Épiméthée

   

    Épiméthée était le fils du Titan Japet et de l'Océanide Clyméné et le frère de Prométhée, de Ménoetios et d'Atlas. Lors de la révolte des Titans contre les Olympiens, Épiméthée et Prométhée rejoignirent le camp de Zeus, qui fut victorieux.

    Lors vint le jour de la naissance des animaux et des hommes, les dieux se mirent à l'ouvrage. Ils pétrirent le limon, le mélangèrent au feu et à d'autres éléments et forgèrent ainsi les premiers êtres vivants. À Épiméthée et à Prométhée, il revint de distribuer les diverses facultés indispensables à la survie de ces nouvelles créatures. Épiméthée proposa de prendre en charge la répartition de ces qualités et laissa à son frère la tâche de vérifier son travail.

    Avec générosité, Épiméthée conféra à certains animaux la vélocité, à d'autres la force, il fit de grande taille des uns leur arme et compensa la petitesse des autres par des moyens de défense comme le vol ou les griffes. Pour protéger les animaux des intempéries, il choisit tantôt des plumes, tantôt des poils ou une peau épaisse.

Atlas de la mythologie, "Épiméthée", Éditions Atlas, UE, 2003

    Il s'applique également à la régulation harmonieuse du cycle alimentaire comme au rythme de la reproduction et veilla à ce que les carnivores mettent bas des portées plus réduites que ceux qui se nourrissaient d'herbe, de racines ou de fruits.

    L'ennui est qu'Épiméthée (dont le nom signifie "qui réfléchit après") travaillait sans réfléchir. Avant même qu'il ait pourvu les hommes de quelque attribut que ce soit, voilà sa réserve entièrement vide. Que faire ?  Pouvait-on laisser les hommes ainsi nus et désarmés ?  Impossible, ils périraient à coup sûr.

    Afin de sauver les hommes de leur dénuement avant que n'arrive l'heure où ils devaient voir la lumière du jour, Prométhée décida de les aider. Ils leur obtint la meilleur part des sacrifices, leur fit don du feu et leur enseigna l'ensemble du savoir qui fonde une civilisation.

    Mais Prométhée et les hommes n'étaient pas sortis d'affaire pour autant. En effet, tandis que le Titan fut enchaîné au sommet du Caucase, les hommes, à cause de leur faible nature, étaient condamnés à travailler. Forge des armes, tissage des vêtements, construction d'abris, c'étaient de durs labeurs qui attendaient les créatures oubliées d'Épiméthée.

    Plus tard, les dieux eurent l'idée de créer la femme et de faire don de la première, Pandore, à Épiméthée. Lorsque Hermès lui proposa de prendre pour épouse Pandore, Épiméthée, naïf et inconstant, ne put résister à la tentation. La beauté de cette vierge conçue par les dieux le ravit tant qu'il en oublia les conseils de son frère et la fit entrer dans sa demeure. Prométhée lui avait pourtant déconseillé de recevoir le moindre cadeau de la part de Zeus de peur que le malheur ne frappe de nouveau les hommes.

Atlas de la mythologie, "Épiméthée", Éditions Atlas, UE, 2003

    Quand Épiméthée s'aperçut de son erreur, il était trop tard. Les maux qui se trouvait dans la boîte de Pandore se répandirent sur les hommes. Par bonheur, Pyrrha la Rousse, fille d'Épiméthée et de Pandore, n'était pas un poison comme sa mère et se révéla moins funeste pour les hommes que son père. Parce que Deucalion et elle avaient attentivement écouté les paroles divinatoires de Prométhée, le père de Deucalion, ils échappèrent au déluge que Zeus lança sur la terre pour noyer les hommes, en construisant une arche, et ils engendreront une nouvelle lignée d'hommes.

 

 

 

 

  

sources :  texte :  Philibert Myriam, Dictionnaire illustré des mythologies, p.88, Éditions de Lodi, France, 1997.
Atlas de la mythologie, "Épiméthée", Éditions Atlas, UE, 2003
Le petit Robert des noms propres, p.668, France, 1997
images :  Atlas de la mythologie, "Épiméthée", Éditions Atlas, UE, 2003