Gastronomie


Avant | JuinJuilletAoûtSeptembre | Octobre | Novembre

OrnithologieArchitectureEtat des routes | Gastronomie


Dimanche 11 novembre (Zafra)

dégustation des churrosGrand jour que l'Armistice, nous l'avons célébré en dégustant un desayunos mémorable: des "churros" avec café pour le Ben et chocolat chaud pour moi. Les churros sont des beignets en ruban de plus ou moins 20 cm de long sur 2 cm de diamètre. Nous avions acheté nos churros dans une churreria, sorte de baraque à frites sur le trottoir où deux Espagnoles s'affairaient à préparer artistiquement ce met typique. Gros succès pour un dimanche matin, tout à fait comme les pistolets chez nous avec les files dans certaines boulangeries.

Mais que les spécialités espagnoles ne me fassent pas oublier les françaises. Depuis les artichauts et crêpes roscovites, nous avons goûté bien des choses... A Nantes, nous nous souviendrons longtemps d'un fondant au chocolat, belle
récompense pour ce sacré Canal Nantes à Brest. A Bordeaux, des huîtres du bassin d'Arcachon et un magret de canard nous ont régalés. A Tarnos, une salade landaise nous attendait après notre traversée des Landes: la perfection! A Ascain, le célèbre gâteau basque nous a bien plu, mais pas autant que le délicieux potage à l'oseille. Nos hôtes français nous ont choyés, merci à eux !

Nous voici déjà en Espagne: le jamon serrano et le chorizo sont le quotidien de nos pique-niques, on adore. Ce que l'on adore aussi, c'est les menu del dia à 1200 pesetas (+/-300 BEF) aves entrée, plat, dessert, pain, vin, eau et café. Surtout celui que nous avons pris hier soir dans la charmante ville de Zafra: judijas verdes (haricots à l'ail et au lard, sorte de potée liégeoise sans les patates), albondigas con tomate y patatas (boulettes sauce tomate et frites) et natillas (crème vanille onctueuse).

Ce matin, nous avons mangé nos churros dans un bar. Un homme prenait son petit déjeuner au comptoir: migas extremeñas. Salade de mie de pain émiettée et frite avec piment et ail frits eux aussi, cela avait l'air délicieux, mais un peu corsé au saut du lit!


Jeudi 1er novembre (Cantalpino)

Depuis quelques jours, on trouve dans les boulangeries et les épiceries des buñelos, beignets qui ressemblent à des petits choux, fourrés à la crème fraîche (nata) ou à la crème pâtissière (crema), saupoudré de sucre et canelle. Cette délicieuse spécialité n'apparaît qu'à la Toussaint, nous ne nous en sommes donc pas privés!

Nos garnitures de pique-nique se sont portées vers la charcuterie locale comme le chorizo (saussisson épicé) et le jambon serrano.

Gaëtane ne veut plus s'acquitter de sa rubrique ces jours-ci, mais elle est toute excusée car pendant que je tapote sur le Nokia, elle prépare des pâtes drôlement plus sophistiquées que la classique sauce bike8000: pour rappel, faire bouillir un litre d'eau avec un sachet de sauce ou de soupe, rajouter 250 grammes de pâtes à cuisson rapide, faire cuire par absorption d'eau,rajouter un sachet de 40 g de parmesan, hop c'est prêt. Seulement, au fil des mois, c'est lassant.

Voici donc les pâtes carbonara (oignon doré au beurre, lardons, tomate, deux ou trois oeufs cassés avant de servir) ou niçoises (oignon, thon à l'huile d'olive, tomate et poivron). Je vous laisse, cela refroidit très vite...


Mardi 2 octobre (Huelgoat, km+63=6882)

Hier soir, Annick nous avait concocté un repas breton bien typique. En entrée, un artichaut "Prince de Bretagne, appellation contrôlée" nous séduit les papilles. Pour suivre, une crêpe au sarrasin fourrée oeuf-jambon-fromage fond sous nos palais. Enfin, un traditionnel far aux pruneaux couronne le festin, (pour les non-initiés, le far breton est une sorte de flan en plus compact). Le tout était arrosé d'un petit cidre local, fort bon ma foi!


