Juin 2001


Avant | JuinJuilletAoûtSeptembre | Octobre | Novembre

OrnithologieArchitectureEtat des routes | Gastronomie


Dimanche 1er juillet (Vaerøy, km+27=1375)

les nouvelles du jour sont sur la page juillet !


Samedi 30 juin (île de Vaerøy, km+9=1348)

message envoyé samedi à 07:55 pm

Coucou, c'est Gaëtane! Benoît étant occupé à des tâches domestiques urgentes (nettoyer le cabillaud pêché par mes soins avant d'aller le manger avec Isabelle et Bruno dans leur rorbu), je me charge de l'update journalier.

Ce matin, nous avons pris le ferry de Moskenes vers Vaeroy: deux heures de traversée sur une mer plutôt agitée, de quoi vous retourner l'estomac. Arrivés à l'auberge de jeunesse, nous vons rencontré Isabelle et Bruno, Français travaillant à Oslo. Nous sommes attendus incessamment après une partie de pêche particulièrement venteuse: nos appétits sont grand ouverts!


Vendredi 29 juin (Å, km+58=1339)

message envoyé vendredi à 06:46 pm

Le nom du village où nous nous trouvons, Å (prononcer euh), est fort bref. Ainsi en sera-t-il de notre compte-rendu quotidien.

UN PEU D'HISTOIRE....

Le roi Harald est monté sur le trône le 17 janvier 1991, à la mort de son père, le roi Olav V. Son épouse, la princesse Sonja prit de ce fait le titre de reine. Il y avait 53 ans que la Norvège n'avait pas eu de reine.

la reine Sonia est une grande sportiveSonja Haraldsen était devenue princesse royale le 29 août 1968, par son mariage avec le prince héritier Harald. Leurs fiançailles suscitèrent un large débat public sur l'avenir de la monarchie en Norvège.

Les critiques soulevées par le fait que l'héritier au trône de Norvège ait choisi de prendre pour épouse une jeune fille qui n'était pas d'extraction royale n'eurent cependant pas l'ampleur redoutée par beaucoup. La princesse Sonja fut d'emblée acceptée par toute la nation comme membre à part entière de cette famille royale si populaire.

Le couple royal a deux enfants: la princesse Märtha Louise (née le 22 septembre 1971), et l'héritier au trône, le prince Haakon Magnus (né le 20 juillet 1973).

Comme son père, et son grand-père le roi Haakon VII, le roi Harald a adopté la devise « Tout pour la Norvège ».


Jeudi 28 juin (Nusfjord, km+46=1280)

message envoyé jeudi à 07:26 pm

Nous prenons l'apéro dans notre rorbuer, avec Julien, cycliste suisse de La Chaux-de-Fonds, graphiste et peut-être futur guide de montagne. Nusfjord est le village le plus charmant des Lofoten que nous ayons vu jusqu'ici. Nous logeons dans une authentique cabane de pêcheur, rudimentaire mais très touchante par sa beauté et sa simplicité.

Pour arriver jusqu'ici, la route longeait une colonie de sternes qui nous nous ont fermement attaqué. Gaëtane hurlait de terreur sous leurs piqués, il est vrai que leur bec frôlaient nos crânes. Inutile de préciser que je n'ai pas eu le temps de les identifier précisément, sternes arctiques ou pierre-garins.


Mercredi 27 juin (Stamstund)

message envoyé mercredi à 07:09 pm

Tout équipés de Gore-tex, nous avons ramé cette après-midi vers le large, à bord d'une barque de l'auberge de jeunesse. Tangage et roulis assurés, surtout quand Benoît a voulu aller à la toilette, déséquilibrant le bateau et se jetant presque à la mer.

Nous avons pêché 6 poissons de taille respectable; nous avons engagé une poursuite forcenée avec un cadavre déjà étêté (nous les nettoyons à bord) qui avait glissé de nos mains et dérivait joyeusement; nous avons enfin cassé l'émerillon (petite pièce rotative qui maintient l'appât, un faux poisson métallique de 28 g avec hameçon triplette de la marque Stingsilda®, au fil et à la canne) en essayant de remonter quelque puissant cachalot !

Voir aussi la rubrique gastronomie.


Mardi
26 juin (Stamsund, km+59=1235)

Hier, 30 C, en maillot dans la mer et en marcel sur nos vélos. Aujourd'hui, 10 C, bonnet et gants indispensables. Tels sont les contrastes du temps norvégien, adieu soleil qui avait brillé une semaine complète jour et nuit.

Hier soir, ballade romantique le long des quais de bois d'Henningsvaer: tout éveille l'imagination de la grande période de pêche à la morue (cabillaud), quand de janvier à avril des milliers de pêcheurs de tout le nord de la Norvège rallient les Lofoten.

Des tonnes de poisson sont arrachées à la mer, séchées sur des grandes structures en bois, puis envoyées dans le Sud de l'Europe, en Afriqque de l'Ouest, etc. Nous avons assisté au chargement d'un camion à partir de ces immenses charpentes, où les ouvriers se déplacent comme sur un échaffaudage et jettent le poisson séché dans la benne sous leurs pieds.

Ce matin, viste de la Galleri Lofotens Hus: magnifiques peintures (dont des funérailles saisissantes fin du 19 siècle, par Otto Sinding), belle projection dias et objets traditionnels nostalgiques.

Nous sommes maintenant arrivés à l'auberge de jeunesse de Stamsund, assez extraordinaire sur son ponton qui donne directement sur la mer. Ah oui, on ne vous avait pas précisé que c'est notre semaine "vacances de luxe", soit peu de kilomètres, et pas de camping, pour profiter des villages de pêcheurs et de leurs fameux rorbuers.

Ce soir, nous recevons: un belge de Leuven, cyliste et ornithologue de 65 ans, nous rejoint pour diner à 19h30 dans notre rorbuer. Allons préparer l'apéro.

