Encyclopédie des Avions de la Seconde Guerre Mondiale

Pour une mise jour plus rcente, cliquez ici


Lors du lancement du site, nous avions promis de présenter environ 2000 avions ou variantes d'avions à la mise à jour suivante. Promesse plus que tenue: nous en sommes à 3500 ! Nous y avons ajouté les missiles et les hélicoptères. Ils n'ont joué qu'un rôle limité, mais ce sont leurs premiers pas. Ils sont devenus si importants ensuite que nous ne pouvions faire autrement.
Quantité n'est pas synonyme de confusion. Nous avons fait un effort particulier pour débroussailler la jungle des modèles. Partant de la table des matières, vous pouvez descendra la pyramide. A chaque niveau, nous avons ajouté une note de synthèse pour vous permettre de choisir votre parcours: aller vers les modèles importants ou bien découvrir tous ces projets, certains sages, d'autre fous, qui ont émaillé l'histoire de la guerre. Dans tous les index, nous avons marqué avec des italiques les modèles peu construits pour les distinguer des plus courament employés.

Encyclopédie: Mode d'Emploi


Index
Toutes nations confondues Avions classés par paysAvions par ordre alphabétique
Firmes aéronautiques par ordre alphabétiqueIndex hiérarchique
Tables des matières
Toutes nations confondues Avions par paysComparaison un à un des avions
Toutes nations confondues Firmes aéronautiques par paysTable des schémas comparatifs
Articles
Histoire de la Guerre aérienneLes Compresseurs
Production Aéronautique JaponaiseTechnique des avions: introduction
Toutes nations confondues Configuration d'un avion: global
Questionnaires-test
Test pour amateursTest pour connaisseurs
Test pour spécialistes


Me 323

Mise à jour du 1 mai 2004
Nous avons été époustouflé par le travail de Robert O. Brown sur la production aéronautique japonaise pendant la guerre. Tous les modèles d'avions sont présentés année par année avant la guerre et mois par mois pendant la guerre. Le tout reconstitué en confrontant et en discutant les sources les plus crédibles sur le sujet. Pour rendre justice à cette contribution majeure, nous la publions en entier, en nous contentant d'ajouter un petit récapitulatif graphique. Nous avons également renouvelé les pages des modèles japonais concernés par le travail de Robert pour y ajouter individuellement le résultat de ses recherches.
Le propos de Thierry Decool est plus technique: ce sont les compresseurs. Ne croyez pas qu'il ne s'agit que d'un détail sans intérêt: c'est l'un des accessoires techniques qui le plus contribué à la campagne de bombardements stratégiques contre l'Allemagne et le Japon. En donnant aux avions alliés (bombardiers mais aussi chasseurs) un avantage en altitude, les compresseurs ont permit les attaques diurnes au dessus des territoires ennemis tout en gardant les pertes à un niveau acceptable.
Christophe Meunier a écrit une monographie sur les avions bipoutres. Suivant ses conseils, nous tentons commencé à regrouper les modèles d'avions présenté sur le site selon leur configuration. Nous n'en sommes qu'au commencement, mais, comme on disait dans les bandes dessinées de ma jeunesse, à suivre ....

Courrier et virus
Les virus qui circulent sur le net ont provoqué des problèmes de réception du courrier. Nous espérons que le problème sera bientôt résolu et nous nous excusons des désagréments qu'ils provoquent. Nous avons constaté, d'autre part, qu'un certains nombre de ces courriers portaient une de nos adresses mail. Nous n'en sommes ni les auteurs, ni même les envoyeurs. Ce sont des mimiquemails: ils volent l'adresse des autres. Nous sommes très prudents de ne jamais relayer cette saleté (tout est détruit sans être lu, ni même ouvert).
Nous exprimons aux auteurs de virus, aux spammeurs et autres larves du net, l'expression de notre mépris le plus profond. Quand on est impuissant à créer, on détruit.

