Ecrivez-nous Retour à la homepage

Francorchamps 2

dernière modification: 22.07.03

Lors du second rendez-vous spadois, nous avions mis tout de notre côté pour que la victoire ne nous échappe pas. Les freins avaient été entièrement revus ce qui nous rendait enfin une voiture équilibrée lors des freinages.

Lors des essais, nous avons réalisé la pole sans forcer.

Suite à un retard dans l'organisation, les deux manches de 3 heures initialement prévues se sont transformées en une course de 5 heures.

Nous avons pris un bon départ et rapidement nous nous sommes quelque peu détaché de nos adversaires. Sans creuser un gros écart car il faisait sec et nous avions pris le pari de partir en réglages intermédiaires.

Le ciel nous a vite donné raison. Après une heure de course alors que nous naviguions (c'était vraiment le cas) en tête, une vibration est apparue dans le train avant. Il s'agissait en fait du reniflard d'huile qui s'était détaché et qui venait frotter sur la roue.

Rien de grave, mais lorsqu'il s'est définitivement détaché, il a enlevé un fil de bougie. Le temps de s'arrêter, de sortir de la voiture et de remettre le fil de bougie. Puis de repartir un peu moins d'une minute s'était écoulée, nous sommes repartit en troisième position.

Après une grosse attaque, nous avons atteint notre premier ravitaillement en deuxième position à moins de vingt secondes du leader.

Philippe est repartit et après quelques tours de mise en route a commencé à grappiller le retard que l'on avait encore sur nos adversaires.

Puis le Pace car est sorti. A ce moment précis, la 10 était en tête suivie à 20 secondes par la 34 elle-même suivie à 20 secondes par nous.

Cependant sur la piste entre nous et la 34 se trouvait la seconde voiture du team AMIS (10) qui de manière totalement antisportive nous a volontairement ralentit (il est interdit de dépasser sous pace car) et lorsque le Pace Car est rentré nous avions plus de 2 minutes de retard sur le leader.

Lors du dernier ravitaillement Patrick est reparti avec plus d'1 minute et demi de retard sur la 34, la 10 ayant été retardée par un ennui mécanique (il y a quand même une justice) et a commencé à remonter tour par tour.

Un final vraiment passionnant pour le spectateur neutre. Nous reprenions 4 à 5 secondes au tour. Puis à 15 minutes de la fin l'écart s'est stabilisé à environ 20 secondes. Lors des trois dernières boucles, Patrick a encore réussi à revenir mais il nous manquait un tour, nous avons franchi la ligne d'arrivée 1 seconde 83 millièmes (1'083) derrière le vainqueur du jour, la toute nouvelle voiture 34 d'Albert Donnay et des frères Olivier et Benjamin Renaud. (tous les deux anciens pilotes de notre équipe)

A la fin de la course, les deux premiers en Améliorée ont été démontés à la demande des commissaires sportifs. Bilan : les deux voitures sont conformes.

Nous espérons maintenant que ceux qui se plaignent de nos performances vont enfin se taire et apprendre à conduire. (mais ça, ce sera dur pour certains.)

vous pouvez retrouver les photos de cette course sur la page photo

 

back to top