Voir aussi les rubriques gastronomie et ornithologie.


Lundi 25 juin (Heningsvaer, km+37=1176)

message envoyé lundi à 07:52 pm

Journée faste en trois points forts antichronologiques.

Nous revenons d'une partie de pêche particulièrement réussie: après avoir attrappé 3 petits lieux noirs (Ben 2, Gaë 1), dont le plus grand a la taille d'une bonne truite, Gaëtane m'appelle à l'aide, la canne presque pliée en trois, luttant pour ne pas basculer à la mer: c'était un énorme cabillaud, que nous remontons à grand peine sur le quai; avant même que je puisse prendre la photo traditionnelle, un allemand barbu qui partageait nos aventures du moment se précipite avec son couteau à poisson et tranche la gorge du monstre marin. Blague à part, c'est vrai qu'il avait des dents, le bougre, et qu'il devait peser quelques kilos.

Avant cela, le long de la route, nous sommes descendus vers une petite plage assez idyllique, pour tester les conseils du Guide du Routard, ouvrage sérieux par excellence, à propos de la nage en mer arctique: "Mode d'emploi: entrer dans l'eau en courant et s'accroupir. Ressortir en courant. L'eau est froide certes, mais on est tout de même dans le cercle polaire... Et puis le soleil paraît si chaud. De toute façon, ceux qui n'iront pas seront des petits kikis. Ceux qui iront aussi, mais ils sauront pourquoi."

Quant à Benoît, il a même fait quelques brasses. Nous avons rencontré un anglais de 57 ans qui voyageait également à vélo, et nous avons partagé notre enthousiasme pour ce type de vacances.

Enfin, ce matin, nous avons pu utiliser gratuitement Internet dans la bibliothèque de Svolvaer, comme dans toutes celles de Norvège d'ailleurs, mais comme le temps est limité (ici, 1/2 h par personne), nous n'en profitons pas pleinement, avec les suivants qui attendent dans notre dos. Malheureusement, ici dans le Nord, les Cyber Cafés n'existent pas. C'est malgré tout pour nous un enchantement de lire vos messages, privés ou sur le livre d'or, nous voudrions répondre à chacun d'entre vous, mais nous avons juste le temps de consulter le site, vérifier nos mailbox hotmail, et éventuellement envoyer quelques photos digitales. Merci en tout cas, nous pensons bien à vous.

Voir aussi la rubrique gastronomie.


Dimanche 24 juin (Svolvaer et environs, km+20=1139)

message envoyé dimanche à 08:03 pm

Agréable flânerie au soleil perpétuel. Nous avons visité Kabelvag, un joli village voisin qui commençait à s'animer lorsque nous l'avons quitté ver 14h00. Nous y avons écrit quelques cartes postales sur un ponton, puis longuement bavardé avec deux Norvégiens de Trondheim qui nous ont appris énormément de choses sur leur pays: culture, coutumes, langues, spécialités culinaires... Les yeux de Gaëtane brillaient de ferveur.

Il n'y avait pas de messe dans la splendide église, donc nous l'avons lue nous-mêmes, comme souvent, dans le "Prions en Eglise". Je fais le prêtre, Gaëtane l'assemblée, puis on change. La première lecture, du Livre d'Isaïe, commençait ainsi: "Ecoutez-moi, îles lointaines!" Ce gars était vraiment un prophète...

Aujourd'hui, important rubrique ornithologie, avec commentaires généraux, liste récapitulative et remarques particulières.


Samedi 23 juin (Svolvaer, km+56=1119)

message envoyé samedi à 06:58 pm (et reçu dimanche midi !)

Dans des messages privés (nous pourrions les qualifier de confidentiels), plusieurs d'entre vous semblent s'inquiéter de l'état de nos fesses et de nos mollets. Il est sans doute temps de lever le voile sur le sujet: fesses et mollets se portent fort bien et vous remercient de votre sollicitude. Nos cyclistes (culottes rembourrées) joints à nos bonnes selles en cuir font merveille jusqu'ici, et une douleur passagère de fin de journée peut être soulagée par quelques coups de pédales en danseuse. Nos mollets, quant à eux, protestent parfois aussi à la fin des longues étapes (entre 80 et 100 km): nous les faisons taire par une bonne nuit de repos, et le lendemain, nous les sollicitons un peu moins.

A part cela, voilà quelques jours qu'un soleil flamboyant ne nous quitte plus jour et nuit et, aux heures pendant lesquelles nous roulons, c'est principalement notre bras gauche qui rôtit à petit feu, car notre cap moyen est le sud-ouest.

Nous avons établi nos quartiers pour deux nuits dans une petite chambre d'auberge, au bout d'un quai. Depuis les fenêtres, je vois du haut en bas: ciel bleu, montagnes escarpées tombant à pic dans la mer bleue, pontons en bois, bateaux de pêche à coque rouge, algues et varech.

Voir aussi la rubrique ornithologie.


Vendredi 22 juin (Stokmarknes, km+85=1063)

message de vendredi 07:58 pm

Sommes arrivés à un camping perdu - Stop - Journée grandiose, Ben a sorti son marcel, Gaë se tartine de P45 - Stop - Avons pêché 4 poissons, Gaë a ferré le plus gros - Stop - Vous embrassons - Stop.

Voir aussi comme chaque jour les rubriques gastronomie et ornithologie, et surtout ne manquez pas les nouvelles photos !


Jeudi 21 juin soir (Risoyhamn, km+63=978)

message de jeudi 07:03 pm

Très belle journée sur la côte ouest de l'île d'Andoya, avec des pics qui se détachent sur le ciel bleu pour tomber dans la mer bleue. Petite fatigue quand même après la longue étape d'hier; nous avions finalement planté la tente à la sortie de Andenes, dans un camping de bord de mer, vue extraordinaire, face au soleil de minuit, idem à une heure du matin... La traversée était moins longue que prévue: de 19h30 à 21h00. Mon compteur avait tout juste atteint 100 km pour la journée!

