Le domaine > Evolution des paysages

Fayenbois et l'évolution des paysages

Au XVIe siècle

L'agriculture se transforme : le Pays de Herve "passe à l'économie d'élevage bovin". Les prairies entourées de haies vives façonnent de plus en plus le paysage hervien.

Au XVIIIe siècle

Carte de Ferraris

Les vergers sont maintenant bien présents. Ce n'est sans doute pas un hasard. En effet, c'est en 1753, qu'est forgé le terme " pomologie " et c'est au cours de ce siècle, que cette science se développe. La carte de Ferraris illustre bien cette évolution dans l'environnement de Fayenbois.

Sur le plateau de Herve, les forêts restent toujours aussi clairsemées. Une situation qui n'évoluera plus guère.

Au XIXe siècle

Au cours de ce siècle, la Belgique devient "le pays phare en matière de cultures fruitières en Europe", et la poire le fruit vedette. Le domaine de Fayenbois participe de cette évolution et se dote aussi de grands vergers.

Au XXe siècle

Les vergers n'occupent déjà plus qu'une fraction du terrain. Les primes à l'abattage ont eu raison d'une partie des arbres fruitiers. Le démantèlement du domaine de Fayenbois entraîne aussi - pour cause de lotissement - la régression de ses vieux vergers.

A la fin du XXe siècle

Carte IGN

Dans le Pays de Herve, les vergers se font plus rares encore, les parcelles s'agrandissent, les abords des routes s'urbanisent et se banalisent avec leur cortège de résineux exotiques et la multiplication des maisons individuelles. Comme les vergers, les haies ont aussi beaucoup souffert. SCHAEKEN (1983), par exemple, estimait que "plus de 50 % des haies vives ont été arrachées au Pays de Herve depuis 1954"...

La carte de l'Institut Géographique National montre bien cette évolution, vers la rurbanisation (urbanisation du milieu rural) autour de Fayenbois.