Editorial
Depuis la Guerre du Golfe, la puissance aérienne semble avoir pris le rôle principal pour gagner les guerres. Les chars et l'infanterie ne prennent position par la suite que pour occuper le terrain conquis (et jouer les gendarmes plus que les soldats). Ce qui semble vrai depuis les années nonante du vingtième siècle était loin d'être acquis un demi siècle auparavant. Les chars ont gardé pendant la Seconde Guerre Mondiale une importance probablement plus grande que les avions (bien qu'un peu moins ait été construits). Dans son rôle tactique, l'aviation était un auxiliaire de l'armée de terre. Sur mer, son rôle est primordial, mais elle dépend pour son déploiement de porte-avions et la victoire s'obtient grâce à des débarquements, où l'aviation se retrouve au second plan. Le seul domaine dans lequel l'aviation est seule en scène, ce sont les campagnes de bombardements stratégiques. La première, menée par la Luftwaffe contre l'Angleterre en été 1940, tourna à la confusion des attaquants. A partir de 1942, les rôles sont inversés: les Anglo-saxons attaquent, les Allemands défendent. Si l'on compare les résultats de la campagne de bombardements stratégiques au dessus de l'Allemagne aux espoirs mis en elle, c'est également un échec. Aussi durement qu'elle ait été touchée, l'Allemagne n'aurait jamais cédé uniquement à cause des bombardements. C'est une vérité largement répétée depuis la fin du conflit, que c'est à l'apogée de la campagne des bombardements stratégiques que la production militaire allemande atteignit son maximum (1944).
Pourtant, il ne faut pas exagérer l'échec: la production aurait atteint un niveau encore beaucoup plus élevé sans les bombardements. L'augmentation de production était due à la mobilisation industrielle allemande. La faiblesse du régime nazi en retarda le début jusqu'en 1943 et elle ne sorti ses pleins effets que l'année suivante. L'attaque des villes sans discrimination fit beaucoup de morts civils et eut peu d'effets, mais l'attaque de secteurs bien précis de l'industrie allemande eut des conséquences matérielles indéniables: la pénurie de roulements à billes en 1943 après plusieurs raids coûteux mais bien ciblés fut un exemple. Les dégâts suites à la destruction des barrages de la Möhne et de l'Eder en 1943 provoquèrent une baisse sensible de la production dans la zone considérée. Surtout, l'attaque systématique de l'industrie pétrolière allemande au début de 1944 asphyxia la machine de guerre allemande au seuil de cette année cruciale. Enfin, si la campagne de bombardements stratégiques ne permit de gagner la guerre tout court, elle permit au moins aux alliés de gagner la guerre aérienne. Au moment où ils débarquent en Normandie, les alliés occidentaux ont saigné à mort la Luftwaffe. N'ayant plus eu le moindre répit, l'aviation allemande peut certes encore renouveler son matériel mais plus son personnel. La qualité des pilotes allemands chute à partir de 1944. Les avions miracles qui commencent à sortir ne lui permettront pas de remonter une pente qui avait déjà été descendue beaucoup trop loin.
Contre le Japon, ramener la défaite du pays aux seuls bombes atomiques serait totalement erronée. Pourtant les bombardements stratégiques avaient joué leur part dans la défaite nipponne, bien avant la destruction de Hiroshima et Nagasaki. Bien plus que dans le cas de l'Allemagne, ils ont contribué à asphyxier la machine de guerre japonaise (il faut néanmoins reconnaître que les sous-marins ont été les acteurs premiers de cette asphyxie). En 1945, alors que se prépare l'invasion du Japon métropolitain, l'industrie japonaise est complètement désarticulée, la production s'est effondrée. Les constructions neuves sont au point mort et même la remise en état du matériel avarié devient impossibles, faute de ressources.

Avertissement
Les seules ambitions de ce site sont historiques. Nous répudions tout extrémisme, de quelque bord ou de quelque forme qu'il soit. Si un de nos liens renvoyaient vers un site défendant des thèses extrémistes, ce serait tout à fait indépendant de notre volonté. Cela ne pourrait en aucun cas être considéré comme un encouragement ou une adhésion, mais uniquement comme une erreur.

Bannières
Nous avons reçu plusieurs demandes de bannières pour renvoyer vers nos sites. Voila la série (provisoirement) complète:



N'hésitez pas à les utiliser. Tous les liens vers nos sites sont les bienvenus. Nous voudrions remercier Jean Secardin, à qui vous devez tous nos fonds de pages et les bannières ci-dessus.