En passant, nous avons visité une exposition d'art dans une petite maison côtière où travaillent deux artistes hollandais, Dick et Karel, et une artiste allemande, Suzanna. La Verksted Galleri de Bolgeblikk présente surtout des bijoux et des peintures que nous aimions bien. Leur site Web ouvre bientôt, ils nous en enverront l'adresse.

Après deux tentatives infructueuses en mer, je vais essayer d'aller pêcher notre repas du soir dans un petit lac, proche des quelques vieilles maisons (un ancien musée, paraît-il) où nous avons élu domicile, notre tente et nous-mêmes.

Voir aussi la rubrique ornithologie.


Jeudi 21 juin matin (Andenes)

message de jeudi 09:00 am

On vous envoie déjà quelques nouvelles ce matin (grand vent mais toujours grand beau) tant qu'on a du réseau. On a planté la tente à la sortie de Andenes, dans un camping de bord de mer, vue extraordinaire, face au soleil de minuit, idem une heure du matin... La traversée était moins longue que prévue: de 19h30 à 21h00. Hier soir, mon compteur a tout juste atteint 1000 km!

Voir aussi les rubriques architecture et ornithologie.

Concours de dessins d'enfants

Aujourd'hui 21 juin, jour le plus long pour tout le monde, nous voudrions proposer aux enfants qui nous suivent via leurs parents un petit concours de (futures) vacances: leur plus beau dessin sur le thème:

"Grand Nord et Soleil de Minuit"

Règlement sympathique:
  1. âge: entre 3 et 8 ans aujourd'hui.

  2. format A4.

  3. date limite d'envoi: 31 juillet, idéalement par annexe e-mail scanné sous format JPG à l'adresse: "soleildeminuit@bike8000.com", ou par courrier à l'adresse "Soleil de Minuit", c/o Webmaster Roland Fabri, avenue des Rossignols 27, B- 1970 Wezembeek-Oppem, Belgique.

  4. bien préciser dans l'envoi les prénom, nom et adresse postale complète du petit participant.

  5. concours limité aux 100 premiers dessins reçus.

  6. date limite pour le vote: 31 aout, par e-mail à la même adresse
    "soleildeminuit@bike8000.com". Les dessins numérotés seront exposés tout le mois d'août sur le site, en petit format agrandissable.

  7. un seul vote par personne, pour les grands et petits à partir de 3 ans,
    pas de vote pour soi-même, ni pour un membre de sa famille immédiate (enfant, frère, soeur).

  8. le gagnant ou la gagnante recevra par la poste un petit cadeau de Gaëtane et Benoît !

Bonne chance à tous, on vous embrasse très fort! >>>> Gaëtane et Benoît


Mercredi 20 juin (Grillefjord, km +93=908)

message de mercredi 07:35 pm

Tout s'enchaine aujourd'hui à une vitesse vv': je vous écrit depuis le ferry sur lequel on a embarqué in extremis, après une étape à vélo splendide (merci Luc pour le conseil) et épuisante (merci aussi, on ne t'en veut pas, c'est promis).

"Chic, le soleil se cache enfin derrière un nuage...". Vous vous dites déjà les pauvres, ils délirent! Pas du tout, ce fut une journée torride (30°C au thermomètre de Gae) et dans une des inombrables montées, ce fut le cri du coeur. On a terminé par un sympatique col à 175 mètres, quand on vient du niveau de la mer, c'est dur!

Sinon, on pète la santé, et je me dépêche d'envoyer ceci avant d'être en pleine mer, 3 heures de traversée jusque Andenes, on devrait arriver vers 23h00.


Depuis 1988 Andenes est le principal centre européen pour l'observation des baleines, ainsi que le point de rassemblement de nombreux chercheurs de différents pays.


Mardi 19 juin (Sorreisa, km +57=816)

message de mardi 07:58 pm

Hei paa dere, Det var artig aa komme heim i gaar. Benoit og Gaëtane ventet og
fikk omvisning paa gaarden. Kvelden var utmerket for baal og kvalbiff. Kjapp tur opp i lia i morges for aa leite etter tiuren: fersk skitt og fjær var de eneste spor... Maa komme tilbake til leiken neste aar. Velkommen tilbake.

De mon retour d'Oslo, nous avions de la visite à Svendborg! Ce n'est pas tous les jours que ça arrive et c'est d'autant plus appréciable quand c'est des gens comme nos amis Belges. La soirée s'annonçait particulière et il fallait marquer un peu le coup: grillades de viande de baleine, café et rhum avant de pianoter en vitesse sur nos sites internet! Les contrastes sont importants ici, on passe d'un siècle à un autre en changeant de pièce.

Ce matin, j'avais pensé faire découvrir quelques unes des spécialités du pays: les moustiques! Ils commencent à se montrer. Les grands tétras qui habitent derrière chez nous se cachent bien, mais nous avons tout de même vu quelques traces: crottes d'hiver et d'été et quelques plumes. Il faut venir en avril à la période des "jeux", parades nuptiales. Il y a tellement de chose à découvrir ici pour ceux qui sont
intéressés par l'environnement. Les moustiques sont vite oubliés dans une telle nature. Voilà 9 ans déjà que je traîne mes clics dans ce pays et je ne m'en lasse pas. Je dois même dire que c'est un plaisir de faire découvrir cette région du "Indre Troms" aux gens de passage. Bienvenue aux intéressés.

Luc

Petit flash back: hier fut une journée commencée en beauté, dans les bureaux de la pompe à essece Statoil de Nordkjosbotn, avec Internet mis gracieusement à notre disposition par le patron. Nous étions de nouveau ébahis par le nombre de visites, les messages, les parrains et nous avons pleuré de rire en voyant le dessin de Benoît vu par Xavier, merci à tous.

