Poséidon

Mythologie, "Poséidon, dieu de la mer", Éditions Atlas

 

Fils de : Cronos et Rhéa.

Épouse : Amphitrite

Attribut : trident

Animaux : taureau, dauphin, cheval.

Dieu des : Mers, des sources, des cours d'eau, des troupeaux de taureaux et de chevaux

 

 

    Poséidon est le dieu des Mers et de l'élément liquide en général. Fils de Cronos et Rhéa, il est l'un des trois maîtres de l'Univers, avec ses frères Zeus et Hadès. Il aida en effet Zeus à vaincre les Titans (=>voir) et se voit attribuer ainsi l'élément liquide. Il est donc le dieu des sept mers, des sources et des cours d'eau, mais aussi des troupeaux de taureaux et de chevaux. Il est ainsi surnommé le "maître des chevaux". Son palais est au fond de la mer. Il en sort sur un char attelé de deux chevaux à la crinière d'or. 

    Poséidon est l'un des dieux les plus craints par les hommes et particulièrement par les marins. Violent et coléreux, à l'image des éléments naturels qu'il incarne, Poséidon parcourt les mers. Chevauchant sa monture mi-cheval, mi-poisson, il est armé de son trident, don des Cyclopes, déclenche des tempêtes, dirige les flots, suscite ou apaise les tempêtes et les orages et fait jaillir les sources. Les marins redoutent ses sautes d'humeur, mais il peut également inquiéter les villageois et les agriculteurs, en provoquant des tremblements de terre. Ce comportement destructeur perturbe même Hadès, qui craint de voir un jour s'effondrer son royaume souterrain. 

Découverte de l'art, "L'art grec un idéal de beauté", p.96, Editorial Planeta Barcelone/Handforth Londres, 1985

    Il a une épouse légitime, Amphitrite, qui lui donna Triton et Benthésicymé. Il règne avec elle sur les mers mais on lui attribue plus de quatre-vingts amantes, immortelles ou mortelles et même parfois des monstres. 

    Même Déméter, sa sœur, doit subir ses avances et n'a d'autres recours que de se métamorphoser en jument pour le fuir. Le subterfuge est vain : Poséidon trompe la vigilance en prenant l'aspect d'un étalon et s'unit à elle sous cette forme. Arion, le cheval divin, qui servira plus tard de monture à Adraste pour conquérir Thèbes, et Perséphone seront les fruits de cette unique étreinte. 

    De ses amours avec Halia, naissent six fils et une fille, Rhode. Il tua ses six fils, après qu'ils aient violé leur mère.    

    De Phénicie, il a le dieu marin Protée. 

    Sa progéniture se compose aussi de Nymphes, de héros comme Bellérophon, Agénor et Pélias, et surtout de créatures redoutables, de géants malfaisants comme les Aloades, le cyclope Polyphème et le brigand Antée, qu'il eut avec sa grand-mère, Gaia

    Poséidon est responsable du destin tragique de Méduse. Des trois Gorgones, la belle jeune fille pour laquelle succombe le dieu des mers est la seule mortelle. Les deux amants commettent la fatale erreur de s'unir dans un temple consacré à Athéna et la déesse outragée transforma Méduse en un monstre à la chevelure de serpents et au regard pétrifiant. Athéna aidera ensuite Persée à tuer la Gorgone, alors enceinte de Poséidon. De sa tête tranchée jailliront ses enfants, le monstre Chrysaor et le cheval ailé Pégase.

    Intéressé aux affaires des mortels, il se venge souvent en envoyant contre ses ennemis des monstres marins ou d'autres calamités. Sa vengeance inassouvie le conduit à aider les Grecs contre Troie. En effet, durant une année, Poséidon et Apollon ont été contraints par Zeus à se mettre au service du roi de Troie, Laomédon, et de construire un mur autour de sa cité. Mais le roi a refusé de les récompenser une fois leur tâche accomplie. Apollon se vengea en déclenchant une épidémie de peste mais, jugeant la punition suffisante, il défend par la suite les Troyens. Quant à Poséidon, loin d'être apaisé, il réclama la mort de la fille de Laomédon. 

Découverte de l'art, "L'art grec un idéal de beauté", p.187, Editorial Planeta Barcelone/Handforth Londres, 1985

    Cependant, Poséidon ne prend pour autant parti pour les Grecs, ennemis des Troyens. Il aide sa nièce Athéna à se venger du petit Ajax pour le viol de Cassandre dans le temple de la déesse. Poséidon tue aussi Ajax et se venge de ceux qui tentent de le protéger. Ulysse subit, lui aussi la colère du dieu : lors d'une étape en Sicile, le héros de l'Odyssée a aveuglé son fils, Polyphème.

    Pour Poséidon, qui a oublié que Zeus, son frère cadet, l'a délivré de l'estomac de Cronos (=>voir), toutes les occasions sont bonnes pour prendre la place du roi des dieux. Un jour, il parvint à l'emprisonner avec la complicité d'Héra et d'Athéna, mais Zeus est sauvé par l'Océanide Thétis.

        Il se querella ensuite avec Athéna pour le statut de protecteur de la cité d'Athènes. Tous deux s'en remettent au chois des Athéniens et décident que l'élu sera celui qui leur offrira le cadeau le plus utile. Poséidon offrit un cheval et Athéna un olivier, arbre au multiple vertu. Le cheval servant plutôt à la guerre et l'olivier étant un symbole de paix, c'est Athéna qui eut la préférence des hommes et des dieux.

    Très mauvais perdant, Poséidon inonda la vallée de l'Attique. Le roi des dieux fut alors contraint d'intervenir et lui proposa la ville de Trézène pour calmer sa fureur. Il ne s'adoucira toutefois que lorsque les habitants de l'Attique auront accepté de l'honorer en tant que "promoteur de la végétation".

    Son apaisement n'est que de très courte durée car il ne tarde pas à disputer la cité de Corinthe à Hélios, le dieu du soleil. La ville est finalement partagée, sous l'arbitrage de Briarée, géant aux cent bras. L'Acrocorinthe, la partie de la ville exposée au soleil, est sous la protection d'Hélios, tandis que l'isthme de Corinthe, entouré par les flots, revient à Poséidon.

     Parmi les temples consacré à son culte, les plus connus sont à Paestum, à Athènes, à l'île de Calaurie et au cap Sounion. Il fut identifié à Neptune par les  Romains.

  

  

 

sources : texte : La grande encyclopédie 2002, Micro Application, juillet 2001 [CD-ROM]

                         Le petit Robert des noms propres, p.1673, France, 1997

                         Atlas de la mythologie, "Poséidon, dieu de la mer", Éditions Atlas

                         Myriam Philibert, Dictionnaire illustré des mythologies, p.257-258, Éditions de Lodi, France, 1997.

              images : Atlas de la mythologie, "Poséidon, dieu de la mer", Éditions Atlas

                           Découverte de l'art, "L'art grec un idéal de beauté", p.96-187, Editorial Planeta Barcelone/Handforth Londres, 1985