PROGRAMME D’URGENCE CHOLERA – ANJOUAN

Logo CARE Comores Lien Partenaires : ECHO
 

Le projet d’urgence a pour but  de contribuer aux actions coordonnées de lutte contre l’extension de la maladie et d’éradiquer l’épidémie de choléra en renforçant les activités curatives, d’assainissement, de prévention et d’IEC particulièrement dans les districts sanitaires de Tsembehou, de Ouani et de Mutsamudu 

 

 

 

Ce projet d'urgence comprend trois activités principales :

 

  Renforcement des compétences curatives des centres de Tsembehou et Ouani

CARE met pour ce faire du personnel qualifié pour exercer et former les personnels de santé. 

 

  Activités d'assainissement et de gestion des camps d'isolement

Les camps d’isolement seront renforcés dans les centres de santé de district de Tsembehou et de Ouani et la prise en charge des cas y sera effectuée. Le personnel de santé sera formé ou verra sa formation renforcée en matière de prise en charge des cas de choléra et de mesures d’hygiène. 

 

  Prévention primaire d’urgence (intervention rapide et comités villageois) et secondaire (Tsembehou, Ouani, Mutsamudu)

Le projet appuiera le technicien sanitaire et les agents de santé pour la mise en place des comités d’hygiène villageois et la formation de leurs volontaires. Une équipe d’intervention rapide sera mise en place. Des matériels (pulvérisateurs, seaux, savon…) et produits seront mis à disposition des différents intervenants. Le contrôle sanitaire des biens et personnes à l’entrée de l’île (voies maritimes et aérienne) sera renforcé (aspersion et  information des personnes en matière de prévention).

 

Bénéficiaires, caractéristiques et nombre envisagé.

La stratégie d’éradication du choléra implique des activités de prise en charge curative et de prévention sur l’ensemble du territoire de l’île d’Anjouan. Les districts de Tsembehou et de Ouani bénéficiant d’un renforcement des capacités d’intervention, c’est l’ensemble de la population d’Anjouan qui est directement bénéficiaire du projet.

Plus de 35% de la population (environ 75.000 personnes) réside dans les districts concernés. Le district de Tsembehou est une zone particulièrement sensible du fait de l’important trafic interne qui y transite.