C'est donc de très bonne humeur que nous prenons la route sous un ciel nuageux. Pique-nique le long d'un lac splendidement sauvage, nous sommes sur une route secondaire, la E6 et son trafic sont loin. La recherche de Luc peut commencer: à la sortie d'une immense clairière avec plusieurs fermes, nous faisons fausse piste dans un bois très sauvage, nous rencontrons un biologiste prof d'Unif à Tromso qui récolte des minuscules scarabées, ne connait pas Luc mais bien les oiseaux Scandinaves, nous retournons à la clairière où nous obtenons enfin des indications plus précises, et nous arrivons enfin à bon port.

Dans cet endroit très reculé où Luc, Espen et Aslak nous ont reçus comme des rois, le confort 5 étoiles n'est pas de mise. Pas d'eau courante, la source est à 100 mètres, pas de chauffage central, la réserve de bois est à gauche de la grange, pas de sanitaires à l'intérieur, la toilette est à doite de la grange. En été, cela va, en hiver, par -30°C et avec 1m 50 de neige, cela se complique! Par contre, ils ont Internet, et c'est hilares que vers 22h30 nous regardons tous ensemble leur site, puis le nôtre, avec l'update du jour que Roland a même illustré de leur logo.

Promenade magnifique dans les bois ce matin avec Luc et nous prenons congé de nos amis: merci mille fois, c'était une étape des plus enrichissantes.



Ce soir, nous avons planté notre tente face à un estuaire. Sur les conseils de Luc, nous avons modifié notre itinéraire: on remonte vers le nord jusque Gryllefjord, puis on prend le ferry jusque Andenes et on descend les îles Vesteralen et Lofoten.

Voir aussi les rubriques gastronomie et ornithologie.


Lundi 18 juin (Svensborg, km +74=758)

message de lundi 07:37 pm

Hourra, nous sommes avec le fameux Luc! Il habite avec une bande de copains norvégiens dans une ferme isolée, un endroit assez extraordinaire. Ils ont une petite société de "outdoor living" (http://www.undervegs.no) et proposent à leurs clients, sportifs de toute l'Europe ou écoles locales, des activités comme expéditions avec traîneau et chiens (il y a 5 huskies ici) en hiver, ski de randonnée ou télémark en montagne au printemps, descente de rivière en canoë en été, etc.

Nous avons déjà appris énormément de choses que nous vous raconterons plus en détail demain, car ce fût une journée assez dense. Architecture, ornithologie, collecte de coléoptères, ambiance de l'équipe ici, vous saurez tout.

Je vous laisse pour rejoindre nos hôtes, un grand feu se prépare, espérons que cela fera fuir les moustiques qui attaquent ferme, et encore il paraît que ce n'est rien: les vraies réjouissances commencent fin juin.

OK, il y a un peu de réseau quand même car il y a des bases militaires proches, mais je ne sais pas si le mail passera...


Dimanche 17 juin (Nordkjosbotn)

Benoit dessiné par Paulinemessage de dimanche 07:36 pm

Ce soir, notre voisin de la hytte n°2 est un cycliste belge anversois! Il est parti d'Anvers fin mai, et est arrivé ici à raison de 165 km par jour de moyenne... Il voyage léger, vélo de 12 kg et bagages de 10 kg, mais quand même, avec nos 70 km/jour et nos WE peinards, nous faisons chaque fois figure de touristes débutants (nous le sommes d'ailleurs et nous entendons le rester). C'était vraiment sympa de bavarder avec un compatriote.

Aujourd'hui dimanche, nous sommes allés à la messe dans une école, messe célébrée par un prêtre luthérien dissident, interdit de prêche dans les églises de la région. Quoiqu'il en soit, la cérémonie était assez différente du rite catholique, notamment à la communion où, assis en demi-cercle autour de l'autel, nous buvons le vin dans des petits gobelets argentés individuels. Chanter les hymnes en norvégien avec l'assemblée et parler avec l'un ou l'autre était aussi pour nous l'occasion d'aller à la rencontre de la population locale, avec qui nous avons sinon assez peu de contacts, en dehors des patrons de camping.

Gaetane dessinée par PaulineDemain, nous partons deux ou trois jours en montagne sur des routes secondaires, dans la région de Overbygd, à la recherche d'un certain Luc, français et guide nature de son état. Son adresse approximative nous a été donnée par Kjartan Barslev, un jeune randonneur danois qui traverse à pied l'intégralité de la Norvège, du Sud au Nord et dont nous avons croisé la route hier. Il a étudié les sports outdoor, c'est le roi de la survie en montagne, du ski de fond, du kayak, etc. Gros pull et pantalon de laine, guêtres en toile et bottines de cuir, immense couteau en poche, notre ami Barslev transporte 30 kg sur le dos, dont un tapis de sol en fourrure de renne.

Il nous a procuré moultes informations et nous a lancé sur les traces du fameux Luc, dont nous vous donnerons des nouvelles si nous le trouvons, et si le réseau nous suit sur les petites routes, ce qui nous étonnerait...


Samedi 16 juin (Nordkjosbotn, km +47=684)

message de samedi 06:44 pm

Courte étape pluvieuse aujourd'hui, jusqu'à l'endroit où nous avions prévu de passer deux nuits dans une hytte (cabine de camping en bois). Racontons plutôt l'histoire de notre site Internet; la lecture de ce qui suit est particulièrement conseillée aux insomniaques.

Nous avons d'abord imaginé tout le contenu et l'architecture de ce fameux site, puis notre webmaster et beau-frère Roland a traduit cela en langage html et établi la structure informatique, ensuite Cécile Quénum, designer chez Ultim Technologies, lui a donné son look actuel, enfin le site est repassé chez Roland qui en assure la maintenance quotidienne.