Dimanche 30 septembre (Plymouth)

Notre séjour anglais a été très instructif sur les habitudes alimentaires locales. Nous avons partagé les repas de sept familles du Royaume, quel charmant accueil nous avons chaque fois reçu!

Une coutume very british est la mug of coffee or tea. A toute heure du jour, nos hôtes nous en proposaient. Les mugs sont d'ailleurs souvent en permanence près de l'évier ou pendues à de petits crochets.

Beaucoup d'Anglais semblent pratiquer le "morning tea". Ils dégustent ce délicieux breuvage au lit avant de descendre pour le breakfast.

Les céréales sont toujours au menu du breakfast. Les boîtes sont tout simplement énormes, une petite visite au rayon céréales d'un Tesco ou d'un Safeway (deux temples du supermarché anglais) est édifiante... Quelques fois, nous avons eu la chance d'avoir des eggs and bacon. Les oeufs anglais sont aussi bons que leurs poules sont belles. Les toasts sont aussi très british, même si le pain est frais. Aaron, Tim, Elisa, Xan et Georgia mangeaient des small pancakes. Le porridge est aussi de la partie pour le petit-déjeuner. Enfin, notre met favori du petit-déjeuner reste la homemade blackberries jam. Cueillir toutes ces mûres parmi les ronces en vaut la chandelle.

Pour nos lunches, trois garnitures avaient nos préférences: le cheddar, le honey roasted ham, et le Ardennes paté (en français sur l'emballage et venant de notre cher petit pays!).

L'evening meal nous régala plus d'une fois. Saumons au four, chicken curry, sheperd pie, risotto,... Le crumble couronna souvent ces délicieux plats, avec de la clotted cream, un péché mignon !


Mardi 11 septembre (Huijbergen)

Voici quelques "spécialités" hollandaises que nous avons appréciées particulièrement.

Les incontournables stroopwafels, irrésistibles quand elles sont bien fraîches. Et là c'est pile ou face, car à travers l'emballage plastique, la fraîcheur est difficile à déceler. Comme 10 heures ou comme 4 heures: l'énergie pour la récré!

Le rijstafel indonésien, avec sa sauce au pindakaas et ses bananes-légumes au coco. Un délice goûté dans un des nombreux restos indonésiens amsterdamois.

Et enfin, last but not least, le gouda. Une tartine bien fraîche, généreusement beurrée et couverte d'une tranche pas trop fine de gouda, c'est toujours bon.


Mardi 21 août (Vibaek Mølle)

Hier soir nous avons vécu un grand moment gastronomique. Le matin, Benoît avait repéré une belle vesse de loup (bibl.: le guide Payot des champignons) et envoyé sa fidèle assistante, moi en l'occurence, la cueillir.

Le soir venu, nous avons préparé un petit "frishti" délicieux. En voici la recette: Emincez un oignon et faites-le revenir dans du beurre, ajoutez-y des lardons et laissez fristouiller gaiement. Dans l'intervalle, débitez deux belles tomates, pelez et émiettez votre vesse de loup. Rajoutez au mélange. Tournez 5 minutes d'un geste leste. C'est prêt!

Quelques pommes de terre nouvelles en robe des champs accompagnaient ce savant mélange.

Notre vesse de loup faisait +/- 25 cm de diamètre. La moitié a suffi à nos appétits voraces. La vesse fût au frishti ce que la mozzarella est à la pizza. Comme cette dernière, elle est sans goût prononcé et tapisse avantageusement.


