Le couvent des Minimes et la commanderie de l'Ordre Teutonique

Au n° 38 de la rue Pierreuse, est aménagée une entrée-sortie qui permet d'aller se promener sur le sentier des Terrasses :

Ces quelques marches donnent directement sur la porterie de l’ancien couvent des Frères Minimes :

Fondé au XVème siècle par saint François de Paule (ville de Calabre), ermite qui poussa l'humilité jusqu'à vouloir être appelé « minime » (le plus petit des enfants du Christ), l'ordre religieux qui porte son nom respecte des règles très strictes de pénitence et de jeûne. Des Frères Minimes ont vécu au Péri (Pierreuse) de 1624 à 1798.

La promenade, quelques escaliers plus tard, aboutit à des terrasses, d'où l'on profite d'un panorama exceptionnel sur la ville (grues de chantier mises à part) :

La tour des Vieux Joncs (dans le cercle rouge de la photo qui suit) rappelle la présence à cet endroit, dès le XIIIème siècle, de la Commanderie de Saint-André de l'Ordre Teutonique, ordre à la fois religieux et militaire dont le rôle était de protéger la chrétienté en combattant les infidèles.

Les moines-chevaliers venus s'installer derrière le palais des princes-évêques étaient originaires de la Grande Commanderie d' Alden Biesen (Limbourg), mots signifiant
« vieux joncs » en ancien néerlandais. D'où l'appelation de la tour.

Cette gravure du XVIIIème siècle représente le domaine des chevaliers teutoniques. On reconnaît, en bas à droite, les bâtiments du n° 66 de la rue du palais, occupés aujpourd'hui par des bureaux d'assistance juridique. On remarque aussi les jardins en terrasses :

Ces terrasses sont devenues des lieux de promenade pédestre. Autrefois, leur exposition plein sud les destinait, comme tous les coteaux de la Citadelle, à la culture de la vigne. Sans compter les potagers et jardins d'agrément de la commanderie.

Juillet 2006. Derrière les travaux d'extension du palais de justice, au-dessus de Pierreuse, on distingue encore quelques murs de soutènement de ces terrasses.
Une des terrasses aménagée pour la promenade.
La tour des Vieux Joncs à la fin du XIXème siècle.
En juin 2006.

De l'ancienne tour militaire, il est possible de redescendre vers la rue du Palais en empruntant divers escaliers, d'époque ou modernes :

On aboutit ainsi au n°60 de la rue du Palais, une autre entrée-sortie de cette promenade :

Mais revenons-en à la terrasse supérieure :

Si, au lieu de descendre via la Tour des Vieux Joncs, le promeneur continue sa flânerie sur le chemin principal, il arrive au bois des Mineurs :

Cet endroit porte ce nom parce qu'il faisait partie, jadis, des propriétés des Frères Mineurs, dont le couvent se situait en contrebas (l'actuel musée de la Vie Wallonne).

A l'extrémité du chemin, cette porte donne accès à l'impasse des Ursulines :

L'impasse des Ursulines tient son appellation d'une congrégation religieuse installée autrefois en Hors-Château.

Cette impasse (qui n'en est donc pas une) a son départ dans la Montagne de Bueren.


  Haut de page.

Si vous avez accédé à cette information complémentaire sans passer par une page principale, cliquez ici pour ouvrir le menu d'accueil.