Benoît rédige tous les soirs le compte-rendu de la journée, ainsi que son éventuelle rubrique Ornithologie; Gaëtane corrige les fautes, suggère quelques améliorations, et rédige son éventuelle rubrique Gastronomie. Nous envoyons ce petit rapport journalier avant 20h00, si nous obtenons le réseau là où nous campons. S'il n'a rien reçu avant 20h00, Roland sait qu'il doit simplement attendre le lendemain.

Nous consultons le site et nos boîtes à messages privées lorsque nous trouvons une connexion Internet. Nous essayons alors également d'envoyer des photos digitales que Roland insérera dans le site, à coté des quelques photos générales et illustratives qu'il trouve lui-même. Nous envoyons aussi des films par courrier au père de Benoît, qui les scanne pour d'autres insertions dans l'album photos.

Toutes ces explications sont un peu rébarbatives, mais nous pensions qu'il était important de vous informer de la manière dont nous procédons, et surtout de l'esprit dans lequel nous avons imaginé ce site: partager notre expérience avec famille, amis, et internautes du monde entier, pourquoi pas.

Ces mise-à-jours quotidiennes ne représentent pas du tout une contrainte que nous nous imposons, puisque même en voyage de noces au Népal, nous tenions un carnet de bord écrit à la main. Par contre, cela pourrait devenir un fameux fardeau si
nous n'y prenons pas garde: pas question de courir comme un lapin sur une colline, si depuis la tente nous ne captons pas le réseau. Pas question de remuer ciel et terre pour trouver une connexion Internet dans chaque village traversé. Nous éviterons même d'autres solides crises d'énervement, comme celle du premier compte-rendu à Tromso, lorsqu'une heure de travail disparut en une seconde à cause d'une fausse manoeuvre. Oops!

Ce site est un plaisir et doit le rester, au même titre que les motivations essentielles de notre voyage: une belle aventure en couple, le parrainage de deux actions de solidarité et la promotion du vélo au niveau européen.

Voir aussi les rubriques gastronomie et ornithologie.


Vendredi 15 juin 2001 (Skibotn, km +69=636)

message de vendredi 06:36 pm

Another beautiful day... Nous avons longé un fjord pendant 20km dans un sens, puis 20km dans l'autre sens (voir carte ci-contre), pour revenir presque en face de notre point de départ.

Tels Alain Hubert et Dixie Dansercoer armés de leur voiles de traction, nous avons alors filé 30km, soleil de face et vent dans le dos, chevauchant nos fidèles destriers.


J'arrête là la description des merveilles découvertes, pour ne pas vous écoeurer.
Par contre, voici deux rencontres que nous avons oubliées de vous signaler hier: nous avons croisé un cycliste allemand, qui était descendu jusque Gibraltar, remontait vers le Cap Nord avant de rentrer chez lui via les Pays Baltes et la Pologne. Gaëtane a superbement repéré un élan sur la gauche de la route: une bête énorme, d'un brun très foncé, avec une tête chevaline démesurée, mais pas de bois.

Nous avons planté notre tente près d'une sorte de delta, avec des petites lagunes d'eau saumâtre. Nos amis le moustiques, qui nous avaient bien laissé en paix sauf un soir, vont sans doute nous montrer ici de quel bois ils se chauffent. A propos, je dois vous laisser pour lancer le feu: nous devrons cuire sur la braise deux poissons en papillote, que j'ai pêché aujourd'hui (sans le papier alu que nous venons d'acheter). Ils ont tous deux la taille d'une truite et se sont défendus comme des braves. L'un doit être un petit cabillaud, l'autre, un inconnu, splendide dans son manteau d'écailles argentées.

Voir aussi la rubrique gastronomie de Gaetane.


Jeudi 14 juin 2001 (Olderdalen, km +81=567)

message de jeudi 07:35 pm

Radieuse journée, la pluie s'est arrêtée en cours de nuit et peu à peu ce matin, le ciel s'est complétement dégagé. Une nouvelle tentative de pêche infructueuse m'a fait avancer dans le lac jusqu'aux cuisses pour récupérer mon hamecon coincé. Juste avant notre départ, Badaboum, coup de tonnerre? Non, avalanche de neige sur la montagne toute proche...

Fjords magnifiques, granges rouges, cabanes de pêcheurs et séchoirs à poissons se succèdent devant nous. Dans une fameuse descente depuis un passage à 227m, Gaëtane pousse un premier juron: un énorme bourdon vient de la frapper entre les deux yeux; rapidement un deuxième juron: sa cape mal attachée s'envole sur la route.

De hautes montagnes (de 1200 m à 1500 m, mais on dirait des 4000 alpins), avec glaciers scintillants, bordent le fjord où nous avons installé notre tente pour la nuit. La lumière dorée baigne l'embouchure de la rivière dans laquelle nous allons puiser l'eau pour notre bivouac. Les sternes arctiques s'en donnent à coeur joie, nous aussi...


Mercredi 13 juin 2001 (Sandbukt, km +69=487)

dessin de Xavier JanssensBonjour !

Mon nom est Fiske, poisson résident ponton n 5, Fjord Burfjorden, Comté de Troms, Royaume de Norvège.

Aujourd'hui est une belle journée, pluvieuse comme je les aime. Vers 11h00, je vaquais comme d'habitude à mes occupations, toujours en quête de quelque pitance. Un vif alevin argenté se faufile près de moi, je me précipite, pouah! Mais c'est du plastique! Aïe, un hamecon m'a griffé la joue! Ce doit être un satané pêcheur; en effet je l'apercois là-haut sur le ponton. Quel drôle d'accoutrement, et sa femme a l'air d'être avec lui, et ils ont posé les vélos contre la rambarde en bois.

