Les amis du parc naturel
Viroin-Hermeton asbl  

STOP à Mecar

[retour] [retour à l'accueil]

Projet de site d'essais de munitions de guerre à Matagne-la-Grande sur le site de l'ex-PRB

Une activité génératrice d'emplois?

Des produits à tester... (obus-flèches constitués d'uranium appauvri)

Tests

 Des clients satisfaits?!

(photos internet)

La société Mecar S.A. (filiale belge d'Allied Research Corporation USA, active dans le domaine de l'armement, basée à Petit-Roeulx) a manifesté son intérêt pour la création d'un nouveau champ de tir sur le site des anciennes Poudreries réunies de Belgique pour y effectuer des essais. Mecar produit des munitions de moyen et gros calibres.

L'exploitation du champ de tir implique un plan communal d'aménagement dérogatoire (PCAD) parceque situé en zone forestière mais les ministres Kubla et Foret n'ont toujours pas rendu d'avis. Si le nouveau plan communal d'aménagement recevait le feu vert, il faudrait encore passer par une phase de concertation avec la population.

Le bénéfice pour la commune de Doische:

  • Promesses d'emploi : 6 dans la région
  • 125.000 euros de dépenses locales par an

Les contraintes annoncées: une fréquence de tirs de 25 par jour et 15 jours par mois en moyenne (sauf W-E, jours fériés et vacances d'été du 15 juillet au 15 août). Il ne faut pas se méprendre: il s'agit d'explosions surpuissantes effectuées à l'air libre, sans parler des gazs toxiques et autres résidus chimiques qui sont autant de sources de pollution de l'air et du sol (certains obus-flèches anti-chars sont constitués d'uranium appauvri).

Comité STOP A MECAR: plus de 3.000 signatures!

Une foule de bonnes raisons justifient l'opposition à Mecar. A commencer par la situation désastreuse à Marche-en-Famenne où cette firme procédait à des essais. Là, ulcérés par les nuisances répétées et insuportables, les riverains se sont rebellés, soutenus finalement par les autorités. En juillet 2001, la députation permanente de la province du Luxembourg a refusé le renouvellement du permis d'exploitation et la société Mecar a été "chassée" de Marche-en-Famenne!

Selon le conseiller juridique de la société "Mecar a dû cesser ses activités à Marche pour des raisons purement légales; avant 1997, date de l'avènement du nouveau Cwatup, le plan de secteur ménageait, en surimpression sur certaines zones forestières, la possibilité d'exploiter un champ de tir à caractère industriel; cette possibilité a été supprimée".

Avril 2002: Mécar menace de délocaliser...
Environ 40 emplois sont menacés dans l'attente d'une décision sur le champ de tir.
Au cabinet de Michel Foret, on juge le dossier difficilement défendable: le site est situé au coeur du Parc Naturel et non loin d'une zone Natura 2000. Une réponse favorable paraît peu probable.
La direction de Mecar fait valoir un carnet de commandes pour 200 millions d'euros (armée belge, OTAN et autres...).
 
Article dans Le Soir du 14 juin 2002: 2.000 signatures contre MECAR

[retour] [retour à l'accueil] [haut de page]
 

mecar-1.htm
mise à jour: 25/4/03