Ecrivez-nous Retour à la homepage

5H de Spa

dernière modification: 22.07.03

Nous avons la poisse !!!

C'est ainsi qu'il convient de résumer notre dernière course en date. Le circuit de chimay a laissé pas mal de traces sur les voitures. Tout était dérèglé, il a fallu tout revérifier. Avec une seule semaine entre les deux courses, ce ne fut pas une mince affaire. Nous avons également dû changer les segments qui étaient la cause de notre surconsommation d'huile.

Les essais se sont déroulés de façon très positive. Le rendement du moteur allait en s'améliorant au fur et à mesure que les segments se rôdaient. Bilan final : 2ème position à moins de trois dixièmes de la pole position.

Si nous avions disposé de la durée initialement prévue pour les essais, nous aurions sans aucun doute réalisé cette pole, tant le rendement du moteur s'améliorait au fil des tours parcourus.

La course s'annoncait passionnante, nous avons pris un départ prudent. Nous étions en 4ème position avec les 3 premiers en ligne de mire avec un écart maximum de 30 secondes. Ecart qui ne nous inquiétait guère compte tenu du fait que les trois premières voitures étaient pilotées par leur pilote le plus véloce.

Après le premier ravitaillement, qui s'est une nouvelle fois déroulé impeccablement, nous sommes repartis de nouveau en 4ème position, mais ce que nous avions prévu, se passait. En continuant sur le même rythme, nous étions alors plus rapide que les 3 premiers.

En moins de 4 tours, nous les avions rattrapés et même dépassés. Deux virages après avoir pris la tête de la course, la voiture s'est immobilisée sur le bord de la piste: ... câble d'accélérateur cassé.

Le temps de faire une réparation de fortune sur le circuit puis de rentrer au stand et de réparer, nous avions perdu 11 tours.

La voiture est repartie mais nous étions très loin au classement. Il restait alors plus de 2 heures de course. Nous avons ensuite aligné un nombre impressionnant de tours sous les 3 minutes 40. Nous étions en moyenne 4 à 5 secondes plus rapide que les premiers et nous reprennions 30 secondes au tour par rapport à l'équipage qui nous précédait, mais de plus de 3 tours hélas.

Lorsque le drapeau à damier s'est abaissé devant le vainqueur, nous n'avions plus que 25 secondes de retard sur la voiture qui nous précédait. Bref, la moralité de la fable du lièvre et de la tortue s'applique encore de nos jours.

Le point positif de ce week-end, c'est que nous avons amélioré notre record du tour sur Francorchamps de près de deux secondes, en 3'38''816 à près de 115 km/h de moyenne. De bonne augure pour les 24H à condition que la poisse décide enfin d'aller voir ailleurs.

 

back to top