Voilà qu'ils réessaient, mais j'ai prévenu tous mes amis de la supercherie: ces pêcheurs repartiront bredouilles, foi de Fiske!

Ce soir, un goéland est venu se poser sur un piquet du ponton. Il est en voyage d'affaires et vient du Sud-Ouest où il aurait vu les lascars se précipiter dans leur tente, toujours sous la pluie. Le commis voyageur connaît bien la route, et il prétend qu'ils ont dû affronter plusieurs montées, dont une de 400 m de dénivellation, avec neige et brouillard au sommet...

Bah, finalement je ne leur en veux pas, à ces deux zouaves, pour leur tentative de ce matin. Je ne suis pas rancunier, et je leur souhaite même un bon voyage!


Mardi 12 juin 2001 (Langfjordbotn, km +89=418)

message de mardi 07:42 pm

Nous vous écrivons assis face à un fjord, à notre droite un cabanon, bois de renne au-dessus de la porte, vieux poisson séché pendant juste à côté, un peu plus loin, une barque retournée, dans notre dos, la tente et les vélos. Ambiance sonore: goélands cendrés, chevalier gambette, huitriers pies et pouillot fitis. Nous l'avons cherché, notre bivouac de rêve, cela nous a couté quelques km supplémentaires, mais nous y sommes particulièrement bien...

Nous avons profité aujourd'hui de bonnes conditions de vent (en grande partie dans le dos car on remontait un long fjord vers le nord), de la bonne forme physique et morale du peloton, de la route agréable, pour avancer un peu plus que prévu.

Nous avons vu pour la première fois deux dames samés (lapones) en costume traditionnel. Nous sommes aussi passés à côté d'un parking où des samés tenaient des boutiques de souvenirs, pour les touristes qui déambulaient entre les échoppes avant de remonter dans leur bus. Leur campement, avec entre autres des tentes en plastique épais, était de l'autre coté de la route. Drôle d'impression.

Outre les rubriques journalières ornithologie et gastronomie, jetez un coup d'oeil sur la nouvelle page "matériel" pour vous rendre compte plus exactement de tout ce que B&G portent sur leurs vélos !

les "hytte" sont de petits chalets que l'on trouve en location dans les campings, à la nuit. C'est une pièce unique, disposant typiquement de 2 ou 4 lits (vous devez avoir vos draps ou sacs de couchage), d'une table, d'un évier, d'un frigo et d'une plaque électrique


Lundi 11 juin 2001 (Alta et environs, km +30=330)

message (lundi 07:53 pm) de Benoit & Gaëtane à Alta

"Journée mal emmanchée, se termine en beauté", pourrions-nous dire pour faire écho aux proverbes d'encouragement que les parents de Gaëtane nous ont laissés sur le livre d'or.

En effet, la pluie est toujours là ce matin, la bibliothèque où l'on peut avoir une heure de connexion gratuite est fermée le lundi, idem pour le seul cyber café d'Alta, enfin, le colis avec le pantalon Gore-Tex de Gaëtane n'est pas encore arrivé à la
poste restante. On se recouche et on oublie tout?

Non point: nous décidons de rester une nuit de plus dans notre cabane, pour souffler un peu et terminer nos tâches hebdomadaires (lessive, mécanique vélo, Steradent pour les gourdes plastique, recharger batteries GSM et caméra...). D'ailleurs, nous n'avions pas prévu de pédaler plus de 5 jours sur 7 pour profiter plus à fond des régions traversées.

La chance tourne: dans un magasin de télécom, un jeune vendeur assez cool nous autorise à utiliser Internet, branché en permanence. Quelle joie de voir le site si bien maintenu, tellement visité, avec un livre d'or qui déborde de messages enthousiastes et la solidarité qui se manifeste toujours pour la Roue Libre et Solidaire et Aprobenir. Merci à notre Webmaster Roland, à tous ceux qui nous suivent, et aux généreux parrains.

A 14h30, nous retournons à la poste. L'employée s'en va comme ce matin dans le dépôt... (stress...). Victoire, elle revient avec l'enveloppe attendue: merci Francoise, qui pour nous éviter des problèmes de taxes, avait indiqué comme contenu "pantalon seconde main (usagé) +/- 600 BEF". La propriétaire de ce superbe pantalon, preque neuf et de grande valeur, ne s'en est pas offensée...

Cette après-midi, nous visitons le musée d'Alta qui présente en plein air des gravures rupestres impressionnantes, sur des rochers qui dominent une crique superbe. Avec le soleil qui est revenu, c'est un parcours de rêve. Les expositions
intérieures sont aussi très attrayantes au niveau muséographique entre autres.

Retour à notre hytter le coeur léger, pour vous saluer tous. Demain, nous partons pour 5 jours d'équipée le long de la côte, ce qui devrait nous mener samedi soir prochain à Nordkjosbotn, à 337 km au sud-ouest d'Alta, en-dessous de Tromsö où nous ne repasserons finalement pas.

Daniel (que B&G ont rencontré le 7 juin au Cap Nord) a envoyé un message !

Voir aussi comme chaque jour les rubriques gastronomie et ornithologie, et surtout ne manquez pas les nouvelles photos reçues ce matin-même !

Rorbuer (un "rorbu", des "rorbuer") = cabanes de pêcheurs, parfois sur pilotis et à moitié immergées dans la mer, aujourd'hui le plus souvent retapées pour les touristes. Elles avaient été construites par le gouvernenment au début du siècle pour venir en aide à des milliers de pauvres pêcheurs qui, pendant la fameuse pêche hivernale, n'avaient que leur barque retournée pour toit.


Dimanche 10 juin 2001 (jour J+6, km +72=299)

message (dimanche 07:27 pm) de Benoit & Gaëtane à Alta

Alors que la soirée était radieuse, il a beaucoup plu cette nuit et il fait plus froid, mais au moins le vent est tombé. Nous continuons notre route dans la toundra et bien vite nous devons sortir nos capes; Marie-Thérèse et Jean-Pierre, un couple de Francais voyageant en mobilhome, nous invite à prendre une tasse de thé (Gae) ou café (Ben) dans leur petit intérieur cosy.

