STRASBOURG

HISTOIRE

Strasbourg, de son nom romain Argentoratum, fut fondée en -12. C'était alors un camp militaire fortifié positionné sur lafrontière de l'empire romain du Rhin. Un canabae (agglomération d'habitations civiles) s'est développé autour du camp et vers l'ouest, prélude au développement durable de la ville.
Strasbourg fut incorporée dans l'empire franc au Ve siècle. En 842, la ville fut le théâtre des serments de Strasbourg, plus ancien témoignage écrit des langues françaises et allemandes.

Ville libre d'empire, Strasbourg n'est annexée par la France qu'en 1681. Louis XIV fait alors abattre symboliquement un pan de la fortification de la ville.
Ceci crée une ouverture par laquelle il pénètre à Strasbourg, marquant ainsi la soumission de la cité au pouvoir royal. Mandaté par le roi, Jacques Blondel dessine un plan d'embellissement de Strasbourg, qui, faute de moyens, ne sera que partiellement réalisé. Strasbourg lui doit notamment la construction de l'Aubette sur la place Kléber et l'aménagement de la place du Marché-Gaillot.
Plusieurs bâtiments classiques seront également construits, à commencer par le palais des Rohan, demeure princière construite sur les rives de l'Ill, face aux maisons des bourgeois. Mais ce seront surtout les fortifications de Vauban qui marqueront cette période, avec notamment la construction d'une protection ingénieuse à l'amont de l'Ill, en face des Ponts Couverts, et celle d'une imposante citadelle au sud-est, placée face à l'Allemagne.
Jusqu'à la Révolution Française, la ville est gouvernée par un ammestre.

Lors de la période de l' Empire allemand, Strasbourg, alors allemande, est la capitale du Reichsland d'Alsace-Lorraine. Il s'agit alors de l'apogée de la domination politique et territoriale de Strasbourg. La ville bénéficie également de la volonté des Allemands de faire de Strasbourg la vitrine du savoir-faire allemand, visant à s'attirer les populations locales tout autant qu'à montrer au monde et notamment à la France la supériorité en tout point de la culture germanique. Strasbourg est alors dotée de nombreux édifices publics, dont le
palais de l'Empereur (aujourd'hui Palais du Rhin), le parlement d'Alsace-Lorraine ou le palais universitaire. La plus importante extension urbaine de Strasbourg est alors planifiée, avec pour résultat un doublement de la superficie de la zone urbanisée en une trentaine d'années.

CENTRES D'INTERETS

Cathédrale à l'architecture gothique, construite entre 1176 et 1439, dont la flèche culmine à une hauteur de 142 mètres.
Ponts couverts (fortifications médiévales à l'amont de l'Ill)
Quartier de la Petite France (architecture vernaculaire)
Maison Kammerzell (XVe siècle)
Anciennes fortifications datant du XIIIe siècle, modifiées par Vauban au XVIIIe siècle.
L'Aubette (1765 à 1778) (architecte : Jacques Blondel)
Palais des Rohan (architecte : Robert de Cotte)
Gare centrale (1878)
Palais universitaire (1884) (architecte : Otto Warth)
Cité-jardin du Stockfeld, début du XXe siècle
Musée d'art moderne et contemporain (inauguration : 1998) (architecte : Adrien Fainsilber)
Quartier européen :
- Siège du Conseil de l'Europe (Le Palais de l'Europe) (inauguration : 1977) (architecte : Henry Bernard)
- Cour européenne des Droits de l'Homme (inauguration : 1995) (architecte : Richard Rogers)
- Parlement européen (inauguration : 1999) (architecte : Architecture Studio)
© Webmaster
Tous droits réservés
Positionnement et Statistiques Gratuites