Dimanche 29 juillet (Trosa)

En vrac, voici quelques spécialités suédoises que Birgit nous a préparées durant ces quelques jours passés ensemble. Je commence par le meilleur: le kladdig chokladkaka. Une tarte coulante au chocolat, légérement croquante sur les bord
parsemée d'amandes grillées, un délice pour les accros du chocolat telle que moi! Autre dessert testé: la Nypon sopa. La soupe d'églantiers est plus épaisse que du jus, comme un potage, et regorge de vitamine C. Ces belles baies rouges sont fort gouteuses. Enfin, une préparation made by Birgit: du tunnbröd (spécialité du nord du pays: pain très plat, sorte de chappati), fourré et roulé avec hareng fumé mélangé à du fromage blanc. Fort bon, ma foi.


Samedi 28 juillet (Stockholm)

les courses...Voilà déjà quatre jours que nous avons quitté la Finlande. Avant que nos palais n'oublient les saveurs rencontrées, mettons sur le net quelques souvenirs finnois. La Finlande reste pour nous la retrouvaille avec les marchés. Des étals de fruits et de légumes, des échopes de poteries ou de pains, ce pays du nord est fort du sud! Les "mansikaa" se vendent au litre dans des sortes de chopes en fer blanc et ces petites fraises sucrées nous goûtent terriblement.

Mais, ce que nous retiendrons surtout de la Finlande, c'est sa langue aux noms très longs et aux consonnes et voyelles redoublées. Les Digestive au caramel semblent tellement plus savoureux sous l'appellation "Karamellitäytteisiä maitosuklaakuorrutettuja Digestive keksejä"!

A propos de ces Mc Vitie's au caramel, sans doute seront-ils élus nos biscuits nordiques favoris. Depuis la Norvège, ils font batterie intégrante de notre batterie de cuisine. La question cruciale est : sont-ils déjà arrivés en Belgique?


Vendredi 20 juillet (Luvia)

Quelques petits spots de nos expériences gastronomiques en Suède. Pendant le fameux raid, un certain train-train s'était installé dans nos repas: yaourt-muesli le matin, pique-nique le midi et pâtes le soir.

Le petit déj dans la tente à l'abri des moustiques fût un peu dur. En effet, la fin de notre épopée norvégienne signifiait la fin des produits laitiers TINE, dont les délicieux yaourts aux fraises, fruits de bois, mûres arctiques.

En Suède, c'est la dèche, les deux premiers supermarchés visités (ce qui couvre au moins 5 petits déj!) ne vendaient que des yaourts de régime aux arômes. Autre déconfiture suédoise: le pain. Des pains mous dans des sacs en plastique... Ensuite, la bonne marque Toro et ses sachet de pâtes lyophilisées n'avaient pas leur équivalent. Enfin, les biscuits et autre pâtisseries semblaient en perte de vitesse. Bref, il faut bien l'avouer, notre première impression des ressouces alimentaires suédoises fût mitigée.

Heureusement, deux événements nous ont grandement rassérénés : le church-coffee de Vindeln et la visite au Gourmet d'Umea. A Vindeln, de délicieux summer-kaka (sorte de cake aux pommes moelleux) faits maison nous ont régalés et rassurés quant à la pâtisserie suédoise. A Umea, le supermarché "Gourmet" nous a époustouflé par ses rayons débordants, ses étals de fruits, ses paniers de ciabatta et tutti quanti.


Mardi 10 juillet (route de Sorsele)

Alors, les amis, la gastronomie pendant le raid, ce n'est pas de la
petite bière, croyez-moi!

Il ne s'agit plus de goûter de nouvelles saveurs mais tout simplement de survivre. Préparer des pâtes sur son petit camping-gaz demande une certaine ténacité. L'opération se fait bien évidemment à l'extérieur : il n'est pas question de squatter une quelconque toilette, comme certain reporter zélé. Les moustiques adorent les pâtes, c'est bien connu, et ne ratent pas une occasion pour s'y baigner. Enfin, la proie favorite reste tout de même le cuistot...


