Le château > Son architecture

Architecture du château

Le bâtiment principal (XVIIe siècle restauré à la fin du XXe)

Le château se présente comme un vaste quadrilatère (22,50 sur 13,50 m) de briques strié de bandes calcaire et de hautes fenêtres à meneaux (au rez-de-chaussée et au premier étage).

Le château (coupe longitudinale)

Son niveau -1 comporte une séries de caves qu'il décline en deux versions, dont une voûtée. Le soubassement de l'édifice, leur servant d'écrin, est constitué de moellons de grès et de calcaire.

Le niveau 0, au rez-de-chaussée, est le seul qui ait conservé (à l'intérieur) une partie de sa décoration murale (stucs de style Empire). Celle-ci a fait l'objet d'une restauration soigneuse.

Quant au premier étage, il est fort semblable au niveau 0, la décoration en moins. Partiellement enfoui sous la toiture et éclairé via de petites fenêtres, le niveau 2 est aussi un peu moins spacieux. Les combles, parachevant l'ensemble, bénéficient de fenêtres mansardées.

Sentinelle contre la façade du château, la tour, cylindrique, élance vers le ciel sa flèche polygonale rehaussée d'un épi. Abritant l'escalier en colimaçon, et bordé d'une rampe en fer forgé, elle donne accès aux différents niveaux.

Le toit du château

Le château, comme sa (presque) contemporaine liégeoise, la Maison Curtius, présente un toit à croupes et coyaux recouvert d'ardoises.

Lors des premiers travaux de restauration, la charpente de la tour, qui avait échappé à l'effondrement d'une partie du toit, avait été enlevée et placée au pied du château, où elle resta - sans la moindre protection - de très (trop...) nombreuses années. Finalement, elle a été restaurée.