Le château > Epoque mosane > Datation des charpentes

L'âge des arbres et la datation des charpentes

Cernes de croissance

Léonard de Vinci y avait pensé… et chacun de nous, à sa suite, s'est essayé au décompte des cernes sur une vieille souche, cherchant à lui arracher le secret de son âge.

Chacune des lignes sombres - dont notre œil attentif s'efforce de ne pas perdre la succession - signe, chaque année, la fin de la période de croissance de l'arbre en épaisseur, quand, à l'approche de l'automne, il ne fabrique plus que de fins vaisseaux pour conduire la sève brute des racines aux feuilles. Entre chaque repère sombre, contrasté et clair, le " bois initial " ou " bois de printemps ", fait lui de larges vaisseaux favorisant l'ascension de la sève.

Et nous voilà en possession d'une véritable machine à remonter le temps… Mais Léonard va plus loin : il soupçonne l'existence d'une relation entre l'épaisseur du cerne et les conditions climatiques de l'année de sa mise en place. L'intuition est gagnante… Restera à ses successeurs à récupérer le " tuyau ", ouvrant la voie à la dendrochronologie…

La datation de pièces de bois, qu'il s'agisse d'éléments de construction ou d'un panneau peint, peut s'avérer délicate. Toutes les charpentes n'affichent en effet pas leur millésime, et les archives n'ont pas forcément enregistré la date de construction de chaque bâtiment.

Reste alors à l'historien à consulter les cernes pour y lire le passé…