Pour tout apprendre sur la gastronomie en Norvège,
nous vous conseillons l'article hyper-complet (et en Français) et les recettes que vous trouverez sur le site du Ministère des Affaires Etrangères


Samedi 7 juillet (Umbukta)

Nous vivons nos derniers jours en Norvège. Je me suis donc résolue à acheter du "Smurt Tykklefse". Il n'était pas concevable de quitter le pays sans goûter cette "tradisjonell & smafull" pâtisserie. Voilà en effet un mois que je vois régulièrement ces sortes de tartines molles fourrées dans des snacks ou des supermarchés.

Le verdict ? Genre étouffe-chrétien, bourratif et tombant à pic pour compléter notre yaourt au go-dag du matin. Au niveau du goût, ce n'est pas du nôtre. Peut-être est-ce dû à la margarine de soja ou à l'émulsifiant E471 ?


Mercredi 4 juillet (Føroy)

Certains pensent sans doute: la responsable de la rubrique gastronomique est une planquée, elle goûte de temps en temps de bons petits plats et écrit quelques lignes par ci par là.

Que nenni, m'fi ! La tâche ne se limite pas à cela. Tout d'abord, il y a le sac "bouffe". Le boudin arrière de Benoît est entièrement rempli de vivres (mon boudin arrière contient la tente et les matelas). Ce sac "bouffe", il faut constamment y mettre bon ordre : veiller à ce que les pots de yaourt restent droits, garder accessibles les affaires de pique-nique, remplir astucieusement les récipients (casseroles et tasses) de provisions "encastrables",... Et puis, de temps à autre, il faut dire : "les fonds sont bas". Alors, Benoît m'enmène faire des courses!

Voici mon second rôle : arpenter les rayons à l'affût de produits locaux sains, frais et équilibrés. Nous essayons de manger un fruit par jour et nous privilégions les sucres lents susceptibles de stimuler notre énergie. Quant aux multiples poissons ingurgités ces derniers jours, ils nous aident à rester lucides.


Mercredi 27 juin (Stamstund)

Petit compte-rendu de notre réception d'hier soir: nous avons nourri notre hôte belge Francis de mets "Toro". "Toro" est le "Knorr" norvégien, ni plus ni moins.
Une "Lofoten fiske suppe" nous mît en appétit, des "pasta di napoli" (pastarett med tomatsaus) nous nourrirent et des "Vafler" nous régalèrent enfin. Le rorbuer dans lequel nous avons élu domicile pour deux jours est en effet équipé d'un appareil à gaufres. De fines gaufres rondes à la Moeder Siska furent ainsi confectionnées.

Ce midi, nous avons englouti une grosse boîte de conserve de "lapskaus" offerte par Francis. Nous ne connaissons pas réellement la composition de ce ragoût local. Pour ceux qui comprennent le norvégien ou le devinent, voici l'alléchant slogan figurant sur l'emballage: "storfekjøtt, gulrøtter poteter og selleriot". C'était tout ce qu'il nous fallait par ce temps froid et gris.


Mardi
26 juin (Stamsund)

Hier soir, en entrée, les chefs Ben et Gaë proposaient des filets de lieu noir poëlés avec beurre et oignon rouge et en plat, du cabillaud poché, avec des pommes de terre en rode des champs.


Lundi 25 juin (Heningsvaer)

Hier soir, nous avons testé pour vous deux spécialités norvégiennes: des "fiskekake" et du "rømmergrøt".

Les fiskekake sont des sortes de quenelles de poisson rectangulaires, nous les avions accomodées aux carottes et oignons. On aurait dit des saucisses de veau valaisannes: même goût, même couleur, même texture; en bref c'était sympatique.

