE MURASHIGE ARITOMO et de l’esprit traditionnel de son enseignement, certifié conforme par YOSHIMI SENSEI. Enseignement puisé à la source même de O SENSEI UESHIBA et qui dépasse largement la technique pour atteindre le niveau philosophique du vrai BUDO. Que l’AIKIDO resplendisse comme un soleil au firmament des arts martiaux pour la paix et l’unité dans le monde, est certainement le voeux sincère du fondateur et de ses principaux disciples de par le monde, dont MURASHIGE ARITOMO SENSEI a été un modèle et un digne représentant pour nous. Il reste à jamais gravé dans notre coeur et notre mémoire.


Histoire de la vie de MURASHIGE ARITOMO SHIHAN au Japon.

L’initiation au BUDO commence pour lui à l’âge de 13 ans. Sa première technique étudiée est le KENDO, à 19 ans il entre au BUTOKUKAI de KYOTO où il obtient le grade de 2éme DAN en s’entraînant 2 fois par jour. A 20 ans il part pour TOKYO, et commence l’étude du JUDO tout en continuant l’étude du KENDO. A 23 ans, il est gradé 3éme DAN KENDO. Il suit l’entraînement du JIU-JITSU SEKIGUSHI et devient 3 éme DAN en deux ans.

A 30 ans, il est promu 4éme DAN JUDO. Dans l’art de la lance et du NAGINATA, il est nommé 3éme DAN à 33 ans. C’est à 35 ans qu’il est reçu comme 6éme DAN et admis au

BUDO SENYOKAI. A 45 ans, le KOBUKAI AIKI lui décerne le 7éme DAN AIKIDO. Il fut gradé 8éme DAN AIKIDO à l’âge de 53 ans et fut promu 9éme DAN à l’âge de 65 ans. Il obtint également le 7 éme DAN de IAI, le 5 éme DAN de kendo et de JUDO , 3éme DAN en BOJITSU ainsi que bien d’autres grades comme en KUSARI GAMAJITSU, lancer du poignard, en YARI et en NAGINATA. En étudiant sa biographie, on est étonné de voir qu’il a obtenu encore bien d’autres grades dans différents BUDO anciens, bien entendu, ce n’est pas en s’entraînant 2 fois par semaine, qu’il a pu arriver à un pareil résultat, (avis aux amateurs de DAN). Mais il faut surtout savoir qu'en 1960, la discipline et le règlement dans les écoles de vrais BUDO japonais était très sévère et qu’un grand Maître qui donnait toujours cours ne pouvait porter que le 9éme DAN qui était le plus au grade. Pour obtenir le 10éme DAN il ne fallait plus exercer.


Les origines de MURASHIGE ARITOMO

Note: On a l’habitude de donner comme prénom à MURASHIGE, ARITOMO, EN REALITE SON PRENOM AU JAPON EST ARITOSHI.

Il y a 350 ans, la famille FUJISADA longue lignée de BUSHI pauvres maintenant mais qui gardât l’esprit de samouraï tout au long des siècles, elle fut vaincue en protégeant son seigneur à la suite de qui, ses membres devient des Ronin. C’est la raison pour laquelle mes ancêtres s’installèrent loin des villes. Même pendant cette retraite plusieurs des nôtres furent sollicités pour participer à des guerres comme étant de s BUDOKA, car beaucoup de mes aïeux s’étaient entièrement consacrés aux Arts Martiaux.


(illustration tirée de la revue budo world)
Fidèle à la tradition, mon frère aîné fut le 131éme de notre vieille famille. Quant à moi, je naquis le 7 janvier 1895 dans le département de YAMAGUCHI. Comme mon frère représentait le nom des FUJISADA, je devins, le fils adoptif de la famille MURASHIGE, famille qui était à sa 17éme génération, parente d’un petit seigneur.

Eux aussi furent du clan des vaincus il y a 300 ans, mais protégé discrètement par le seigneur MOORI. Il y eu en ce temps là un grand mathématicien MURASHIGE. Mon ancêtre d’adoption se nommait ARAKI MURASHIGE HYOGO NO KAMI.

retour au début de la page