Nous entamons une longue descente et le paysage change
brutalement: les sapins apparaissent, les bouleaux sont plus grands; le vert, absent jusqu'ici, éclate de partout. Amplifiées par la pluie, les odeurs de pins, de saules, de ferme, chatouillent nos narines..

Après un certain cafouillage dans Alta qui est une ville très étendue à défaut d'être jolie, nous nous retrouvons sous une pluie battante dans un camping à 5 km du centre. Nous nous ruons dans un hytter, sorte de bungalow en bois très bien chauffé, c'est tout ce qu'il nous faut. Il faut préciser qu'en fin de journée, nous nous sommes quand même demandé si le plus grand ennemi du cycliste n'était pas la pluie!

Voir aussi comme chaque jour les rubriques gastronomie et ornithologie.


Samedi 9 juin 2001 (Duoddar Sion, km +49=227)

"Le pire ennemi du cycliste, ce n'est pas la pluie battante, qui par delà Gore-Tex et Polar, le transperce jusqu'aux os; ce n'est pas le trafic perfide, voitures, mobilhomes, camions qui le frôlent et le jettent au fossé, ce n'est pas l'hypoglycémie latente, qui le terrasse après deux heures de jeûne; le pire ennemi du cycliste, c'est le vent" (Mousse Verbruggen, en hommage au Capitaine Haddock et sa célèbre allocution radio "Le pire ennemi du marin, c'est l'alcool", dernière page du Crabe aux Pinces d'Or. Pff, quelle chaleur dans ces studios!).

50 km de montée en grande partie, et de vent presque toujours frontal, on a dégusté. Par contre, récompense des paysages grandioses, de deux rencontres de cyclistes qui nous croisent (un suédois puis un finlandais, respectivement à 110 et 150 km de moyenne journalière...), d'observations ornithologiques saisissantes, et d'un endroit de bivouac mystique, le long d'une chapelle en bois perdue en pleine toundra. Repos du corps et de l'âme, bien à l'abri du vent!


Vendredi 8 juin 2001 (jour J+4, km +75=178)

message (vendredi 07:11 pm) de Benoit & Gaëtane à Olderfjord

le globe du Cap Nord


- Gaë: il est huit heures, on peut se lever!
- Ben: mais pas du tout, il est deux heures moins le quart!
- Gaë: flûte alors, jai lu ma swatch à l'envers...

Ce dialogue matinal prouve deux choses:
1. comme il fait clair toute la nuit, on perd la notion du temps
2. mieux vaut une montre avec des chiffres sur le cadran




Le soleil montrait le bout de son nez quand nous nous sommes levés, puis lavés, à la finlandaise, dans un torrent glacé par la fonte des neiges. Quel bienfait avant d'entamer la journée; après un coup d'oeil sur les oiseaux du rivage proche, nous entamons une montée sur une piste en gravier car la route est en réfection. Les paysages minéraux sont splendides; nous faisons une pause au bord de la mer, adossés à des cabanes de pêcheurs.

Le vent, capricieux, nous contrarie le matin et nous aide l'après-midi. Nous trouvons un bel endroit de campement le long d'une rivière, entre des petits bouleaux. Les moustiques font leur première apparition vers 6h-15. Il s'agit de moustiques mutants, ils sont énormes. Nous sommes pourtant équipés de porte-clefs qui émettent des ultra-sons reproduisant ceux des mâles. Or donc, comme la majorité des piqûres sont provoquées par des femelles fécondées et que ces dernières fuient les mâles... Bref, à 6h, nous opérons un repli stratégique dans la tente !


Jeudi 7 juin 2001 (jour J+3, km +66=102)

message (jeudi 08:02 pm) de Benoit & Gaëtane à Kafjord

Le Cap NordHier soir nous avons été rejoints au Cap Nord par un cycliste allemand de 20 ans, Daniel, qui avait parcouru 4.500 km en 38 jours au départ de Frankfort... Nous avons échangé tous les tuyaux pour voyager à vélo en Scandinavie: Daniel est super équipé, très organisé, et très sportif, avec sa moyenne de distance journalière qui est plus du double la notre!

Rose clarté à minuit, mais pas de soleil à cause des nuages. Pluie la nuit, notre petite tente passe le test, et ce matin, de nouveau du soleil pour les traditionnelles photos près du globe.


Très belle route pour le retour à Honingsvag; quelques achats, puis nous repartons vers le sud et 3 tunnels, dont un de 7 km qui relie l'ile au continent, via un descente puis une remontée à 10%, pas un plaisir dans le froid (5 C), l'humidité et le vrombissement des (rares) voitures.

A la sortie du tunnel, il pleut: nous enfilons notre tenue de chevalerie, large cape et hautes guêtres. Un peu plus loin, notre compte est bon, nous montons la tente à l'écart de la route, au bord d'un ruiseau et d'une lande à rennes. Il pleut à verse à
l'instant même où on vous écrit depuis la tente qui crépite sous des milliers de gouttes sonores.

Voir aussi comme chaque jour les rubriques gastronomie et ornithologie.


Mercredi 6 juin 2001 (jour J+2, km 36)

message (mercredi 07:47 pm) de Benoit & Gaëtane arrivés au Cap Nord !


Magnifique, extraordinaire, formidable: nous sommes au Cap Nord! Mais revenons d'abord en arrière; croisière tout à fait sympathique à bord du Nordlys, en compagnie d'un public en moyenne plus agé que nous... Petite cabine agréablissime, avec de solides écoutilles pour occulter les hublots, donc Ben a mieux dormi.