Quant au rømmergrøt, son acquisition fut assez cocasse. Nous étions dans un supermarché et deux dames faisaient des démonstrations et dégustations de produits. Une aubaine pour nous cyclistes de goûter "à l'oeil" quelques petits plats. D'autant plus que l'une des échoppes servait un émincé de dinde, et comme la viande est impayable ici... Nous avons donc goûté le rømmergrøt à une échoppe. Et nous en avons acheté. Cela est assez rigolo, il faut donc être loin de son pays pour acheter un produit de démonstration. Le rømmergrøt est du porridge à la sour cream, il se déguste avec du sucre à la cannelle. C'est hyper-gras, cela sert de repas complet. Etant donné son délicieux goût sucré, nous l'avons pris comme dessert, mais en très petite quantité.


Vendredi 22 juin (Stokmarknes)

Après une matinée de 54 km, nous nous sommes arrêtés à Sortland, une belle ville avec shopping, bibliothèque,... et nous étions bien décidés à nous faire un gros pique-nique pour couronner une demi-journée si fructueuse en kilomètres.


Nous voici donc dans le Mega Coop et nous tombons en pâmoison devant des fraises belges! C'est fou, en pleines îles Vesteralen, et elles étaient succulentes. L'après-midi, nous avons vu des cultures de fraises, elles étaient tout juste en fleurs.




Mardi 19 juin (Sorreisa)

Eh oui, hier soir nous avons mangé de la baleine. C'est vrai que la pêche à la baleine est une question très controversée; grâce à l'attitude très repectueuse et environementaliste de nos hôtes, ainsi que leur sens de l'hospitalité, nous avons fort apprécié ce délicieux barbecue.

Au petit déjeuner, Benoit a goûté le fromage brun dont Christphe parlait récemment dans le livre d'or: c'est du chèvre sucré. Luc nous dit que cela passe chez lui seulement quand il s'imagine très fort que c'est du caramel...

Les baies jaunes dont parlait Benoit W. sont des mûres arctiques, nous en avons vu de très nombreuses fleurs aujourd'hui; elles se récoltent en août et ne sont pas si chères. En tout cas, dans le yoghurt, Gaetane n'aime pas...


Samedi 16 juin (Nordkjosbotn)

Grand jour s'il en fût, puisque nous avons mangé nos premières (et dernières?) frites norvégiennes. Arrivés très humidifiés à Nordkjosbotn vers 14h, nous avions besoin de quelque chose de chaud. Nous nous sommes rués sur cette friterie tels des moustiques sur les campeurs. Point de cornet, mais une boîte en frigolite, point de frite droite, mais des tortillons, comme des grills. Quant au goût, ce n'était pas comme en Belgique mais les frites belges, ah les frites belges...

Petit retour en arrière: les poissons de Ben. Après cuisson et dégustation, il s'agissait d'un lieu noir et d'une truite saumonée. Ils étaient sacrément frais et délicieux.


Vendredi 15 juin 2001 (Skibotn)

Ces derniers jours, nous avons pas mal puisé dans nos réserves "Décathlon". Avant de partir, nous avions fait deux razzias dans ces supermarchés sportifs; et maintenant, barres énergétiques et repas lyophilisés n'ont plus de secret pour nous! Grâce aux barres céréales abricots, poires-chocolat, fruits rouges, pomme verte, raisins-noix de coco, sésame-miel, aux barres énergétiques cookies and cream et marzipan, nous ne savons plus où donner nos coups de pédale...

Et le soir dans nos bivouacs, rien de tel qu'un couscous au poulet, des pâtes bolognaise, un riz poulet au curry, des pâtes boeuf en sauce ou des torsades au fromage. Cette énumération m'ouvre l'appétit: vive les poissons pêchés par le Ben ce midi!


Mardi 12 juin 2001

LE CONSEIL GASTRONOMIQUE DE BENOIT WILLOCX

Je vous conseille le fiskepudding, le smörgasbord et les simples smörebröds. Essayez de trouver des petites baies oranges très rares et très chères dont le nom m'échappe mais qui ont un goût très particulier. Je pense que vous n'êtes malheureusement pas dans la saison ! Il y a aussi une limonade qui s'appelle champagnetrik ou un truc du genre qui vaut la peine d'être essayée.


