Architecture


Avant | JuinJuilletAoûtSeptembre | Octobre | Novembre

Ornithologie | Architecture | Etat des routes


Samedi 17 novembre (Barbate)

Une jolie caractéristique des maisons andalouses, anciennes ou récentes, est leur hall recouvert de jolies céramiques. La porte de rue reste ouverte la plupart du temps, vient ensuite ce petit sas dont les couleurs rivalisent de beauté, puis une deuxième porte, fermée celle-là. Plaisir des yeux pour les voyageurs à vélos qui traversent lentement villes et villages...


Samedi 10 octobre (Zafra)

La différence entre la structure des villages entre le début (Norvège) et la fin de notre voyage (Espagne) est considérable. Les villages du grand nord sont très étendus, avec des maisons dispersées et pas de centre bien défini. L'activité principale se concentre souvent sur le parking du supermarché ou celui de la station essence.

La Hollande, la Belgique, l'Angleterre et la France nous offrent plus de points de repère: avant tout, l'église, ensuite une place centrale, la mairie, des cafés, un pub...

En Espagne, on retrouve souvent ces éléments au milieu d'un village très concentré. Les maisons sont serrées les unes contre les autres, les ruelles sont très étroites, la limite de l'agglomération est très nette, en dehors, ce sont les champs. Il y a très peu de fermes isolées (à l'exception des grandes propriétés agricoles, les finca), peu d'industries éparses en dehors du village, jamais de constructions en ruban (lintverbouwing comme en Flandres). A vélo au détour d'une colline, on voit d'abord le clocher de l'église, puis tout à coup, les toits des maisons, et enfin, dans le village, on découvre un entrelacement de rues insoupçonnable de l'extérieur.

Enfin, les maisons traditionnelles espagnoles ont évolué des fières et massives maisons basques aux murs crépis et encadrements en granit, aux maisons de Castille en pierre rousse ou briques crues, colombages et pisé, aux maisons d'Andalousie toutes peintes en blanc, avec une transition amusante en Extrémadure.


Samedi 28 juillet (Stockholm)

Petite information intéressante communiquée par Birgit. Devant notre étonnement face à cette sempiternelle couleur sang de boeuf pour les fermes et maisons nordiques, Birgit nous expliqua qu'en Suède, ce rouge était appelé faluröd, du nom de la ville de Falun qui possède des mines de cuivre. Le cuivre est un des composants de cette peinture et la rend résistante aux intempéries, tout en ayant une excellente longévité.


Pour tout apprendre sur l'architecture en Norvège,
nous vous conseillons l'article hyper-complet (et en Français) que
vous trouverez sur le site du Ministère des Affaires Etrangères


Jeudi 21 juin matin (Andenes)

Espen (un des associés et amis de Luc) nous a beaucoup éclairés au sujet de l'architecture norvégienne. La guerre 40/45 a été un grand tournant, les nazis fuyant la progression des troupes russes depuis le Nord, en brûlant tout derrière eux.

Avant cela, les murs des maisons traditionnelles étaient construits avec des poutres entières, dont les extrémités se croisaient à chaque coin, comme un chalet suisse. Nous avons encore vu quelques rorbuers semblables, et certains murs de ferme.

Après la guerre, on a dû reconstruire assez vite, et sans pouvoir utiliser d'un seul coup autant de ressources en bois. Les murs furent donc constitués de deux épaisseurs de planches, une extérieure et une intérieure, l'espace intermédiaire étant comblé de copeaux de bois pour une meilleure isolation. Les murs extérieurs sont peints de couleur vive, le rouge sang-de-boeuf étant prédominant, et même systématique pour les fermes.

TalvikParlons-en, des fermes, dont nous avions vu des centaines d'exemplaires avant qu'Espen nous confirme nos intuitions: classiquement, les bêtes vivent en-dessous et le foin est entreposé au-dessus, avec cependant l'une ou l'autre particularité.


En-dessous, on trouve des fenêtres assez grandes, avec châssis et croisillons peints en blanc, mais ce n'est pas un coin de vie ou un corps de logis pour les hommes, c'est bien l'étable, l'écurie (pour le cheval de trait) ou la bergerie. Pour
accéder à la partie supérieure, il y a toujours un plan incliné en bois, orienté du côté de la pente quand il y en a une, pour rentrer le foin plus facilement, notamment en faisant monter le fameux cheval. Dans les pans latéraux de la partie supérieure, des trous sont parfois ouverts (par exemple 5 trous en forme de fleur), pour permettre une bonne aération du foin qui doit rester sec.

Au niveau de l'urbanisme, même rural, nous constatons que les villages et agglomérations sont beaucoup plus étalés qu'en Allemagne, Hollande, Belgique et plus au Sud. L'église, elle, est rarement "au milieu du village", elle peut être très éloignée et très isolée, quand il y en a une. Le résultat est un peu déroutant pour nous, car il n'y a pas réellement de centre ou de place centrale, mais plutôt une rue ou un quartier, parfois très moderne et/ou peu esthétique, avec quelques commerces, la poste, la pompe à essence, le supermarché... C'est souvent à ces endroits que les gens se rencontrent et bavardent, l'animation n'est pas fort visible en dehors de cela, mais nous ne savons pas ce qui se passe à l'intérieur...