Le bois > Quête du classement

Fayenbois... ou la Quête du classement

Vallons boisés abritant son fier château, écrin de verdure en périphérie urbaine, le Domaine de Fayenbois jouit de tous les atouts pour séduire la Commission des Monuments et Sites. Opération charme réussie… dès 1934, elle sollicite le classement.

La mise en vente globale de 1922 avait fait planer l'ombre d'un démembrement augurant du pire pour la sauvegarde du site. La commune de Jupille s'en émeut et en 1937, acquiert le titre de propriété sur 20 ha 22 ares et 02 ca. L'Etat subsidie l'opération -à raison de 237.500 FB -, moyennant la garantie d'un maintien en état du site par la commune et de son libre accès au public. Le tout eu égard à la "bonne santé, physique et mentale, des populations", comme on se plaisait à dire à l'époque…

Le 29 mars 1968, un Arrêté royal notifie le classement du château comme monument. Quant au parc, on en reparlerait plus tard…

1973 : les appels répétés de Monsieur Clicheroux, Directeur général de l'Administration des Eaux et Forêts, en faveur du classement, restent lettres mortes.

Quant à la réticence première de l'asbl "Vacances et Loisirs", propriétaire de 3ha 74 ares et 13 ca, elle s'était muée en accord de principe, moyennant la possibilité de constructions nouvelles dont les plans resteraient soumis au Visa de la Commission.

Mais le chemin est semé d'embûches.

Les mouvements hérétiques fleurissent. Des conflits d'intérêts se révèlent au grand jour, des erreurs d'appréciation sont commises. Ainsi, le 04 août 1976, le MOC, par la voix de son Président, dévoile sur les ondes de Liège Matin son projet de construction d'une maison de repos sur le site.
Et la Députation Permanente, pour juger de l'intérêt des zones vertes s'en remet à l'avis du … Service provincial des Bâtiments…
Son architecte en chef ne relèvera que les empiétements - aire de camping, courts de tennis ou constructions nouvelles - qui, sournoisement, are après are, rognent les franges du Domaine.

La commune de Jupille s'était depuis longtemps indignée de ces abus, sommant les riverains de clôturer leurs terrains et la Division des Eaux et Forêts d'exercer une surveillance accrue.

En vain… Seule une décision de classement semblait à même d'enrayer la propagation de la gangrène… Mais, pour la Députation Permanente, le cas est désespéré. Elle parle d'un "Domaine qui n'appartient plus qu'au passé", là où Monsieur le Directeur de la Fédération du Tourisme, - consulté lui aussi - trouvait "bien triste ces restes de beauté naturelle de jadis…".

Des générations de défenseurs de patrimoine se relayent. Inlassable, la Quête du classement se poursuit… Elle finira par aboutir le 21 décembre 1977. Le plan de secteur de Liège cartographie la zone classée.

Plan de secteur de Liège