Lundi 11 juin 2001 (Alta et environs)

Juste quelques lignes pour vous communiquer le menu de ce soir, car les fourneaux de notre petite hytte m'attendent... En apéritif, notre première bière norvégienne, Mack-øl, arrosera quelques chips tendance bio (emballage papier
kraft, fabrication depuis 1936, superbe photo de ferme traditionnelle rouge, vive le marketing!).

Des pâtes au saumon suivront bien à point...


Dimanche 10 juin 2001 (Alta)

Produit testé ce dimanche: "kaviar" en tube. La question majeure (Benoît et moi nous la posons toujours) est: y a-il un gramme de caviar dans ce bidule? Vu le prix, ce serait pas cher payé! En tous cas, sur des "kornmo" (sorte de "tuc" intégral), c'est fort bon.


Samedi 9 juin 2001 (Duoddar Sion)

Hier soir, nous avons savouré notre premier repas lyophilisé: "pâtes boeuf en sauce", 80gr de poudre pour une assiettée de 230gr à 390kcal: prodigieux ! En plus, vu qu'on verse l'eau dans le sachet, on peut manger dedans et éviter une vaisselle, intéressant, non?

Aujourd'hui, nous avons testé une pâtisserie norvégienne: du "Fysterkake med ekte mandler", en vente dans toutes les superettes et shops de pompe à essence. C'est bon, c'est fin, ça se mange sans faim.

Autre innovation: un beau poisson fumé dévoré ce midi à belles dents. Malheureusement, notre connaissance limitée du norvégien et du monde piscicole ne nous ont pas permis d'identifier le spécimen.


Vendredi 8 juin 2001 (Olderfjord)

Ce matin nous avons inauguré un nouveau type de petit déjeuner, sur les conseils de Daniel (rencontré au Cap Nord, cycliste au long cours). Il s'agit de yaourt aux fruits que l'on mélange à du cruesli: un délice.


Jeudi 7 juin 2001 (Kafjord)

Sjampinjong-og brokkolisuppe, un régal (on l'espère en tous cas), la soupelette qu'on va se mijoter sur notre camping gaz après avoir envoyé ce rapport. L'intitulé de la soupe vous familiarise un peu avec le norvégien: l'idéal pour perdre son orthographe!

Comme apéro: Kraüterlikör de Kuemmerling, offerte hier au Cap Nord par une dame allemande pleine de pitié pour notre sort, ainsi quelques Pringles.




Mercredi 6 juin 2001 (Cap Nord)

Hier soir, à bord du Nordlys, le capitaine proposait au menu une soupe de poisson, du flétan accompagné de sauce mousseline et de concombre en salade (rebelote), le tout arrosé d'un Liebfrauemilch. Inutile d'ajouter que nous mangeons notre pain blanc!

Pour aujourd'hui mercredi, un petit tour à Honnigsvag dans une superette fut très intéressant. Le saucisson est du saucisson de renne (nous avons d'ailleurs croisé sur notre route quelques troupeaux de rennes domestiques, mais la plupart sont sauvages), on trouve aussi du saucisson et des boulettes de poisson; il faudra goûter tout cela!


Mardi 5 juin 2001 (Tromsö)

"Dis-moi ce que tu manges et je te dirai qui tu es", voilà la phrase que nous avons pu lire à l'aéroport d'Oslo, en français s'il vous plait ! Je crois qu'il ne faut plus argumenter l'importance d'une telle rubrique, donc je l'entame, comme un bon gateau.

Lundi 4 juin: dans l'avion, excellent premier petit steak de saumon à l'aneth, salade de concombres à la sour cream. Le soir, lasagne de phoque: surprenante, mais moins sympathique que la taverne qui nous la proposait au menu!

Mardi 5 juin: au buffet du petit déj de notre hotel (genre AJ), présence de doggy bags et de papiers sulfurisés. Renseignements pris, nous pouvons faire notre pique-nique du midi, gratuitement!