Le matin, nous avons enfin étudié le mode d'emploi de notre compteur, rédigé par des ingénieurs en électronique pour des ingénieurs en électronique. Grand chambardement des fontes, on sort tout et on rééquilibre, en allégeant un peu l'avant. Sur le dos des sacoches, nous écrivons à l'encre indélébile nos initiales et un résumé du contenu, pour éviter d'en ouvrir trois avant de trouver ce qu'on cherche.

Belle arrivée vers 12h00 à Honnigsvag, gros village au sud de l'île, à 35 km du Cap Nord. Paysages splendides dès le début de la route, avec des landes d'herbe roussie et encore de grandes étendues de neige.

Tiens, des moutons! Ils ont une drôle d'allure par ici... Sapristi, ce sont des rennes, nos premiers rennes! Ils sont assez pâles, certains presque blancs, et les petits sont plus foncés. Ils ressemblent bien à ceux qu'on voit sur les bûches de Noël, ou dans les dessins animés. Festival fantastique d'oiseaux, dans un environnement et avec des comportements totalement inconnus pour moi. Voir rubrique ornithologie.

Cela monte et cela descend fameusement, pour une première (demi) étape; nous voilà à l'entrée où ils vont nous taxer de 175 Couronnes (environ 900 BEF ou 22.5 EUR par personne). Un jeune gars très sympa dans la guérite nous accueille: "Welcome to North Cape; you can go ahead, it is free for cyclists" Déjà que nous avons eu l'impression de profiter beaucoup plus de la nature que les automobilistes (pas très nombreux heureusement), cette petite touche finale nous réjouit beaucoup.

Assis bien au chaud dans le restaurant circulaire, nous vous communiquons ces quelques moments de grande félicité, avant d'aller planter notre tente et éventuellement admirer plus tard le soleil de minuit (pour le moment, le ciel est nuageux).

Voir aussi la rubrique gastronomie de Gaetane et les photos du départ et de Tromsö.


Mardi 5 juin 2001 (jour J+1)

message (mardi 04:45 pm) de Benoit & Gaëtane toujours à Tromsö:

A 6 heures, le soleil déjà haut nous invite à une belle journée. Flanerie et derniers menus achats, comme une bonbonne de camping gaz, interdite de transport dans l'avion. Le dernier disque de Manu Chao, Proxima Estacion, vient de sortir et je résiste à une furieuse envie de l'acheter.

Pique nique très agréable au bord d'un lac, le long de la route que nous étions supposés emprunter hier plutôt que le tunnel stupéfiant. De nombreux oiseaux s'affairent à leur nidification, alors qu'en Belgique il ne font qu'hiverner.

Retour à Tromso: Pooot, Pooot, l'Express Côtier fait une entrée remarquée dans le port; nous embarquons ce soir à 18h20, pour 21 heures de traversées de fjords qui nous amènera à Honnigsvag, à 30 km au sud du Cap Nord...

PS 1: Gaetane lance une nouvelle rubrique, Gastronomie, sujet important s'il en est. PS 2: Ne manquez pas les élucubrations de Benoit dans sa rubrique ornithologie; aujourd'hui: soleil de minuit et sommeil des oiseaux.


Lundi 4 juin 2001 (jour J)

message (lundi 07:18 pm) de Benoit & Gaëtane bien arrivés à Tromsö:




Lundi 4 juin, 10h00, Zaventem: les vélos aux pneux dégonflés, pédales retirées et guidon dans l'axe sont embarqués dans les soutes. Au revoir la famille, l'aventure commence!





Bonjour Oslo, puis Tromso, où nous récupérons les vélos en bon état avant de nous élancer sur la route... puis dans un très long tunnel de quelques kilomètres. A un moment, nous apercevons un panneau de rond-point: chic, la sortie est proche! Pas du tout, c'est un immense carrefour souterrain; un kilomètre plus loin, rebelotte et enfin nous sortons à l'air libre, encore tout ahuris, près du centre de Tromso. Benoit repère déjà deux étudiants ornithologues et récolte l'un ou l'autre tuyau. Il fait 7 ou 8 C, le ciel est nuageux, la neige recouvre entièrement les collines et les plateaux, tout va bien au Royaume de Norvège.

SK1596 Brussels 11:00 Oslo 13:00
SK0380 Oslo 14:20 Tromsö 16:05

cliquez ici pour mieux comprendre le trajet effectué.


Dimanche 3 juin 2001 (jour J-1)

Ce matin, à la messe de Pentecôte à Opstal, les enfants de l'assemblée remettent à chacun une petite flamme rouge. Les paroles écrites sur les nôtres ("dans le labeur, le repos" et "réchauffe ce qui est froid") nous semblent comme un clin d'oeil de la Providence pour deux cyclistes qui ont interrompu leur boulot pour affronter le froid du Grand Nord.

A la sortie, notre ami prêtre Guy Martinot (qui nous a mariés il ya six mois) nous a béni à côté de nos vélos, avec un petit rameau.


Samedi 2 juin 2001 (jour J-2)

La presse parle de nous: "Exploit", "8000 km à la force du mollet"
dans La Lanterne, "8000 km en amoureux" dans La Dernière Heure.

Départ de Zaventem lundi à 11:00. Direction Oslo, puis Tromsö. Encore 1001 choses à règler... en moins de 48 heures.

Merci à Géry et Roberto pour leur accueil ce soir. Merci à vous tous pour vos encouragements.



Vendredi 1 juin 2001 (jour J-3)

11h00 : conférence de presse à la Maison des Cyclistes, en collaboration avec Provélo et l'ECF. A cause d'un autre événement "vélo" le matin-même, nous pensions que personne ne viendrait, et nous étions donc tout à fait relax et étonnés quand sont arrivés les journalistes de Télé-Bruxelles, de La Lanterne et de la Dernière Heure, tous très sympas et très pros.